Dire, ne pas dire

Emplois fautifs

En premier ou En première ?

Le 7 juillet 2022

Emplois fautifs

La locution En premier s’emploie de manière adverbiale. À ce titre, elle reste invariable. C’est donc une faute de dire Elle est arrivée en première, on doit dire Elle est arrivée en premier ou Elle est arrivée première (premier est ici adjectif et varie donc en genre et en nombre) ou encore Elle est arrivée la première (la première est un adjectif substantivé et est donc également variable). Tout cela vaut aussi, bien sûr, avec dernier.

on dit, on écrit

on ne dit pas, on n’écrit pas

Elles sont parties en dernier, les dernières

Ils ont terminé premiers, en premier

Elles sont parties en dernières

Ils ont terminé en premiers

En vrai pour En réalité

Le 7 juillet 2022

Emplois fautifs

Les prépositions peuvent introduire des noms (venir de province) ou des groupes nominaux (cela date d’une petite semaine) et parfois des adverbes (cela ne date pas d’hier, venir de loin). L’usage accepte aussi que les prépositions soient suivies de certains adjectifs substantivés : s’inscrire en faux ; parcourir la ville de long en large ; auriez-vous ce modèle en bleu ?, mais cet emploi ne doit pas être étendu à tous les adjectifs substantivés : on évitera ainsi le tour en vrai car nombre de locutions comme en réalité, en fait, à dire vrai, qui ont le même sens, sont déjà parfaitement implantées dans l’usage, et l’on bannira également, quand sera passé le temps des jeux de l’enfance, pour de vrai et pour de faux.

on dit

on ne dit pas

En réalité, en vérité, en fait, je n’ai pas grand-chose à lui reprocher

À dire vrai, il s’entend plutôt mal avec son père

Cet exercice n’est pas très difficile, au fond, à bien y regarder

En vrai, je ne n’ai pas grand-chose à lui reprocher

En vrai, il s’entend plutôt mal avec son père

Cet exercice n’est pas très difficile, en vrai.

 

Et autres…

Le 7 juillet 2022

Emplois fautifs

Quand l’adjectif indéfini autres est employé à la fin d’une énumération de noms désignant des êtres ou des objets de même nature, il doit être suivi d’un hyperonyme qui les englobe tous. On dira ainsi des chats, des tigres, des lions et autres félins et non des chats, des tigres, des lions et autres pumas. On se gardera également de terminer ce type de proposition par la seule forme et autres.

on dit

on ne dit pas

Une réunion de boulangers, charcutiers et autres artisans de bouche

Des pommes, des poires, des prunes et autres fruits

Une réunion de boulangers, charcutiers et autres poissonniers

Des pommes, des poires, des prunes et autres

Attendez que l’eau bout ou boue

Le 2 juin 2022

Emplois fautifs

Les verbes en -ouillir du français sont bouillir et ses dérivés, mais ces derniers ne sont guère en usage. Cette rareté explique sans doute que la conjugaison de ce verbe est mal connue et que, à certains temps ou modes, les formes à employer nous semblent étranges, voire incorrectes, et qu’on leur en préfère parfois d’autres, fautives mais plus habituelles à l’oreille. Il convient alors de rappeler que ce verbe fait bouillent à la 3e personne du pluriel au présent de l’indicatif et du subjonctif, bouille aux 1re et 3e personnes, bouilles à la 2e personne du singulier du subjonctif présent. On dit donc Attendez que l’eau bouille et non Attendez que l’eau bout ou boue (mais on dit bien sûr, au présent de l’indicatif, L’eau ne bout pas encore). C’est en employant les formes correctes qu’on les sauvera de l’oubli et qu’on les fera vivre.

on dit, on écrit

on ne dit pas, on n’écrit pas

Ils bouillent d’impatience en attendant les résultats

Servez le café avant qu’il ne bouille

Ils bouent d’impatience en attendant les résultats

Servez le café avant qu’il ne bout, qu’il ne boue

C’est le plus bel exploit qu’il n’ait jamais réalisé

Le 2 juin 2022

Emplois fautifs

L’adverbe de temps jamais s’emploie essentiellement aujourd’hui en corrélation avec la particule négative ne et signifie « en aucun temps » : on n’a jamais rien vu de pareil ; je n’en avais jamais entendu parler ; jamais homme ne fut plus serviable. Mais cet adverbe signifie aussi « en un temps quelconque, à un moment, en un jour quelconque » : elle m’est plus chère que jamais ; si vous venez jamais me voir, je vous montrerai ma collection ; j’ignore s’il a jamais affirmé cela. Quand jamais a ce sens positif, on ne doit pas l’employer avec la négation ne, ce qui commence hélas à se faire, en particulier dans des phrases à valeur comparative exprimant le plus haut degré. On ne dira donc pas C’est le plus bel exploit qu’il n’ait jamais réalisé, puisque cet exploit a été réalisé, mais bien C’est le plus bel exploit qu’il ait jamais réalisé.

on dit

on ne dit pas

C’est ce qu’on pourra jamais dire de plus convaincant

Voilà le plus abouti des romans qu’il ait jamais écrits

C’est ce qu’on ne pourra jamais dire de plus convaincant

Voilà le plus abouti des romans qu’il n’ait jamais écrits

Si l’on puit dire

Le 2 juin 2022

Emplois fautifs

L’expression si l’on peut dire commence à être remplacée, à tort, par une forme voisine si l’on puit dire, tirée sans doute de si je puis dire. Rappelons donc que, depuis plus de cinq siècles, puit est une forme incorrecte, même si, dans Le Bon Usage, Grevisse en signale un emploi chez Claudel, qui écrivait dans un article du Figaro littéraire, en 1953 : « Face à l’ouragan il me manquait encore l’horreur et la joie sous mes pieds de ce bateau pourri qui n’en puit plus et qui craque et qui s’effondre. » Ce qui n’en puit plus semblant être le résultat du croisement de je n’en puis mais et d’il n’en peut plus. Rappelons aussi qu’en ancien français la forme canonique de la 3e personne du singulier du verbe pouvoir est « il puet ». Certes, à cette époque, l’orthographe était mal fixée et l’on trouvait parfois il puit. On lit ainsi dans un texte médiéval, Les Sept Péchés capitaux : « Celuy qui ne se puit aydier, Doit ons aidier, ce m’est auis » (« Celui qui ne peut s’aider, il me semble qu’on doit l’aider »). Mais cette forme présentait l’inconvénient d’être semblable à la 3e personne du verbe puir, « puer ». On lit dans un texte de la même époque : « Car il puit plus vilaynement que un fumers pourriz tout plain de fiens » (« Car il pue plus salement qu’un fumier pourri plein de fiente »). Cette proximité a fortement contribué à la disparition de puit comme forme de la conjugaison du verbe pouvoir.

« À deux kilomètres » ou « Dans deux kilomètres »

Le 2 juin 2022

Emplois fautifs

Les prépositions à et dans peuvent s’employer pour introduire un complément de lieu, mais selon qu’on utilise l’une ou l’autre, la manière dont on envisage ce complément n’est pas exactement la même. Avec à, le complément est perçu comme un point dans l’espace, tandis que, avec dans, il est perçu dans son extension. Si ce complément est une distance, on emploiera à pour indiquer la distance séparant le point pris comme référence du point à atteindre, tandis que si l’on emploie dans, on insistera sur la distance à parcourir avant d’atteindre le point souhaité. On dira ainsi Sa maison est à deux kilomètres du village, mais Dans deux kilomètres vous arriverez au village. On se gardera également de dire À six cents mètres, tournez à droite quand il est nécessaire d’user de la préposition dans (Dans six cents mètres, tournez à droite). Cette remarque vaut aussi pour les cas où la distance est exprimée par une unité de temps : Il habite à vingt minutes du village, mais Dans vingt minutes, vous serez au village.

De base

Le 5 mai 2022

Emplois fautifs

La locution adjectivale de base signifie « fondamental, essentiel ». On la trouve dans des syntagmes ou des phrases comme Un ouvrage de base. Acquérir le vocabulaire de base, les connaissances de base. L’emploi de cette locution est régulier, mais il convient de ne pas la transformer en une locution adverbiale à laquelle on donnerait le sens de « au début, dans un premier temps, au commencement ».

on dit

on ne dit pas

Au début, il ne voulait pas y croire

Il a d’abord travaillé comme serveur

De base, il ne voulait pas y croire

De base, il était serveur

« Ça veut bien dire ce que ça veut dire » pour « Ça dit bien ce que ça veut dire »

Le 5 mai 2022

Emplois fautifs

Pour signaler l’efficacité d’un propos, d’un geste, et pour montrer qu’ils traduisent correctement l’intention ou la pensée de leur auteur, on utilise parfois l’expression ça dit bien ce que ça veut dire, qui permet de souligner l’adéquation entre la parole ou le geste et le sens qu’on leur attribue. Mais cette formule n’a plus guère de sens et n’est plus qu’une vaine répétition si l’on remplace « ça dit bien » par un autre « ça veut bien dire ». On dira donc « ça dit bien ce que ça veut dire » et non « ça veut bien dire ce que ça veut dire », comme on l’entend trop souvent.

on dit

on ne dit pas

Une telle réponse, ça dit bien ce que ça veut dire

Cette attitude, ça dit bien ce que ça veut dire

Une telle réponse, ça veut bien dire ce que ça veut dire

Cette attitude, ça veut bien dire ce que ça veut dire

« Tendon d’Achille » pour « Talon d’Achille »

Le 5 mai 2022

Emplois fautifs

La mythologie nous apprend que Thétis voulut rendre son fils Achille invincible en le plongeant dans les eaux du Styx. Elle l’immergea en le tenant par le talon, mais, ce faisant, elle empêchait les eaux du fleuve de protéger cette partie du pied. Achille mourut donc à Troie après que Pâris l’eut touché d’une flèche au talon. Dès lors on se servit de l’expression « talon d’Achille » pour désigner ce qui fait la faiblesse d’une personne. Mais il importe de ne pas confondre cette locution avec une autre qui lui est liée, le « tendon d’Achille », qui appartient, elle, au vocabulaire de l’anatomie et désigne un tendon épais reliant le calcanéum aux muscles du mollet.

on dit

on ne dit pas

Sa trop grande émotivité est son talon d’Achille

Ce sprinteur a été victime d’une rupture du tendon d’Achille

Sa trop grande émotivité est son tendon d’Achille

Ce sprinteur a été victime d’une rupture du talon d’Achille

Pages