Dire, ne pas dire

Accueil

Je vous joins le contrat signé au lieu de Je vous adresse, je vous envoie le contrat signé

Le 6 mai 2021

Emplois fautifs

Le verbe joindre peut avoir de nombreux sens : « être contigu à » (les terrains qui joignent la rivière), mais cet emploi est aujourd’hui désuet ; « approcher deux choses l’une de l’autre pour qu’elles se touchent ou se tiennent » (joindre des tôles avec des rivets, joindre les mains en signe de supplication) ; « réunir deux ou plusieurs choses pour former un tout » (joindre les pièces justificatives au dossier, joindre l’utile à l’agréable) ; « unir, allier deux personnes, deux familles » (ils sont joints par les liens du sang, se joindre aux manifestants). Dans tous les cas, on joint une chose à une autre, de même nature ou de nature proche, ou une personne en joint une autre. Il convient de ne pas ajouter à ces sens ceux de « faire parvenir, adresser, envoyer ». Rappelons cependant que vous trouverez ci-joint… est correct.

on dit

on ne dit pas

Je vous fais parvenir le document signé, je joins le document signé à mon envoi

Vous devez joindre une lettre de motivation à votre dossier, m’adresser une lettre de motivation

Je vous joins le document signé


Vous devez me joindre une lettre de motivation

Le réalisé pour La réalisation

Le 6 mai 2021

Emplois fautifs

Il existe en français nombre de participes passés substantivés, qu’ils soient féminins, comme arrivée, chevauchée, dictée, jetée, pensée, ou masculins, comme abrégé, comprimé, énoncé, arraché, procédé. Dans tous les cas, c’est l’usage qui a voulu que tel ou tel participe devienne aussi un substantif, le plus souvent pour pallier un manque. Mais depuis quelque temps, apparaissent des participes passés substantivés qui viennent inutilement concurrencer des substantifs déjà existants. On a vu il y a peu le cas de déroulé, que d’aucuns voudraient voir supplanter déroulement. Il en va de même du terme réalisé, que l’on commence à rencontrer en lieu et place de réalisation.

on dit

on ne dit pas

Un travail à la réalisation particulièrement soignée

 

Un travail au réalisé particulièrement soigné

 

On ne peut arrêter les gens de… pour On ne peut empêcher les gens de…

Le 6 mai 2021

Emplois fautifs

Le verbe arrêter peut avoir pour complément d’objet un nom de personne et signifier « bloquer, interrompre dans sa progression ». On dit ainsi La police a arrêté les manifestants à l’entrée de l’avenue, et cette phrase signifie qu’elle les a empêchés d’aller plus avant dans cette avenue, ou Les arrières ont arrêté les avants adverses, c’est-à-dire qu’ils ont mis fin à leur attaque, qu’ils les ont empêchés de poursuivre cette attaque. Ces deux tours sont corrects, mais il convient de ne pas les mêler. Si l’on peut dire arrêter quelqu’un, arrêter quelque chose et empêcher quelqu’un de faire quelque chose, la tournure arrêter quelqu’un de… est incorrecte.

on dit

on ne dit pas

Des barrières arrêtaient la foule, empêchaient la foule de passer

On ne peut pas empêcher les gens d’être mécontents

Des barrières arrêtaient la foule de passer


On ne peut pas arrêter les gens d’être mécontents

Une journée gagnée ou Une journée de gagnée ?

Le 6 mai 2021

Emplois fautifs

Le problème intéressait déjà la toute jeune Académie française et, à ce sujet, Littré écrit : « Les sentimens étaient partagés. Les uns disaient qu’il fallait toujours mettre le de ; les autres, qu’il était mieux de le supprimer : l’usage était aussi peu uniforme que les opinions. » Après avoir signalé qu’il s’agissait de constructions partitives, Littré ajoutait : « Des grammairiens modernes ont prétendu qu’il n’était pas correct de dire : il y a eu cent hommes de tués, et que le de devait être supprimé. La question avait déjà été agitée du temps de Vaugelas, qui déclarait que le de est appuyé par de bons auteurs. Aujourd’hui l’usage l’a consacré, usage qui d’ailleurs n’a rien d’inexplicable grammaticalement. »

Thomas Corneille, quant à lui, considérait que, quand le substantif précédait l’adjectif ou le participe, on ne devait pas utiliser la préposition de ; dans les autres cas, on devait l’employer, et particulièrement quand le pronom en tenait la place du substantif : il y eut cent hommes tués, mais il y en eut cent de blessés.

De nos jours, on continue à employer de avec le pronom en. Dans les autres cas, l’usage et les grammairiens acceptent l’emploi ou l’omission de cette préposition.

Doer

Le 6 mai 2021

Néologismes & anglicismes

Le nom doer (prononcé doueur) est bien ancré en anglais ; il désigne une personne qui agit pour affronter un problème, et s’oppose au thinker, qui resterait, lui, au stade de la réflexion. Cette opposition entre ces deux attitudes est très ancienne ; ainsi, dans son Bellum Jugurthinum, Salluste loue Jugurtha de réussir à les concilier : Ac sane, quod difficillumum in primis est, et proelio strenuus erat et bonus consilio (« Et de fait, il réunissait les deux qualités les plus difficiles à concilier, la bravoure au combat et la sagesse au conseil »). Si le français n’a pas un substantif équivalent à doer, alors que « penseur » traduit fort bien thinker, il a à sa disposition de nombreuses formes verbales, comme « ceux qui agissent, qui font, qui réalisent, qui sont dans l’action », ou nominales, comme « hommes d’action ».

Running gag

Le 6 mai 2021

Néologismes & anglicismes

Molière use souvent du comique de répétition. Il n’est pour s’en convaincre que de songer au fameux « Que diable allait-il faire dans cette galère ? » des Fourberies de Scapin, ou au non moins célèbre « Le poumon, le poumon vous dis-je » du Malade imaginaire. Le procédé est universel et les humoristes de tous genres l’emploient. On peut penser au sparadrap du capitaine Haddock, dans L’Affaire Tournesol, comme au sketch du Croissant de Fernand Raynaud. Aussi n’est-il pas nécessaire de recourir à la locution anglaise running gag puisqu’on parle depuis longtemps d’effet comique récurrent voire de gag récurrent et, pour désigner cette forme de comique, de comique de répétition.

Effectif au sens de Membre d’un groupe

Le 6 mai 2021

Extensions de sens abusives

Le nom singulier collectif effectif est la forme substantivée de l’adjectif homonyme et a d’abord désigné le nombre de soldats d’une armée ou d’une troupe : un effectif de vingt mille hommes. Par analogie, il désigne aussi le nombre d’individus qui composent une collectivité, un groupe : l’effectif d’une classe, d’un service ministériel. Si l’on considère plusieurs classes d’individus, on peut parler « des effectifs ». En revanche, effectif ne saurait désigner chacun des éléments composant un effectif. On dira ainsi que l’on envoie un effectif de soixante-dix hommes, mais on ne parlera pas d’un « envoi de soixante-dix effectifs ».

on dit

on ne dit pas

Cinq policiers viendront renforcer le commissariat, l’effectif du commissariat

Il faudrait trois surveillants de plus pour le lycée

Cinq effectifs viendront renforcer le commissariat

Il faudrait trois effectifs de plus pour le lycée

Le verbe est-il un tyran ? Grammaire contre Lexique

Le 6 mai 2021

Bonheurs & surprises

Dans sa Réponse à un acte d’accusation, Victor Hugo raconte le combat qu’il a mené pour instituer l’égalité entre les mots :

« … un mot / Était un duc et pair, ou n’était qu’un grimaud ; / Les uns, nobles, hantant les Phèdres, les Jocastes, / Les Méropes, ayant le décorum pour loi, / Et montant à Versaille aux carrosses du roi / Les autres, tas de gueux, drôles patibulaires, / Habitant les patois ; quelques-uns aux galères / Dans l’argot ; dévoués à tous les genres bas / Déchirés en haillons dans les halles ; sans bas, / Sans perruque ; créés pour la prose et la farce ; / Populace du style au fond de l’ombre éparse ; / Vilains, rustres, croquants, que Vaugelas leur chef / Dans le bagne Lexique avait marqué d’une F ; / Je mis un bonnet rouge au vieux dictionnaire. / Plus de mot sénateur ! plus de mot roturier ! »

Il ajoute plus loin « … et je criai dans la foudre et le vent : / Guerre à la rhétorique et paix à la syntaxe ! »

Il est à craindre que cette chute, « paix à la syntaxe », ne vienne réduire à néant la profession de foi qui précède ; la syntaxe, n’est-ce pas le retour de la féodalité dans la phrase ? C’est la hiérarchie entérinée, puisque celle-ci veut qu’en majesté trône le verbe ; le verbe occupe, grâce à la syntaxe, une place que l’on dirait de droit divin. Aujourd’hui, toutes les grammaires, anciennes ou modernes, qu’elles nous parlent de compléments ou de constituants, reconnaissent au verbe la primauté dans la phrase. Et comme tout tyran dispose de janissaires ou séides, exécuteurs des basses œuvres, le verbe a à sa disposition une armée réduite, mais fort efficace, de prépositions. Celles-ci, dont le nom signifie « qui est placé avant », renvoient étymologiquement les compléments à une place et à un rôle secondaires. Et que dire des conjonctions de subordination ? Subordination, tout est dit avec ce mot, que la sixième édition du Dictionnaire de l’Académie française définissait ainsi : « Certain ordre établi entre les personnes, et qui fait que les unes dépendent des autres. La subordination maintient la discipline dans les armées. Les différents degrés de subordination. Un État ne peut subsister sans subordination. » À l’opposé, l’immense théorie des noms, ceux dont Victor Hugo avait réclamé qu’ils fussent égaux et qu’il avait en quelque sorte sanctifiés avec le fameux nomen, numen, lumen des Contemplations, semble pourtant bien inférieure.

Cette supériorité du verbe sur le nom se manifeste aussi par le fait que le verbe peut devenir nom sans avoir à changer de forme : les infinitifs en sont la preuve ainsi que les participes, plus nombreux encore, tandis que l’inverse n’est pas permis au nom.

Peut-être objectera-t-on qu’il existe aussi des phrases nominales dans lesquelles c’est précisément le nom qui régit les autres éléments ; c’est vrai, mais, comme le cousin Pons ou la cousine Bette, elles sont les parents pauvres de la comédie grammaticale, que l’on tolère du bout des lèvres et dont on moque en secret les prétentions à s’égaler aux phrases verbales.

Mariage, mari, union, époux, femme

Le 6 mai 2021

Bonheurs & surprises

Le mot mariage, qui apparaît dans la première moitié du xiie siècle, est dérivé de marier, lui-même issu du latin maritare, « unir, mettre ensemble », puis « marier » ; ce dernier est tiré de maritus, « uni, associé », puis « marié, mari ». Le fait que ces mots n’ont pas d’abord été directement liés au mariage explique pourquoi ce n’est pas chez des spécialistes romains du droit de la famille qu’ils se sont d’abord rencontrés, mais chez des agronomes ou des poètes qui traitaient d’agriculture. On lit ainsi dans le De agricultura, de Caton (32, 2) : Arbores facito ut bene maritae sint (« Fais en sorte que les arbres soient bien associés ») ; dans le De re rustica, de Columelle (11, 2, 79) : Ulmi quoque vitibus bene maritantur (« On unit avec succès les vignes aux ormes ») ; tandis que, dans les Géorgiques, Virgile, passant des plantes aux animaux, écrit (3, 125) : […] quem legere ducem et pecori dixere maritum (« [l’animal] qu’on a choisi comme chef du troupeau et désigné comme reproducteur »). La spécialisation de maritus au sens de « mari, époux » est assez tardive et semble être liée à l’influence de mas, maris, « mâle ». Notons dès maintenant qu’il y a en français une dissymétrie dans le nombre des mots qui désignent les époux, puisque l’on a, d’un côté, époux, mari, homme et, de l’autre, épouse et femme.

Pour dire « se marier », le latin utilisait nubere, à l’origine de nubile, en parlant d’une femme, et uxorem domum ducere, proprement « amener une femme chez soi », en parlant d’un homme. Du reste, Le Thresor de la langue francoyse de Jean Nicot (1606) montre bien que, pour désigner le mariage, le latin n’employait pas de termes tirés de maritus et maritare, mais les noms matrimonium, conjugium ou connubium. Maritus et maritare, on l’a vu, étaient liés aux productions de la terre. Il en est un peu de même de la parentèle d’union. C’est Molière qui a fait d’union conjugale, dans Les Précieuses ridicules, puis simplement d’union, dans Le Bourgeois gentilhomme, des synonymes de mariage. Or union, qui est issu du latin unio, « le fait de faire un à partir de plusieurs éléments », est un cousin lointain du nom oignon, ce dernier étant ainsi nommé parce que, contrairement à l’ail par exemple, il n’a qu’un seul tubercule. Les formes époux et épouse ont, elles, un caractère beaucoup plus officiel. Ce sont d’ailleurs celles que l’on trouve dans l’article 212 du Code civil : « Les époux se doivent mutuellement respect, fidélité, recours, assistance. » Le mariage était en effet l’alliance de deux familles, alliance scellée par un contrat, et la littérature abonde d’exemples où celui qui joue le rôle le plus important dans cette union n’est ni un prêtre ni un officier de l’état civil, mais un notaire. Cela n’a rien d’étonnant puisque les noms époux et épouse sont issus du latin sponsus, sponsa, participes passés de spondere, « promettre solennellement », et, de ces participes, le latin a tiré sponsare, « promettre en mariage ». À cette famille appartient aussi le nom spondée, un emprunt du grec spondeios, qui a d’abord désigné une pièce de musique solennelle jouée pendant les libations, puis un pied de deux syllabes longues qui donnait le rythme de ces cérémonies. C’est un dérivé de spondê, « libation offerte aux dieux ». Promettre devant les dieux engageait si fortement les contractants que l’on utilisa aussi le nom spondê pour désigner les traités entre États. La force de cet engagement est aussi attestée en français par le fait que, longtemps, la future épouse fut appelée « la promise » et les futurs mariés « les promis ». Nous avons vu que les mots latins à l’origine de mariage étaient liés à l’agriculture ; le mot latin à l’origine du nom femme, « être humain du sexe féminin », puis « compagne de l’homme unie par les liens du mariage », était, lui, lié à l’élevage. Ce nom femina s’est d’abord employé en apposition pour désigner un animal femelle ; ainsi bos femina était la vache, tandis que bos mas était le taureau. On a vu que cette dernière forme, dont le génitif était maris, a contribué à donner à maritus le sens de « mari ». Ce n’est que très tardivement que femina, proprement « celle qui allaite », puis « femelle », a concurrencé mulier, « femme », et uxor, « épouse ».