Dire, ne pas dire

Extensions de sens abusives

Investir

Le 2 décembre 2021

Extensions de sens abusives

Le verbe investir est emprunté du latin investire, « revêtir, garnir ». Il s’emploie d’abord en parlant d’une personne qui accorde à une autre un titre, une dignité au cours d’une cérémonie comportant généralement la remise solennelle d’un objet symbolique, d’un attribut : Les rois investissaient les évêques en leur remettant la crosse et l’anneau. Le latin est aussi à l’origine de l’italien investire, auquel nous devons le sens militaire d’investir, c’est-à-dire, comme l’écrit joliment Littré, « envelopper de troupes, environner de gardes pour fermer les issues, par comparaison avec un vêtement qui enveloppe » : César investit Alésia avec ses légions. Il convient de ne pas ajouter à ce sens, malgré leur proximité sonore, celui d’« envahir ».

on dit

on ne dit pas

Nabuchodonosor investit la ville de Tyr pendant treize ans puis la prit

Stalingrad fut investie pendant 872 jours mais ne fut pas prise

Nabuchodonosor investit la ville de Tyr après treize ans de siège

Stalingrad ne fut pas investie malgré un siège de 872 jours

Prévenir

Le 2 décembre 2021

Extensions de sens abusives

Le verbe prévenir a de nombreux sens. Il peut signifier, dans la langue littéraire, « devancer » (Votre ami vous a prévenu de quelques minutes). Il signifie plus couramment « satisfaire une demande avant même qu’elle ne soit formulée » (Il sait prévenir les désirs de ses proches) ou « empêcher la survenue d’un évènement fâcheux » (prévenir une catastrophe), ou encore « faire naître par avance des sentiments favorables ou défavorables » (Il a été prévenu contre son voisin). Enfin, comme l’indique le préfixe pré-, il s’emploie au sens d’« instruire par avance, avertir de quelque chose ». Mais c’est une erreur que d’employer prévenir avec un complément indiquant un fait déjà survenu. On peut donc dire Il m’a prévenu qu’il passerait demain mais non Il m’a prévenu qu’il était déjà passé hier.

on dit

on ne dit pas

On l’a informé des résultats de l’élection

Le tocsin annonçait qu’il y avait eu un décès ou une catastrophe

On l’a prévenu des résultats de l’élection

Le tocsin prévenait qu’il y avait eu un décès, une catastrophe

Le prieur et le prieur

Le 4 novembre 2021

Extensions de sens abusives

Les monastères et les couvents sont des lieux habités par des moines ou des moniales qui consacrent leur temps au travail, intellectuel et manuel, et à la prière. Les journées de ceux qui y vivent sont en effet scandées par des appels à prier, seuls ou ensemble. Mais il ne faut pas oublier que si ces communautés ont à leur tête un prieur, ce n’est pas au nom prière ni au verbe prier qu’il faut rattacher ce titre. Ce mot est en effet issu du latin prior, « le plus en avant, le premier de deux », puis « supérieur », comparatif d’un adjectif qui n’a pas de positif et dont le superlatif est primus, « premier ». Le prieur est donc le chef spirituel et temporel de ces institutions. On se souviendra d’ailleurs que quand prieur a ce sens de « supérieur », il a pour féminin prieure, tandis que quand il signifie, beaucoup plus rarement, « personne qui prie », c’est « prieuse » qui en est le féminin.

Paraphe pour Signature

Le 4 novembre 2021

Extensions de sens abusives

L’usage fait souvent de paraphe et de signature des synonymes, et ce rapprochement est favorisé par le fait que le mot parapheur désigne une chemise à volets multiples entre lesquels on insère des lettres pour les présenter à la signature de quelque responsable. Mais employer l’un pour l’autre, c’est oublier que le paraphe fut d’abord une marque faite d’un ou plusieurs traits que l’on ajoute à sa signature pour l’orner ou en rendre l’imitation plus difficile, avant d’être la signature simplifiée, souvent réduite aux seules initiales, que l’on porte, avant la signature finale, sur chaque page d’un acte officiel pour l’authentifier ou en marge d’un texte pour en approuver les corrections.

on dit

on ne dit pas

Apposer sa signature au bas d’un acte de mariage

Pour être utilisable, le passeport doit porter la signature du possesseur

 

Apposer son paraphe au bas d’un acte de mariage

Pour être utilisable, le passeport doit porter le paraphe du possesseur

 

Églefin ou Aiglefin

Le 7 octobre 2021

Extensions de sens abusives

L’églefin est un poisson des mers du Nord, au corps élancé et à la bouche imposante. Son nom qui s’écrit encore, sous l’influence d’aigle, « aiglefin » et aussi, sous celle d’aigre, « aigrefin » est emprunté du néerlandais schelvisch, « morue » et, proprement, « poisson à écailles ». Ce poisson est réputé pour la finesse de sa chair, mais aussi pour sa grande voracité. C’est cette particularité qui explique que l’on a donné son nom, sous la forme aigrefin, (également compris comme « aigre faim »), à un soldat maigre et de mauvaise mine puis, et c’est son seul sens aujourd’hui, à un escroc. Quand le contexte ne permettra pas de distinguer l’un de l’autre, on préfèrera réserver la graphie aigrefin au sens figuré de chevalier d’industrie.

Prodige pour prodigue

Le 7 octobre 2021

Extensions de sens abusives

Les mots prodige et prodigue sont paronymes, mais ils diffèrent par la nature et par le sens. Le premier est un nom qui désigne un phénomène, un fait surprenant qui arrive contre le cours normal des choses, et que l’on considère comme surnaturel (Dans l’Antiquité, les prodiges étaient interprétés par un exégète), puis, par extension, un fait extraordinaire, une prouesse ou un exploit (Ce chirurgien a accompli des prodiges). Enfin, par métonymie, il désigne une personne qui sort de l’ordinaire, dont les qualités, les talents ou, plus rarement, les défauts, les vices présentent un caractère remarquable (Pascal fut un prodige des mathématiques ; Mozart fut un enfant prodige). Quant à prodigue, c’est un adjectif qui qualifie celui qui dissipe son bien en libéralités excessives, en dépenses déraisonnables (Ce banquier prodigue mourut ruiné) ou, figurément, celui qui donne, dispense en abondance, généreusement, voire, de manière plus péjorative, trop volontiers, sans discernement (Il n’est prodigue que de conseils).

on dit

on ne dit pas

La parabole du fils prodigue

Yehudi Menuhin fut un prodige du violon, un violoniste prodige

La parabole du fils prodige

Yehudi Menuhin fut un prodigue du violon, un violoniste prodigue

« Devenir » au sens d’« Avenir, évolution »

Le 2 septembre 2021

Extensions de sens abusives

Le nom devenir, forme substantivée du verbe homonyme, s’emploie dans la langue de la philosophie et désigne un mouvement par lequel un être se forme ou se transforme, un changement, le passage d’un état à un autre. Il se rencontre aussi dans la locution en devenir qui qualifie une action, une entreprise en cours de réalisation. Il convient de ne pas employer ce nom en lieu et place d’« avenir » ou « évolution ». On dira donc l’avenir de ses enfants est assuré et non le devenir de ses enfants est assuré.

on dit

on ne dit pas

L’avenir de cette entreprise est incertain


L’évolution des techniques spatiales

Le devenir de cette entreprise est incertain

Le devenir des techniques spatiales

« Filtre » pour « Philtre »

Le 2 septembre 2021

Extensions de sens abusives

Les noms filtre et philtre sont homonymes mais ils ne sont pas homographes et diffèrent largement par le sens et l’étymologie, même si le premier pourrait peut-être servir à fabriquer le second. Filtre est issu, par l’intermédiaire du latin des alchimistes filtrum, du francique filtir, qui désignait une étoffe obtenue à partir de poils ou de laine, et qui est un parent du nom feutre ; filtre désigne aujourd’hui un appareil servant à retenir certaines matières ou bien, en l’y faisant passer, à épurer, à purifier un fluide. Philtre est, lui, emprunté, par l’intermédiaire du latin philtrum, du grec philtron, dérivé de phileîn, « aimer », et désigne un breuvage auquel on attribue des vertus magiques, en particulier celle d’inspirer une violente passion amoureuse. On se gardera donc bien de confondre les graphies respectives de ces deux mots.

on écrit

on n’écrit pas

La mandragore entrait jadis dans la composition des philtres d’amour

Le garagiste a changé le filtre à air

La mandragore entrait jadis dans la composition des filtres d’amour

Le garagiste a changé le philtre à air

Bonne dégustation

Le 1 juillet 2021

Extensions de sens abusives

La langue de la cuisine manie volontiers l’hyperbole. Il arrive souvent aujourd’hui que la formule consacrée qu’on entendait naguère, « Bon appétit », soit remplacée par le sans doute plus chic « Bonne dégustation », quand même il ne s’agirait que de déjeuner d’une salade de tomates ou d’un steak frites. Dans Sérotonine, Michel Houellebecq rend compte de ce fait quand il écrit : « Ces restaurants auraient d’ailleurs été supportables si les serveurs n’avaient récemment acquis la manie de déclamer la composition du moindre amuse-bouche, le ton enflé d’une emphase mi-gastronomique mi-littéraire, guettant chez le client des signes de complicité ou au moins d’intérêt, dans le but j’imagine de faire du repas une expérience conviviale partagée, alors que leur seule manière de lancer : « Bonne dégustation » à l’issue de leur harangue gourmande suffisait en général à me couper l’appétit. »

Des trous dans la raquette

Le 1 juillet 2021

Extensions de sens abusives

Les hommes politiques et les journalistes aiment les métaphores sportives. On dit qu’untel a botté en touche pour ne pas répondre à une question embarrassante, qu’un autre a taclé son adversaire, qu’une campagne électorale est un marathon (ou une course d’obstacles) et que celui qui a les meilleurs résultats dans les sondages fait la course en tête quand ses adversaires sont dans le peloton des lâchés. On rencontre également depuis quelque temps l’expression des trous dans la raquette, empruntée de l’anglais holes in the racket, employée pour signaler qu’un dispositif règlementaire ou législatif est trop peu précis pour toucher toutes les personnes ou les catégories qu’il vise. Il conviendrait de ne pas faire de cette expression un tic de langage, d’autant plus que, à l’exception des raquettes de ping-pong ou de jokari, les raquettes sont en partie constituées d’un cadre tendu de cordes entrecroisées, et donc que la surface de la raquette compte essentiellement des trous. L’expression plus ancienne passer entre les mailles du filet est séduisante pour rendre compte de cette idée, mais des trous dans la raquette pointe la faiblesse d’un système mis en place, alors que passer entre les mailles du filet signale l’habileté se celui qui ‘réussit à échapper à un dispositif de contrôle.

Pages