Dire, ne pas dire

Emplois fautifs

Des joies sans égales, des chagrins sans égal

Le 4 février 2021

Emplois fautifs

Dans la locution sans égal, qui signifie « tel qu’on n’en connaît pas d’aussi grand, d’aussi fort », égal, employé comme nom, a la particularité de pouvoir être au féminin singulier ou pluriel, mais ne peut être qu’au masculin singulier. On peut donc écrire des joies sans égales ou sans égale, mais uniquement des chagrins sans égal, l’usage n’acceptant pas, essentiellement pour des raisons d’euphonie, des chagrins sans égaux.

on dit, on écrit

on ne dit pas, on n’écrit pas

Des talents sans égal

Ils sont sans égal

Des talents sans égaux

Ils sont sans égaux

 

D’accord que, suivi de l’indicatif ou du subjonctif

Le 4 février 2021

Emplois fautifs

La locution d’accord que est généralement suivie de l’indicatif. On lit ainsi dans La Jument verte, de Marcel Aymé : « Le jeune vétérinaire avait d’autres séductions plus solides ; il était laborieux, économe, rangé, bon catholique, il faisait merveille aux enterrements, et dans la ville, tout le monde était d’accord qu’il avait l’air vraiment convenable. » Dans ce cas, être d’accord que est employé au sens de « convenir que, être d’avis que » et le verbe qu’introduit cette locution est généralement au présent ou au passé : Je suis d’accord que c’est une belle réussite ; Nous sommes d’accord qu’il fallait agir autrement. Mais il peut aussi arriver, dans une langue très familière, qu’être d’accord que signifie, par ellipse d’être d’accord pour que, « admettre, accepter ». Dans ce cas, la proposition qui suit indique un évènement à venir et elle se met au subjonctif : Nous sommes d’accord qu’il vienne la semaine prochaine.

on dit

on ne dit pas

Je suis d’accord qu’il dorme à la maison

Sont-ils d’accord que nous fassions route ensemble ?

Je suis d’accord qu’il dort à la maison

Sont-ils d’accord que nous faisons route ensemble ?

Péren au lieu de Pérenne

Le 4 février 2021

Emplois fautifs

Il existe de nombreux adjectifs français terminés par -en au masculin et par -enne au féminin. Dans ces cas, le digramme -en se prononce comme -in dans fin, tandis que le groupe -enne se prononce comme -eine dans peine. On a ainsi des formes comme alsacien, alsacienne, égéen, égéenne ou moyen, moyenne. Mais on ne doit pas conclure de ce fait la proposition inverse, qui serait que les adjectifs féminins en -enne ont nécessairement un masculin en -en. Rappelons donc que, en français, il existe des adjectifs, appelés épicènes, qui ont la même forme en -e au masculin et au féminin : un garçon timide, une fille timide, une table ovale, un bureau ovale. C’est à cette catégorie qu’appartient pérenne. On dira donc une œuvre pérenne, une source pérenne mais aussi un feuillage pérenne, un engagement pérenne et non un feuillage péren, un engagement péren.

on dit, on écrit

on ne dit pas, on n’écrit pas

Un puits pérenne

La vigne est un végétal pérenne

Un puits périn, péren

La vigne est un végétal périn, péren

Ça a été ? pour Cela vous a-t-il plu ?

Le 7 janvier 2021

Emplois fautifs

La langue familière emploie parfois le verbe être au passé composé en lieu et place d’aller : Hier, j’ai été voir mon oncle Michel, quand c’est Hier, je suis allé… qu’il faudrait dire. Mais aller signifie aussi « fonctionner ; se porter bien ou mal » (il va bien, elle va mieux). Il peut d’ailleurs s’employer elliptiquement pour indiquer que l’on se porte bien en particulier dans des formules interrogatives relevant de la langue orale : Comment ça va ? Ce tour fut en son temps popularisé par le fameux chant révolutionnaire Ah, ça ira ! Aller en ce sens s’emploie parfois au passé composé, le plus souvent à la troisième personne : C’est allé de mieux en mieux. Or la substitution du verbe aller par le verbe être commence également à se rencontrer dans cet emploi et l’on entend de plus en plus la question ça a été ? en lieu et place de phrases comme cela s’est-il bien passé ? ou cela vous a-t-il plu ? Il s’agit de tours très familiers qu’il convient, autant que faire se peut, d’éviter.

Elle s’est fait gronder

Le 7 janvier 2021

Emplois fautifs

Quand il est suivi d’un infinitif, le participe passé fait est toujours invariable. On dit et on écrit la maison qu’il a fait construire (et non qu’il a faite construire) ou elle s’est fait construire une maison (et non elle s’est faite construire une maison). On dira de même elle s’est fait mordre par son chien (et non elle s’est faite mordre).

on dit, on écrit

on ne dit pas, on n’écrit pas

Elle s’est fait gronder par la maîtresse

Ils se sont fait surprendre par la nuit

Elle s’est faite gronder par la maîtresse

Ils se sont faits surprendre par la nuit

Il est de nature inquiet ou Il est de nature inquiète

Le 7 janvier 2021

Emplois fautifs

La locution être de nature suivie d’un adjectif signifie le plus souvent qu’une personne possède le trait de caractère signalé par cet adjectif. Ce dernier s’accorde avec le nom qui constitue le noyau de cette locution, nature : Il est de nature inquiète, ils sont de nature joyeuse. Dans certains cas, le nom nature peut être précédé de l’article : Il est d’une nature soupçonneuse. Mais de nature peut aussi s’employer de manière autonome avec le sens de « par nature » et ce n’est plus alors nature qui commande l’accord mais le sujet de la phrase : Il est de nature inquiet. Signalons cependant que, dans ce type de phrase, l’usage préfère, pour éviter toute ambiguïté, postposer cette locution : Il est inquiet de nature, ou la placer entre virgules : Il est, de nature, inquiet.

Des compliments banaux ou des compliments banals

Le 3 décembre 2020

Emplois fautifs

L’adjectif final fait ordinairement finals au masculin pluriel, mais on rencontre aussi finaux, notamment en linguistique et en économie. On observe le même phénomène avec banal, dont le masculin pluriel, ordinairement banals (des compliments banals), est banaux quand cet adjectif appartient au vocabulaire de la féodalité et qualifie ce qui était mis à la disposition de tous moyennant le paiement d’une redevance au seigneur (des moulins banaux). Cette distinction n’a pas toujours été respectée : Marcel Cohen en témoigne, dans ses Regards sur la langue française, quand il signale que, en juin 1904 en Sorbonne, Émile Faguet employait la locution des mots banaux tandis que Ferdinand Brunot, dans une salle voisine, disait des mots banals… On s’efforcera tout de même, un siècle plus tard, d’essayer de l’appliquer.

on dit

on ne dit pas

Au Moyen Âge, les paysans faisaient cuire leur pain dans des fours banaux

Il lui a tenu des propos banals

Au Moyen Âge, les paysans faisaient cuire leur pain dans des fours banals

Il lui a tenu des propos banaux

Elle s’est faite belle, cette idée s’est fait jour

Le 3 décembre 2020

Emplois fautifs

Dans la tournure Elle s’est faite belle, le pronom élidé s’ est complément d’objet direct du verbe faire ; il est donc normal que le participe s’accorde. Il n’en va pas de même dans une phrase comme Cette idée s’est fait jour, puisque, dans ce cas, le pronom s’ est complément d’objet indirect du verbe faire, qui a pour complément d’objet direct le nom jour. En effet, la locution se faire jour est l’équivalent de « se frayer un chemin, se faire une ouverture, réussir à passer » et, dans ce type de construction, le participe passé fait reste donc invariable.

on dit, on écrit

on ne dit pas, on n’écrit pas

Une inquiétude s’est fait jour dans l’assemblée

Très vite ses qualités se sont fait jour

Ils se sont faits tout propres 

Une inquiétude s’est faite jour dans l’assemblée

Très vite ses qualités se sont faites jour

Ils se sont fait tout propres

Plâtrée pour Platée

Le 3 décembre 2020

Emplois fautifs

Le suffixe -ée sert à former des noms désignant un contenu à partir de noms désignant un contenant : une bouche, une bouchée ; une pelle, une pelletée ; une assiette, une assiettée. Sur ce modèle, à partir du nom plat, on a formé platée pour désigner familièrement le contenu d’un plat servi abondamment : une platée de pommes de terre. Ce mot ne devrait donc pas être concurrencé par d’autres formes ; pourtant il l’est régulièrement par plâtrée. Plusieurs raisons peuvent expliquer cette confusion : la paronymie, mais aussi le fait que ces portions ont parfois une consistance épaisse qui rappelle le plâtre. Cela n’empêche pas que plâtrée reste incorrect et que c’est platée qu’il faut employer.

on dit

on ne dit pas

On leur servit une énorme platée de chou farci

Il crut ne jamais venir à bout de cette platée

On leur servit une énorme plâtrée de chou farci

Il crut ne jamais venir à bout de cette plâtrée

Cotisation ou Prime d’assurance

Le 5 novembre 2020

Emplois fautifs

Prime est un mot polysémique (et encore, nous ne nous arrêterons pas ici sur la forme issue du latin primus, qui désigne la première des heures canoniales). La forme qui nous intéresse signifie « récompense », mais désigne aussi une somme que l’on verse contractuellement à une société d’assurances pour être couvert en cas de sinistre. C’est avec ce dernier sens que prime est entré dans notre langue par l’intermédiaire de l’anglais premium, et ce n’est qu’un peu plus tard que, par extension, il a pris le sens de « récompense, gratification ». Il s’agit là d’un juste retour au sens du mot latin praemium dont il est tiré. Aujourd’hui le même mot désigne donc, d’une part, ce qui est accordé à celui qui a particulièrement donné satisfaction et, d’autre part, la somme dont on doit s’acquitter pour être protégé contre tel ou tel accident. Dans ce dernier cas, prime est parfois concurrencé par cotisation : si, en ce sens, l’emploi de ce terme n’est pas incorrect, on préfèrera néanmoins utiliser cotisation pour désigner la somme versée à une association, à un organisme pour en être membre (payer sa cotisation à un syndicat, à un club sportif).

Pages