Dire, ne pas dire

Emplois fautifs

Affabulation au sens de Fabulation

Le 02 octobre 2014

Emplois fautifs

Le nom affabulation a d’abord désigné le sens moral d’une fable, d’un apologue, puis la trame d’un récit, d’une pièce de théâtre et enfin, par extension, la construction de l’intrigue dans une œuvre de fiction ; ces deux derniers sens sont les seuls encore en usage aujourd’hui. Avec l’article défini élidé « l’ », affabulation forme un groupe nominal, l’affabulation, qui est l’homophone d’un autre groupe nominal dans lequel entre cette fois-ci l’article défini non élidé « la » : la fabulation. On se gardera de confondre affabulation et fabulation, cette dernière étant la tendance, parfois pathologique, à présenter comme vrais des récits imaginaires, et l’on fera de même pour les deux verbes correspondants, affabuler et fabuler.

On dit

On ne dit pas

Toute cette histoire n’est que mensonges et fabulations

Il ne cesse de fabuler

Voici en deux mots l’affabulation de ce roman

Toute cette histoire n’est que mensonges et affabulations

Il ne cesse d’affabuler

Voici en deux mots la fabulation de ce roman

 

Impétrant au sens de postulant

Le 02 octobre 2014

Emplois fautifs

Le nom impétrant a un sens précis dans la langue du droit et de l’administration, mais force est de constater qu’on l’emploie souvent à tort, par une extension abusive, peut-être parce que son caractère un peu savant peut donner une teinte d’érudition à un discours. Impétrant désigne en effet une personne qui obtient un titre, un privilège d’une autorité compétente, et il s’emploie en particulier pour nommer celui qui vient de réussir un examen. C’est donc un grave contresens de le confondre avec postulant, qui désigne le candidat à un emploi, à une fonction, etc.

On dit

On ne dit pas

L’impétrant a signé son diplôme, son arrêté de nomination

Il y a de nombreux postulants pour cette place

Le postulant a signé son diplôme, son arrêté de nomination

Il y a de nombreux impétrants pour cette place

 

Majuscules aux noms de jours et de mois

Le 02 octobre 2014

Emplois fautifs

Les noms des jours et des mois sont des noms communs qui forment une catégorie extrêmement limitée, et qui le serait encore quand bien même on y ajouterait les noms des jours et des mois révolutionnaires, comme quintidi ou décadi, germinal ou vendémiaire. Comme ce sont des noms communs, ils ne doivent pas, sauf en début de phrase, être écrits avec une majuscule et ils prennent, les uns et les autres, la marque du pluriel.

 

On écrit

On n’écrit pas

Nous sommes le lundi 7 juillet

Il vient tous les mardis

Toutes ces dernières années, nous avons eu de beaux décembres

Nous sommes le Lundi 7 Juillet

Il vient tous les mardi

Toutes ces dernières années, nous avons eu de beaux Décembre

 

Prendre pour témoin, Prendre à témoin

Le 02 octobre 2014

Emplois fautifs

Ces deux expressions ne sont pas, comme on le croit parfois, interchangeables.

Prendre quelqu’un à témoin signifie « invoquer son témoignage, le sommer de déclarer ce qu’il sait ». La locution à témoin est adverbiale ; témoin y est donc invariable. Prendre quelqu’un pour témoin peut signifier « se faire assister de cette personne pour certains actes », mais aussi « lui demander d’accepter de rendre compte de ce qu’il sait ». Dans ce cas, témoin est attribut du complément d’objet direct de prendre et varie en nombre avec celui-ci.

On écrit

On n’écrit pas

Prendre les dieux à témoin de son malheur

Prendre ses voisins pour témoins de la gêne occasionnée

Prendre les dieux à témoins de son malheur
 

Prendre ses voisins pour témoin de la gêne occasionnée

 

Cela ressort de mes attributions

Le 09 septembre 2014

Emplois fautifs

Il existe deux verbes ressortir en français. Ils sont homonymes et homographes à l’infinitif, mais diffèrent par l’étymologie (l’un est dérivé de sortir, l’autre de ressort), par leur groupe et par conséquent par leur conjugaison (l’un est du troisième groupe et fait ressortait à l’imparfait, l’autre est du deuxième et fait ressortissait à ce même temps). L’un signifie « sortir d’un endroit peu après y être entré » et se construit le plus souvent avec la préposition de, l’autre signifie « relever de » et se construit toujours avec la préposition à. Le premier de ces deux verbes appartient à la langue courante et s’emploie à toutes les personnes, l’autre appartient essentiellement à la langue administrative et se construit le plus souvent à la troisième personne. On évitera de confondre ces deux verbes et l’on veillera à bien respecter le groupe et la construction qui leur conviennent.

On dit

On ne dit pas

Cela ressortit à mes attributions

Cette affaire ressortissait à la cour d’assises.

Ce texte ressortit à l’épopée

Il ressortait de la chambre

Cela ressort de mes attributions

Cette affaire ressortait de la cour d’assises.
 

Ce texte ressortit de l’épopée

Il ressortissait de la chambre

 

Irréversible / Irrévocable

Le 09 septembre 2014

Emplois fautifs

L’adjectif irréversible signifie « qui ne peut s’inverser, se reproduire en sens inverse ». Il s’applique en premier lieu à des mouvements, à des processus qui ne sont pas soumis au caprice des hommes : on dira ainsi que l’histoire est irréversible ou que certaines maladies ont une évolution irréversible. Mais cet adjectif s’emploie surtout dans des domaines techniques : il existe par exemple en chimie des réactions irréversibles. Enfin, en droit et dans la langue de l’administration, il signifie « qui est attaché à une personne unique » : une pension irréversible est ainsi appelée car elle ne peut être reversée à un tiers. Bien qu’ils soient paronymes et que l’un et l’autre traduisent l’impossibilité de revenir en arrière, les adjectifs irréversible et irrévocable ne sauraient être confondus. Irrévocable, dans lequel on reconnaît le nom latin vox, « voix », qualifie des décisions humaines définitives, le plus souvent sanctionnées par la justice, que l’on ne peut modifier.

On dit

On ne dit pas

Un phénomène irréversible

Un arrêt, un jugement irrévocable

Une donation irrévocable

Une allocation irréversible

Un phénomène irrévocable

Un arrêt, un jugement irréversible

Une donation irréversible

Une allocation irrévocable

 

Luxurieux pour Luxuriant

Le 09 septembre 2014

Emplois fautifs

Même s’ils sont proches phonétiquement, s’ils remontent l’un et l’autre au nom latin luxus, « excès, débauche », puis « faste », même s’ils sont voisins immédiats dans le Dictionnaire de l’Académie française, les adjectifs luxuriant et luxurieux ne sont pas synonymes. Luxuriant s’emploie pour qualifier la richesse de la végétation ou, par analogie, de l’imagination, alors que luxurieux qualifie qui s’adonne à la luxure, ou ce qui la dénote ou y incite.

On dit

On ne dit pas

Un feuillage luxuriant

Un livre, un spectacle luxurieux

Un feuillage luxurieux

Un livre, un spectacle luxuriant

 

Périple au sens de Voyage

Le 09 septembre 2014

Emplois fautifs

Le nom périple est emprunté, par l’intermédiaire du latin periplus, du grec periplous. Ce dernier est formé à l’aide du nom plous, « navigation », et de la préposition peri, « autour ». Le périple était à l’origine un voyage par mer autour d’une terre ou une boucle que l’on fait en longeant les côtes à l’intérieur d’une mer ; on parlera ainsi du périple autour du Pont-Euxin de l’historien grec Arrien. On peut légitimement aujourd’hui étendre le sens de périple à un voyage qui ne se fait pas par mer, à condition qu’il s’agisse d’un voyage circulaire, mais on ne doit pas donner ce nom à tout voyage de longue durée.

 

On dit

On ne dit pas

Au terme d’un long voyage Marco Polo arriva en Chine

Son expédition en Grèce l’a mené d’Athènes à Olympie

Au terme d’un long périple Marco Polo arriva en Chine

Son périple en Grèce l’a mené d’Athènes à Olympie

 

Geai pour Jais

Le 11 juillet 2014

Emplois fautifs

Le geai est un oiseau, chacun le sait et sait qu’à son sujet La Fontaine composa jadis une fable pour moquer les plagiaires, Le Geai paré des plumes du paon. Cet oiseau a un plumage gris mêlé de bleu, de noir et de rouge orangé sur les ailes. Les quelques traces de noir que l’on aperçoit chez lui n’ont rien de remarquable, contrairement à celles que l’on trouve chez son homonyme, le jais, cette pierre d’un noir brillant et profond. C’est donc à la pierre que l’on fait allusion, et non à l’oiseau, quand on parle de cette couleur.

On écrit

On n’écrit pas

Un noir de jais

Des yeux, des cheveux de jais

Un noir de geai

Des yeux, des cheveux de geai

 

Inclinaison pour Inclination

Le 11 juillet 2014

Emplois fautifs

Ces deux noms ont la même origine latine, le verbe inclinare. Mais si le nom latin inclinatio, qui en dérive, réunissait à la fois les sens d’inclinaison et d’inclination, il convient en français de ne pas employer ces deux termes l’un pour l’autre : Inclinaison désigne l’état de ce qui est incliné, alors qu’inclination désigne le fait de pencher la tête en avant, en signe d’acquiescement, de salut ou de respect, mais aussi le mouvement de l’âme, le plus souvent animée par un sentiment amoureux, qui entraîne vers quelqu’un, vers quelque chose.

On dit

On ne dit pas

L’inclinaison d’un toit

Saluer d’une inclination de la tête

Avoir de l’inclination pour quelqu’un

L’inclination d’un toit

Saluer d’une inclinaison de la tête

Avoir de l’inclinaison pour quelqu’un

 

Pages