Dire, ne pas dire

Accueil

Les murs d’Alger

Le 02 mars 2017

Bloc-notes

fernandez.jpgLors d’une tournée de conférences dans les principales villes d’Algérie, j’ai constaté le regain d’intérêt pour la langue française (après les années où elle avait été quasiment proscrite) et le succès auprès du public des trois volumes de Dire, ne pas dire. Mais, aussi, la perplexité de ce public. Les auditeurs, dont la plupart (ceux qui intervenaient en tout cas) parlaient un excellent français, s’inquiétaient de l’ignorance où l’on était à Paris de leurs problèmes spécifiques. « La langue française, est-ce uniquement celle qu’on parle chez vous ? Nous l’avons étudiée, nous l’aimons, mais songez-vous à tenir compte de sa situation en Algérie ? » Le français, langue du colonisateur... Lors de son discours de réception à l’Académie française, Andreï Makine a exposé quelles difficultés intérieures avait rencontrées la romancière Assia Djebar pour écrire ses livres dans cette langue. De nos jours encore, les Algériens ne peuvent accepter pleinement celle-ci que revisitée par eux, amendée, relevée, enrichie de leurs propres innovations. L’époque est révolue où les seuls mots maghrébins passés en français désignaient des choses ou des notions jugées peu flatteuses : un « chouïa », le « bled », un « clebs », « maboul », « smala », « gourbi ».

Le français d’Algérie, nécessairement contaminé par l’arabe et par le berbère, est riche de potentialités que nous aurions tort d’ignorer. Un chauffeur de taxi est pour eux un « taxieur ». Parmi leurs néologismes, j’ai retenu surtout deux mots, pour leur pertinence autant que pour leur saveur. Ceux de leurs compatriotes qui s’expriment mal –, c’est-à-dire ne parlent correctement ni le français, ni l’arabe, ni le berbère – ils les appellent des « zérolingues ». Ce sont les mathématiciens arabes qui ont introduit le zéro dans la numération, et les Arabes d’aujourd’hui ont bien le droit de l’utiliser pour composer de nouveaux mots. N’aurions-nous pas envie de dire, nous, en France : « Taisez-vous, zérolingue ! » à tel présentateur de télévision ou de la radio ignorant qui nous inonde de son sabir, quand ce n’est pas un ministre lui-même ? Et puis, pour le voyageur surpris, quand il débarque à Alger, par le nombre de jeunes hommes qui restent toute la journée, désœuvrés mais debout, appuyés contre un mur, dans l’attente interminable d’une chance qui ne viendra jamais, quel étonnement de découvrir un mot approprié à leur résignation. Ce sont des « hétistes ». De « hété », qui signifie « mur » en arabe. Le « hétiste » est celui que le chômage cloue au mur. « Hétiste », un mot qui résume dans sa brièveté poétique les problèmes sociaux, la douleur, les aspirations impossibles d’un peuple attaché à son pays mais qui n’a d’autre espoir que d’émigrer.

 

Dominique Fernandez
de l'Académie française

Appositions fautives

Le 02 mars 2017

Emplois fautifs

Les participes passés et présents sont souvent employés en apposition à un nom présent dans la phrase. Ce type de construction est parfaitement correct et l’on peut dire Guéri, Paul reprit toutes ses activités. Mais il faut absolument que le sujet du verbe soit celui auquel se rapporte le participe en apposition. On dira ainsi : Déçu par de mauvaises ventes, le libraire retira le livre des étals mais non Déçu par de mauvaises ventes, le livre fut retiré des étals.

 

on dit

on ne dit pas

Apprenant la nouvelle, il avança son départ

 

Absent pour le moment, je ne puis vous répondre

Apprenant la nouvelle, son départ fut avancé

Absent pour le moment, vous pouvez laisser un message

 

Elle s’est permise

Le 02 mars 2017

Emplois fautifs

Le verbe permettre se construit avec un complément direct, indiquant ce qu’on autorise, et un complément indirect indiquant à qui on l’autorise : le médecin ne lui permet plus le sucre. Le premier peut être remplacé par un infinitif prépositionnel (je lui permets de sortir) ou une complétive (la pluie et le vent ne permettent pas que nous nous promenions).

Quand permettre est à la forme pronominale, le pronom complément me, te, se, nous ou vous est complément indirect et ne commande donc pas l’accord : elle s’est permis d’étranges remarques. Mais on dira l’intervention qu’il s’est permise, puisque le complément direct du verbe, le pronom relatif qu(e) reprenant le nom féminin intervention, est placé avant le verbe.

 

on dit

on ne dit pas

Elle s’est permis d’arriver en retard

Les libertés qu’il s’est permises avec le règlement

Elle s’est permise d’arriver en retard

Les libertés qu’il s’est permis avec le règlement

 

La cartouche, le cartouche

Le 02 mars 2017

Emplois fautifs

Nous avons vu, il y a peu, qu’il existait deux noms mémoire, l’un masculin et l’autre féminin. Mémoire n’est pas le seul à présenter cette particularité : dans cette catégorie de noms, on trouve aussi le mot cartouche. Cartouche est surtout connu comme nom féminin ; il désigne alors l’étui cylindrique en carton ou la douille de métal contenant le projectile qu’on place dans une arme à feu puis, par métonymie, cet étui, cette douille eux-mêmes. Par analogie, cartouche a aussi désigné d’autres contenants : une cartouche de dynamite, d’encre, de cigarettes, etc. Cartouche est emprunté du nom italien, également féminin, cortuccia, ce dernier étant dérivé de carta, qui signifie « papier ». Ainsi, le nom cartouche est le parent, entre autres, de formes comme carte, charte, carton, cartable ou encore cartomancie. Mais l’italien carta est également à l’origine du dérivé masculin cartoccio, que nous avons emprunté, lui aussi, sous la forme cartouche. Ce mot désigne un motif ornemental en forme de feuille en partie déroulée sur laquelle figure une inscription, des armoiries, une devise, etc. Mais si ce nom est vivant, c’était surtout parce qu’il désigne l’encadrement ovale dans lequel était écrit le nom des rois et des reines dans les textes hiéroglyphiques. On sait ainsi que l’identification du nom de Cléopâtre dans un cartouche de la pierre de Rosette permit à Champollion d’avancer grandement dans le déchiffrement des hiéroglyphes. Il connaît une nouvelle vigueur aujourd’hui puisque cartouche désigne aussi les encadrés proposant, dans les musées, les indications sur les œuvres présentées.

Puiser ses racines

Le 02 mars 2017

Emplois fautifs

Le verbe puiser, dérivé de puits, signifie proprement « prendre de l’eau à un puits, à une source, etc. ». Par extension, puiser signifie aussi « aller chercher ce qui est nécessaire ou ce qui fait défaut » ; on sait que les racines puisent dans le sol les nutriments dont elles ont besoin. On peut aussi dire, pour évoquer ces mêmes racines, qu’elles plongent dans le sol pour en retirer les nutriments ou encore que la plante plonge ses racines dans le sol. Mais on veillera à ne pas confondre la construction du verbe puiser, et celle de plonger, et l’on ne dira pas que telle chose puise ses racines dans… puisque, on l’a vu, ce sont les racines qui puisent.

 

on dit

on ne dit pas

Cette légende a ses racines, plonge ses racines dans les mythes antiques

Cette légende puise ses racines dans les mythes antiques

 

e-learning

Le 02 mars 2017

Néologismes & anglicismes

Il existe maintenant des enseignements de tous ordres faisant appel à des moyens de communication électroniques. On les regroupe sous le nom de « formation en ligne ». Cette locution rend précisément compte de ce que peuvent être ces nouveaux types de formation ; il est donc parfaitement inutile de lui substituer l’anglicisme e-learning. Et cette substitution est d’autant plus regrettable qu’il arrive fréquemment que les personnes à qui l’on propose ces formations ne maîtrisent pas l’anglais. Faut-il rappeler encore que nommer en anglais ce qui a un nom français n’améliore pas la qualité de ce que l’on nomme, et que le faire devant un public non anglophone est une marque de mépris envers ce public ou, à tout le moins, de grave ignorance de ce qu’il est. On évitera aussi, autant qu’il est possible d’utiliser tous ces néologismes mal venus, construits à l’aide du préfixe très productif e-, signifiant « électronique », comme e-commerce, e-sport, etc.

Made for sharing. Pierre de Coubertin, reviens, ils sont devenus fous

Le 02 mars 2017

Néologismes & anglicismes

Made for sharing. Pierre de Coubertin, reviens, ils sont devenus fous

Nous avons publié récemment la lettre d’un Québécois ayant séjourné à Paris et se plaignant du nombre d’anglicismes qui se lisaient sur les devantures des boutiques. Nous recevons beaucoup de lettres de ce type dans lesquelles nos correspondants, français ou étrangers, déplorent cette mauvaise pratique. Que dire alors du made for sharing destiné à promouvoir la candidature de Paris pour l’organisation des Jeux olympiques de 2024 ? A-t-on à ce point honte de notre langue que l’on n’ose l’employer ? Pense-t-on entraîner l’adhésion de tout un peuple à ce projet en refusant de s’exprimer dans sa langue ? N’y a-t-il nul autre moyen, pour se distinguer de son principal concurrent, que de lui emprunter sa langue ? Est-il logique de se dire fait pour partager si l’on ne veut pas communiquer dans sa propre langue ? N’est-ce pas traiter par le mépris tous les francophones étrangers qui aiment cette langue ? N’est-ce pas oublier que l’article 24 de la Charte olympique précise que les langues officielles du Comité international olympique sont le français et l’anglais ? N’est-ce pas oublier que les jeux modernes furent restaurés par un Français ? Pierre de Coubertin, reviens…

Voyez aussi sur notre site (www.academie-francaise.fr) le communiqué de l’Académie française du 16 février 2017 à ce sujet.

A minima au sens d’Au moins

Le 02 mars 2017

Extensions de sens abusives

La locution a minima s’emploie dans le domaine du droit, et se rencontre dans l’expression appel a minima, qui signifie que le ministère public fait appel pour augmenter une peine qu’il juge en inadéquation avec la faute commise. Cette locution, tirée du latin juridique a minima poena, « à partir de la plus petite peine », appartient donc à une langue spécialisée et ne doit être employée que dans ce cadre. On ne doit pas en faire un synonyme de tours comme au moins ou au minimum.

 

on dit

on ne dit pas

Sa copie mérite au minimum 17/20

Il devrait obtenir au moins la médaille de bronze

À tout le moins, il pourrait se sentir gêné

Sa copie mérite a minima 17/20

Il devrait obtenir a minima la médaille de bronze

A minima, il pourrait se sentir gêné

 

Sinon au sens de Par ailleurs, d’autre part

Le 02 mars 2017

Extensions de sens abusives

La conjonction sinon signifie « si ce n’est » : je ne sais rien, sinon qu’il est venu ; tous l’aimaient, sinon comme un frère, au moins comme un ami. Elle peut aussi signifier « sans quoi, faute de quoi » : travaillez avec constance et application, sinon vous n’obtiendrez que de médiocres résultats. On ne doit pas ajouter à ces sens celui de « par ailleurs, d’autre part ». On ne dira donc pas, ce que l’on entend hélas trop souvent, il a un bel appartement à Paris, sinon il a aussi une maison en Vendée ; toute sa famille va bien, et, sinon, sa sœur vient de se marier.

 

on dit

on ne dit pas

Il marche beaucoup et, par ailleurs, il nage régulièrement

Quant à toi, comment te portes-tu ?

Il marche beaucoup et, sinon, il nage régulièrement.

Et sinon, toi, ça va ?

 

Cochon, porc, goret

Le 02 mars 2017

Bonheurs & surprises

Dans le cochon, tout est bon lisait-on naguère sur les devantures des charcuteries. L’élision, naturelle à l’oral (dans l’cochon…), du e de le faisait que l’on avait un distique, c’est-à-dire une suite de deux vers de même longueur, rimant ensemble et présentant un sens complet. Voici un animal, disposé à la poésie, qui est à la source d’une quantité invraisemblable de mets, préparations culinaires dont les jambons, saucissons, cervelas, andouilles, boudins, saucisses, échines, filets, et l’on en passe et des meilleurs.

Mais notre appétissant quadrupède peut aussi susciter notre gourmandise dans le domaine linguistique puisqu’il est à l’origine d’un grand nombre de mots.

Il existe une forme indo-européenne servant à nommer cet animal, dont on trouve des traces dans le grec hus ou le latin sus. Cette racine est aussi à l’origine de l’allemand Schwein. Du latin sus a été tiré le nom savant Suidés mais aussi le verbe d’usage courant souiller. Ce dernier nous vient du latin populaire *suculare, « salir comme le ferait un cochon », lui-même dérivé du diminutif sucula qui désignait une jeune truie. Du grec hus est dérivé huaina, qui désigne une hyène, parce que l’on trouvait à ces deux animaux une allure assez semblable et que tous deux étaient réputés fort voraces. D’une forme nordique, voisine de l’allemand Schwein, et du russe svinia, vient notre marsouin : ce nom est en effet emprunté, par l’intermédiaire du néerlandais meerswijn, du norois marsvin, c’est-à-dire « cochon (svin) de mer ». Notons d’ailleurs que Pline appelait déjà cet animal porcus marinus. Cette racine indo-européenne se retrouve également dans le gaulois *suteg, proprement « toit à porcs », à l’origine du français soue.

Si le nom cochon n’a pas d’étymologie attestée (on suppose que son nom viendrait d’une onomatopée imitant les grognements de cet animal), le nom porc, lui, nous vient du latin porcus, qui désignait un porc domestique, mâle ou femelle. Mais les latins employaient aussi porcus dans la langue populaire, pour désigner la vulve de la truie, puis le sexe de la femme. Ils nommèrent ensuite ainsi un coquillage dont la forme pouvait évoquer un sexe féminin, coquillage que nous connaissons sous le nom de porcelaine. Ce nom nous vient d’ailleurs de l’italien porcellana, désignant également ce coquillage mais signifiant proprement « vulve de truie ». C’est parce que la coquille de ce mollusque est particulièrement lisse que l’on a ensuite donné ce nom à un type de céramique dur obtenu par vitrification.

Ce même porcus est aussi, indirectement, à l’origine du nom « truie » ; les latins appelaient en effet porcus troianus, proprement « porc à la troyenne », un porc farci de différentes pièces de petit gibier, cet animal étant en quelque sorte une image du cheval de Troie avec les soldats grecs à l’intérieur. Cette locution s’est ensuite abrégée en troia pour donner le français truie.

Cette truie, les latins l’appelaient, eux, scrofa : ce mot est à l’origine de scrofule et de son doublet populaire écrouelles, probablement parce que les porcs étaient souvent atteints par ce mal et présentaient en abondance ce type de ganglions. Mais ce même scrofa a aussi donné le nom « écrou ». L’analogie est la même que pour porc et porcelaine, et l’écrou est ainsi nommé parce que sa forme évoque un sexe de truie.

En ancien français, truie se disait gorre, que l’on trouvait aussi écrit gore ou gaurre. Comme cochon, ce nom, d’où nous vient goret, est tiré d’une onomatopée imitant les grognements des porcs. Par extension de sens, gorre a désigné la syphilis, mais aussi une femme débauchée et enfin le luxe ; la diversité de ces sens amenait parfois des confusions.

Ainsi quand Isabeau de Bavière était appelée « la grand gorre » pour sa pompe et sa magnificence, beaucoup donnaient à ce surnom le sens de « grande truie ». Gorre, sans doute pour l’ensemble de ces significations, est aussi, rappelons-le, à l’origine du nom gourgandine.

Notons, pour conclure, que notre cochon qui aurait, étymologiquement parlant, toute sa place dans un magasin de porcelaine, n’a pourtant pas très bonne réputation. On le considère comme sale, mais l’histoire de la langue lui rend parfois justice ; ainsi le nom souille, le bourbier où le sanglier, le singularis porcus (« porc solitaire »), aime se vautrer, est issu du latin solium, qui pouvait désigner une baignoire mais aussi un trône, le fauteuil d’un juge, ou encore une châsse ou un reliquaire.

 

Scrupule, calcul et gravelle

Le 02 mars 2017

Bonheurs & surprises

Scrupule et calcul sont deux mots de sens éloignés qui, parfois, s’opposent. On dira ainsi que, pour arriver à ses fins, tel ou tel se livre à de froids calculs et agit sans scrupules. Et pourtant, les noms latins dont ils sont tirés étaient synonymes.

Scrupule est emprunté de scrupulus, un diminutif de scrupus, désignant une pierre pointue. Le scrupulus était donc une petite pierre qui, glissée dans une sandale par exemple, gênait la marche et empêchait d’aller librement. En passant du concret à l’abstrait, scrupulus en est venu à désigner un sentiment d’inquiétude, un embarras voire un remords qui interdit toute quiétude. Ce sens se trouve, par exemple, dans le Pro Amerino de Cicéron : « ex animo scrupulum evellere », « arracher de l’esprit un souci » ou, pour garder une expression figurée, « tirer une épine du pied ». À ces significations s’est ensuite ajouté un sens en métrologie, celui de « plus petite division d’une unité de mesure ». Le scrupulum était la vingt-quatrième partie de l’once, puis de l’heure. Ces sens, qui se sont maintenus jusqu’au xixe siècle, sont aujourd’hui sortis d’usage mais on lisait dans l’édition de 1835 du Dictionnaire de l’Académie française, à l’article Scrupule : « Petit poids de vingt-quatre grains, c’est-à-dire, du tiers d’un gros. Un scrupule de rhubarbe. Il se dit aussi, en termes d’astronomie, d’une très-petite partie de la minute. » Balzac l’emploie encore, de manière figurée, dans Le Curé de village : « Il [le père Pringet] n’obligeait ou ne désobligeait personne, et n’avait pas fait un scrupule de bien dans le faubourg Saint-Étienne. » Ce sens, aujourd’hui disparu au profit du nom once, a influé sur le premier sens figuré de scrupule pour donner naissance à celui que nous connaissons mieux, celui de « souci vétilleux, attention donnée aux plus petits détails ».

Le mot scrupule a donc eu deux sens ; il en est de même pour calcul, mais celui-ci les a conservés tous deux. En réalité, il existe deux noms calcul. Le plus en usage est un déverbal de calculer, lui-même emprunté du latin calculare, « calculer, faire des opérations, supputer ». Quant à calculare, il est dérivé de calculus, qui désigne une petite pierre, un petit caillou. Ces petits cailloux avaient de nombreux usages et, particulièrement, celui de servir à compter. Mais on les employait aussi pour voter. Ils étaient alors blancs ou noirs. Mettre un caillou noir dans l’urne signifiait que l’on condamnait l’accusé, mettre un caillou blanc qu’on l’acquittait. On plaçait aussi des cailloux blancs sur les calendriers pour marquer les jours qui avaient été heureux. Notre langue a conservé la mémoire de cet usage avec l’expression « jour à marquer d’une pierre blanche ».

Mais il existe aussi, en français, un autre nom calcul ; celui-ci nous vient directement du latin calculus et désigne une concrétion minérale qui se forme dans un viscère creux ou, plus simplement, un petit caillou qui se forme dans les reins, la vésicule, la bile, etc. Ce mal, appelé scientifiquement lithiase, tiré du grec lithos, « pierre », était autrefois nommé maladie de la pierre, mal dont souffrait Montaigne et qu’il évoque à plusieurs reprises dans ses Essais. À ceux qui étaient atteints de ce mal, on prescrivait jadis un remède appelé casse-pierres, décoction faite à base d’une plante du même nom dont on supposait qu’elle pouvait dissoudre ces petites concrétions. On avait en effet remarqué que ces végétaux poussaient au creux des rochers ou dans de vieux murs et l’on pensait qu’elles brisaient les pierres avec leurs racines pour mieux s’installer et croître à leur aise. Ce terme fut ensuite remplacé par celui de saxifrage, composé à l’aide du latin saxum, « rocher », et frangere, « briser », terme qui ne désigne plus aujourd’hui que la plante puisque l’inefficacité du remède a conduit à sa disparition. Aujourd’hui la médecine utilise, pour détruire ces amas pierreux, un appareil les pulvérisant grâce à des ondes et appelé lithotriteur, nom composé à partir de racines grecques proches des racines latines de saxifrage, puisqu’il est formé à l’aide de lithos, « pierre », et tribein, « user, briser ». Notons, pour conclure sur cette maladie, qu’on l’appelait encore gravelle, nom dérivé de l’ancien français grave, « gravier », et dont on a tiré graveleux, pour désigner d’abord celui qui souffre de cette douloureuse maladie, puis, par analogie et adjectivement, pour qualifier ce qui blesse la délicatesse, la bienséance.