« Alexandra Kollontaï. La Walkyrie de la Révolution » d'Hélène Carrère d'Encausse

Le 5 novembre 2021

Publications des membres de l'Académie

Alexandra Kollontaï. La Walkyrie de la Révolution 
d'Hélène Carrère d'Encausse
à paraître le 10 novembre aux éditions Fayard

 

Alexandra Kollontaï, quelle femme ! Et quel destin !

Aristocrate russe, elle rejette très tôt son milieu, son pays et choisit la révolution et le monde. Révolution de 1905, exil, prison, agitation clandestine, et, en 1917, elle est avec Lénine dans la révolution. Elle fait partie de son premier gouvernement, ministre – commissaire du peuple – alors qu’en Europe les femmes n’accéderont, et rarement, à la fonction de ministre qu’après la Seconde Guerre mondiale. Puis, cinq ans plus tard, première femme ambassadeur que l’histoire ait connue.

Mais Alexandra Kollontaï, qui parle plusieurs langues, remarquable oratrice, sera aussi un tribun célèbre, s’adressant avec facilité aux ouvriers américains, aux socialistes allemands, aux marins révoltés de Kronstadt ou aux femmes musulmanes de l’Asie centrale, partout électrisant les auditoires fascinés.

Kollontaï est aussi une féministe passionnée, théoricienne de l’amour libre, combattant pour l’émancipation et les droits des femmes. Et encore une amoureuse dont les amours tumultueuses choquent Lénine, ce qui ne l’empêche pas d’être une mère attentive à son fils.

Autre Kollontaï, l’écrivain dont les écrits politiques, les romans, le journal tenu tout au long d’une vie constituent une œuvre remarquable dont la qualité littéraire est unanimement reconnue.

Cette existence multiforme, si dense n’a pas empêché Alexandra Kollontaï de s’imposer à l’attention de ses contemporains par sa beauté inaltérable et une élégance constante, saluée toujours par la presse qui la présenta comme un modèle, préfigurant ainsi les « icones » médiatiques du XXe siècle.

Enfin, et ce n’est pas le moindre de ses exploits, Alexandra Kollontaï sortit victorieuse de la folie destructrice de Staline. Alors que Staline déshonora et extermina toute la vieille garde bolchevique, Kollontaï échappa au sort tragique de tous ses camarades de combat et vécut, indemne et active, à quelques mois près, aussi longtemps que Staline.

Pour retracer ce destin incroyable et comprendre cette personnalité hors du commun et le demi-siècle qu’elle aura marqué, l’auteur a rassemblé une documentation considérable – archives, écrits de Kollontaï, mémoires de bolcheviks présents à l’époque – et des études historiques qui y sont consacrées.