Jean HAMBURGER Élu en 1985 au fauteuil 4

N°669
Grand officier de la Légion d’honneur
Grand officier de l’ordre national du Mérite
Commandeur des Arts et des Lettres
Essayiste
Médecin
Jean Hamburger en habit d'académicien

Biographie

Né à Paris, le 15 juillet 1909.

Études de sciences en Sorbonne, puis de médecine. Successivement chef de clinique en 1936, médecin des hôpitaux en 1945, agrégé en 1946, médecin de l’hôpital Necker en 1949 et professeur de clinique néphrologique de 1958 à 1982. Dirige pendant la même période un laboratoire de recherches de l’INSERM et du CNRS sur le rein et l’immunologie de greffe.

Fondateur et vice-président de la Fondation pour la recherche médicale. Président du conseil d’administration et du Conseil scientifique du Palais de la Découverte. Membre du Conseil de l’ordre de la Légion d’honneur et du Conseil de l’ordre des Arts et des Lettres. Membre pendant la guerre du réseau de résistance “Musée de l’Homme”. Membre (1974) et président (1981-1982) de l’Académie des sciences, membre de l’Académie de médecine (1975), membre ou docteur honoris causa de nombreuses académies étrangères.

Créateur du concept de réanimation médicale (1953) et de la discipline qu’il a proposé de nommer néphrologie, étude du rein normal et des maladies du rein. Réalisateur du premier rein artificiel français (1955). Premières greffes de rein réussies (premier succès prolongé 1953, premiers succès définitifs entre faux jumeaux 1959 et entre non-jumeaux 1962). Recherches fondamentales sur l’immunologie des maladies rénales, l’immunologie de greffe et les maladies auto-immunes.

A partir de 1972, auteur d’une série d’essais et œuvres littéraires consacrés à la réflexion d’un biologiste sur la condition humaine, sur les causes de la fragilité du monde actuel, sur la recherche d’un équilibre entre les impératifs biologiques et les exigences spirituelles de l’homme, et sur les limites et les “césures” de la connaissance. En même temps, son attachement à la langue française l’a conduit à publier une Introduction au langage de la médecine et à animer un Dictionnaire de médecine.

Il a reçu divers prix littéraires dont le prix Femina-Vacaresco (1972) et, en 1979, le prix mondial Cino del Duca et le prix Balzac.

Il a été élu à l’Académie française le 18 avril 1985, au fauteuil de Pierre Emmanuel (4e) et reçu sous la coupole le 16 janvier 1986 par Jean Bernard.

Mort le 1er février 1992.

Signature de Jean Hamburger

Œuvres

1935 Les Migraines (Masson)

1936 Physiologie de l’innervation rénale (Masson)

1942 Petite encyclopédie médicale (Flammarion)

1948 Traité de pathologie médicale (3 vol.) (Flammarion)

1949 Nouveaux procédés d’exploration fonctionnelle du rein (Flammarion)

1951 Le Retentissement humoral de l’insuffisance rénale (Lorie)

1952 Métabolisme de l’eau (Flammarion)

1954 Techniques de réanimation médicale (Flammarion)

1961 L’insuffisance rénale

1963 Conseils aux étudiants en médecine (Flammarion)

1966 Traité de néphrologie (2 vol.) (Flammarion)

1971 La transplantation rénale (Flammarion)

1971 Structure and function of the kidney (Saunders)

1972 La Puissance et la Fragilité (Flammarion)

1975 Dictionnaire de médecine, préface et direction (Flammarion)

1976 L’Homme et les Hommes (Flammarion)

1979 Monsieur littré (Flammarion)

1979 Néphrologie (2 vol.) (Flammarion)

1979 Demain, les autres (Flammarion)

1981 Un jour, un homme... (Flammarion)

1982 Introduction au langage de la médecine (Flammarion)

1983 Le journal d’Harvey (Flammarion)

1984 La Raison et la Passion

1985 Le Dieu foudroyé (Flammarion)

1986 Le Miel et la Ciguë

1988 Zouchy et quelques autres histoires (Flammarion)

1988 La plus belle aventure du monde (Gallimard)

1988 Monsieur Littré (Flammarion)

1989 Dictionnaire promenade

1990 La Puissance et la Fragilité. Vingt ans après (Flammarion)

1990 Le Livre de l’aventure humaine (Gallimard)

1991 Les Belles Imprudences, Réflexion sur la condition humaine (Odile Jacob)

Discours et travaux académiques

Mot attribué lors de l’installation

Intégrité :

n. f. XIIIe siècle, entegriteiz, « état de ce qui est entier ». Emprunté du latin integritas, « fait d'être intact, totalité ; probité ».
☆1. État d'une chose qui est dans son entier, qui n'est pas entamée ou altérée. Ce monument est encore dans son intégrité. Il a remis dans son intégrité, dans toute son intégrité, le dépôt qui lui avait été confié. Conserver l'intégrité du territoire. Fig. Défendre l'intégrité de ses droits. Garder l'intégrité de sa foi.
☆2. Caractère d'une personne intègre ; absolue probité. L'intégrité d'un juge. Cet homme est connu pour son intégrité. Il a toujours fait preuve d'une parfaite intégrité. Par ext. L'intégrité de la vie, des mœurs d'une personne.