Dire, ne pas dire

Trafic pour Circulation

Le 06 novembre 2014

Extensions de sens abusives

Le nom trafic est d’abord, en moyen français et jusqu’au xviie siècle, un synonyme de « négoce ». Il s’est ensuite spécialisé pour désigner un commerce illicite et c’est ce sens qu’il revêt principalement en français moderne : on a parlé de trafic d’indulgences, on parle de trafic d’armes, d’esclaves, de stupéfiants. Il désigne aussi le fait de monnayer un bien moral surtout dans la locution trafic d’influence. Le second sens que nous lui connaissons, celui de mouvement, de flux de véhicules, est plus tardif (il apparaît au milieu du xixe siècle) et vient de l’anglais traffic, qui l’avait lui-même emprunté au moyen français par une sorte de métonymie, le commerce impliquant un mouvement, un va-et-vient entre argent et marchandises. On parle donc de trafic ferroviaire, maritime, aérien, etc. Mais traffic en anglais désigne aussi une circulation intense d’automobiles : le recours à cet anglicisme dans ce cas précis est à proscrire.

On dit

On ne dit pas

Il y a beaucoup de circulation, une circulation dense, importante, sur l’autoroute

Être bloqué dans les embouteillages

Il y a du trafic sur l’autoroute

 

Être bloqué dans le trafic