Dire, ne pas dire

Sponsor

Le 05 mars 2015

Néologismes & anglicismes

Ce nom anglais d’origine latine appartient à une grande famille linguistique dans laquelle on trouve, entre autres, les noms épouse et époux. Ces mots sont liés, par le biais d’une même racine indo-européenne, au grec spondê, qui désigne une libation à valeur contractuelle avec les dieux, racine que l’on retrouve dans le latin spondere, « s’engager solennellement », d’où est tiré le substantif sponsus, « époux ». Notons au passage que le terme de métrique spondée est à rattacher à cette même famille puisque le grec spondéios, dont il provient, a d’abord désigné une pièce de musique jouée pendant les libations, puis un pied de deux syllabes longues utilisé pour ce genre de mélodie. Le rapport entre les termes de sponsor et d’époux est donc la notion de promesse : les époux sont ceux qui, à l’origine, ont été promis (on employait encore naguère le terme de promise pour désigner la fiancée), et le sponsor est celui qui s’engage à fournir une assistance, généralement financière, à toute personne ayant un projet, culturel ou sportif. Le français a depuis longtemps des termes à sa disposition, qu’il serait dommage de ne pas employer, pour rendre compte de ces réalités, parmi lesquels parrain ou, si nous sommes dans le domaine artistique, mécène. De la même manière, le verbe parrainer pourra aisément se substituer au verbe sponsoriser.

on dit

on ne dit pas

Chercher des parrains, des mécènes

Être parrainé par tel groupe

Chercher des sponsors

Être sponsorisé par tel groupe