Maurice BARRÈS Élu en 1906 au fauteuil 4

N°502
Homme politique
Maurice Barrès

Biographie

Né à Charmes (Vosges), le 17 août 1862.

Maître à penser de toute une génération, Maurice Barrès le fut tout autant par son œuvre littéraire que par son style de vie. Dans les années 1880, il fréquenta à Paris le cénacle de Leconte de Lisle et les milieux symbolistes. Parallèlement à sa carrière d’écrivain qui lui assura un succès précoce — il n’a que vingt-six ans quand paraît le premier tome de sa trilogie Le culte du moi — il se lança dans la politique. Boulangiste par anticonformisme et par rébellion contre l’ordre établi, il fut élu député de Nancy en 1889. L’Affaire Dreyfus qu’il vécut comme une menace de désintégration de la communauté nationale l’incita d’emblée à se placer dans le camp des antidreyfusards dont il devint l’un des chefs de file. Dès lors, sa pensée s’orienta vers un nationalisme traditionaliste, plus lyrique et moins théorique que celui de Maurras, mais fondé sur le culte de la terre et des morts.

Pour défendre ses idées, il fonda, en 1894, son propre journal, La Cocarde, et écrivit surtout entre 1897 et 1902 la trilogie du Roman de l’énergie nationale dans lequel le « culte du moi » se trouvait enfin transcendé dans la fidélité au sol natal.

À la suite de « l’Affaire », il ne devait plus quitter l’arène politique, assumant la présidence de la Ligue de la Patrie française puis celle de la Ligue des patriotes, à la tête de laquelle il succéda à Paul Déroulède en 1914, affichant enfin pendant toute la durée de la guerre un patriotisme cocardier qui lui valut d’être élu par Le Canard enchaîné, chef « de la tribu des bourreurs de crâne ».

Dès avant la guerre cependant, l’année 1906 devait lui apporter la consécration politique et littéraire grâce à une double élection : comme député de Paris — il le resta jusqu’à sa mort — et comme académicien. Après s’être présenté en 1905 au fauteuil d’Eugène Guillaume et avoir échoué contre Étienne Lamy (qui devint le 500e « Immortel »), il avait brigué la succession du duc d’Audiffret-Pasquier mais s’inclina, étant simple député, devant la candidature du ministre Ribot. La mort du poète Heredia ouvrit alors une seconde vacance qui permit à Maurice Barrès d’être élu le 25 janvier 1906, par 25 voix contre 8 à Edmond Hauraucourt et une voix à Jean Aicard. Il fut reçu le 17 janvier 1907 par le vicomte de Vogüé. Il reçut à son tour Jean Richepin, en 1909.

Mort le 4 décembre 1923.


Signature de Maurice Barrès

Œuvres

1888 M. Taine en voyage

1888 Sous l’œil des barbares

1888 Huit jours chez M. Renan

1888 Le culte du moi

1888 Le quartier latin

1889 Un homme libre

1891 Le jardin de Bérénice (Michel Mercier)

1893 L’ennemi des lois

1893 Du sang, de la volupté et de la mort

1893 Examen de trois idéologies

1894 Une journée parlementaire

1897 Le roman de l’énergie nationale. Les Déracinés

1900 Le roman de l’énergie nationale. L’appel au soldat

1902 Le roman de l’énergie nationale. Leurs figures

1902 Scènes et doctrines du nationalisme

1902 Amori et dolori sacrum

1903 Les amitiés françaises

1905 Les bastions de l’Est : au service de l’Allemagne

1906 Le voyage de Sparte

1909 Colette Baudoche

1911 Greco ou le secret de Tolède

1913 La colline inspirée (Joseph Barbier)

1914 La grande pitié des églises de France

1915 L’âme française et la guerre, 12 vol.

1917 Les diverses familles spirituelles de la France

1919 L’appel du Rhin

1921 Les bastions de l’Est : le génie du Rhin

1922 Un jardin sur l’Oronte

1923 L’enquête au pays du Levant