Louis-Hubert LYAUTEY Élu en 1912 au fauteuil 14

N°520
Grand officier de la Légion d’honneur
Militaire
Maréchal de France
Maréchal Lyautey en habit d'académicien

Biographie

Né à Nancy, le 17 novembre 1854.

Comme nombre de ses ancêtres, Hubert Lyautey se destina très tôt à la carrière militaire et entra à Saint-Cyr en 1873. Après avoir poursuivi sa formation à l’école de guerre, il fut envoyé en Algérie où il demeura deux ans comme officier de cavalerie. Rentré en Europe, Lyautey rendit visite dans son exil au comte de Chambord, pour lui témoigner son dévouement. Mais, devant la division et la faiblesse des royalistes, ce légitimiste de cœur devait cependant se rallier, par raison, à la République.

En 1894, Hubert Lyautey, qui était appelé à accomplir l’essentiel de sa carrière hors de la métropole, quitta de nouveau la France pour le Tonkin d’abord, puis pour Madagascar, en 1897, où il partit avec Gallieni. Devenu colonel, en 1900, Lyautey parvint à pacifier la région et à en favoriser le développement économique.

En 1903, il fut appelé par le gouverneur général Jonnart, en Algérie. Œuvrant avec efficacité pour le maintien de la paix, il y reçut ses étoiles de général. En 1912 enfin, celui qu’on allait surnommer Lyautey l’Africain devenait le premier résident général de France au Maroc. Il donna là toute la mesure de son génie de stratège et de grand administrateur. Ayant pris rapidement une connaissance parfaite de la région, du terrain et des mœurs comme des tribus, il fut soucieux de respecter la religion islamique dont il s’instruisit, et de respecter aussi la personne du sultan, Commandeur des croyants. Il sut s’attirer la confiance des élites locales, prenant dans son sens exact le terme de protectorat. Il sut pacifier et il sut bâtir, créant notamment avec Casablanca les premières structures du Maroc moderne.

Pendant la première guerre mondiale, il quitta temporairement ses fonctions pour devenir, entre décembre 1916 et mars 1917, ministre de la Guerre dans le cabinet Briand. Après avoir regagné le Maroc, il fut fait, en 1921, maréchal de France. Mais l’hostilité du cartel des gauches lui ôta, durant le gouvernement Painlevé, le commandement des troupes engagées contre la rébellion d’Abd-el-Krim pour les confier à Pétain, ce qui le conduisit à donner sa démission et à rentrer définitivement en France, en 1925. Il y remplit, avant de mourir, une dernière mission : l’organisation de l’Exposition coloniale de 1931.

Caractère exceptionnel, doué d’une remarquable intelligence dans l’action, Hubert Lyautey consacra quelques ouvrages au métier militaire. L’essai qu’il publia en 1891 dans La Revue des deux mondes, « Du rôle social de l’officier dans le service militaire universel », dans lequel il faisait connaître sa conception humaniste de l’armée, eut un grand retentissement et influença toute une génération d’officiers. Il développa ces thèmes dans un ouvrage, Le rôle social de l’armée (1900), et publia également Dans le sud de Madagascar, pénétration militaire, situation politique et économique (1903), le fruit de son expérience coloniale.

Hubert Lyautey n’était pas encore maréchal de France quand il fut élu à l’Académie française, le 31 octobre 1912, au fauteuil d’Henry Houssaye par 27 voix. Il ne fut reçu qu’après la guerre, le 8 juillet 1920, par Mgr Duchesne.

Mort en France, le 27 juillet 1934, Lyautey fut enseveli à Rabat. En 1961, sa dépouille devait être ramenée en France pour être déposée aux Invalides.


Signature du maréchal Lyautey

Œuvres

1891 Le rôle social de l’officier

1900 Du rôle colonial de l’armée

1903 Dans le Sud de Madagascar, pénétration militaire, situation politique et économique

1920 Lettres du Tonkin et de Madagascar (1894-1899)

1927 Paroles d’action (1900-1926)

1931 Lettres de jeunesse (1883-1893)

1937 Vers le Maroc : lettres du Sud-Oranais (1903-1907), posthume

1947 Notes de jeunesse (1875-1877), dans Rayonnement de Lyautey, posthume