Jean DUTOURD Élu en 1978 au fauteuil 31

N°659
Grand officier de la Légion d’honneur
Romancier
Jean Dutourd. ©Jean-Baptiste Huynh, Immortels 1996

Biographie

Jean Dutourd est né à Paris, le 14 janvier 1920. Sa mère mourut quand il avait sept ans. À vingt ans, il fut mobilisé et fait prisonnier au bout de quinze jours de guerre. Il s'évada six semaines plus tard, revint à Paris et passa une licence de philosophie à la Sorbonne. Licence incomplète, car il ne parvint jamais à décrocher le certificat de psychologie. Il se maria en 1942 avec Camille Lemercier. Le philosophe Gaston Bachelard fut son témoin. Ensuite de quoi il entra dans la Résistance. Arrêté au début de 1944, il s'évada à temps pour participer à la libération de Paris.

Son premier ouvrage, Le Complexe de César, parut en 1946 et obtint le prix Stendhal. En 1950, il eut le prix Courteline pour Une tête de chien et, en 1952, le prix Interallié pour Au bon beurre, scènes de la vie sous l'Occupation. Le prix Prince Pierre de Monaco lui fut décerné, en 1961, pour l'ensemble de son œuvre. En 2001, alors qu'il pensait avoir de beaucoup passé l'âge des récompenses, il reçut le prix Saint-Simon pour Jeannot, mémoires d'un enfant.

Le 14 juillet 1978, une bombe fit sauter son appartement, déposée par des gens qui n'aimaient pas son style. Les intellectuels parisiens en éprouvèrent quelque dépit, n'ayant pas, généralement, causé autant de bruit avec leurs écrits. Cet incident néanmoins eut une heureuse conséquence : Jean Dutourd fut élu à l'Académie française, au fauteuil de Jacques Rueff, le 30 novembre de la même année (31e fauteuil).

Il put constater par la suite combien Voltaire voyait juste en affirmant que cette Compagnie « est toujours une espèce de rempart contre les fanatiques et les fripons ».

Mort le 17 janvier 2011 à Paris.

Signature de Jean Dutourd

Œuvres

Le Vieil Homme et la Mer - d’Ernest Hemingway

Les Muses parlent - de Truman Capote

L’Œil d’Apollon - de G. K. Chesterton

1946 Le Complexe de César (Gallimard)

1947 Galère (Granges-Vieilles)

1947 Le Déjeuner du lundi (Gallimard)

1948 L’Arbre (Gallimard)

1950 Le Petit Don Juan, traité de la séduction (Robert Laffont)

1950 Une tête de chien (Gallimard)

1952 Au bon beurre - Scènes de la vie sous l’Occupation (Gallimard)

1955 Doucin (Gallimard)

1956 Les Taxis de la Marne (Gallimard)

1958 Le Fond et la Forme, essai alphabétique sur la morale et sur le style (Gallimard)

1959 Les Dupes (Gallimard)

1959 L’Âme sensible (Gallimard)

1960 Le Fond et la Forme, tome II (Gallimard)

1963 Les Horreurs de l’amour (Gallimard)

1963 Rivarol, essai et choix de textes (Mercure de France)

1964 La Fin des Peaux-Rouges (Gallimard)

1965 Le Demi-Solde (Gallimard)

1965 Le Fond et la Forme, tome III (Gallimard)

1967 Pluche ou l’Amour de l’art (Flammarion)

1969 Petit Journal 1965-1966 (Julliard)

1970 L’École des jocrisses (Flammarion)

1971 Le Crépuscule des loups (Flammarion)

1971 Le Paradoxe du critique (Flammarion)

1972 Le Printemps de la vie (Flammarion)

1972 Le Paradoxe du critique, suivi de Sept Saisons (Flammarion)

1973 Carnet d’un émigré (Flammarion)

1976 2024 (Gallimard)

1977 Cinq ans chez les sauvages (Flammarion)

1977 Mascareigne (Julliard)

1978 Les Choses comme elles sont (Stock)

1978 Les Matinées de Chaillot

1979 Œuvres complètes, tome I (Flammarion)

1980 Le Bonheur et autres idées (Flammarion)

1980 Mémoires de Mary Watson (Flammarion)

1981 Un ami qui vous veut du bien (Flammarion)

1982 De la France considérée comme une maladie (Flammarion)

1983 Henri ou l’Éducation nationale (Flammarion)

1983 Le Socialisme à tête de linotte (Flammarion)

1984 Le Septennat des vaches maigres (Flammarion)

1984 Œuvres complètes, tome II (Flammarion)

1985 La Gauche la plus bête du monde (Flammarion)

1985 Le Mauvais Esprit, entretiens avec J.-É. Hallier (Olivier Orban)

1986 Contre les dégoûts de la vie (Flammarion)

1986 Conversation avec le Général (Michèle Trinckvel)

1986 Le Spectre de la rose (Flammarion)

1987 Le Séminaire de Bordeaux (Flammarion)

1989 Ça bouge dans le prêt à porter (Flammarion)

1990 Conversation avec le Général (Flammarion)

1990 Les Pensées

1990 Loin d’Édimbourg

1991 Portraits de femmes (Flammarion)

1992 Vers de circonstances

1993 L’Assassin (Flammarion)

1994 Domaine public (Flammarion)

1994 Le Vieil Homme et la France (Flammarion)

1995 Le Septième Jour, récits des temps bibliques (Flammarion)

1996 Le Feld Maréchal von Bonaparte (Flammarion)

1996 Scènes de genre et tableaux d’époque (Guy Trédaniel)

1997 Journal des années de peste : 1986-1991 (Plon)

1997 Scandale de la vertu

1997 Trilogie française (Le Séminaire de Bordeaux, Portraits de femmes, l’Assassin) (Flammarion)

1998 Grand chelem à cœur

1999 Essais et autobiographies (Plon)

1999 À la recherche du français perdu (Plon)

2000 Jeannot, mémoires d’un enfant (Plon)

2001 Le Siècle des Lumières éteintes (Plon)

2002 Dutouriana (Plon)

2003 Les voyageurs du Tupolev (Plon)

2004 Journal intime d’un mort (Plon)

2006 Les perles et les cochons (Plon)

2007 Leporello (Plon)

2008 La grenade et le suppositoire (Plon)

Mot attribué lors de l’installation

Début de la lettre F :

n. m. inv. ☆1. Sixième lettre et quatrième consonne de l'alphabet français. Un F majuscule. Un f minuscule.
☆2. Phon. Consonne fricative labiodentale sourde. Le phonème [f] est transcrit par la lettre f simple, comme dans vif, faim, soufre, ou double comme dans effet, affolé, et par la graphie ph dans des mots d'origine grecque ou tirés du grec, comme dans philosophie, phosphate, phénomène, ou supposés tels comme dans nénuphar. À la fin d'un mot, f se prononce, sauf dans cerf, clef, nerf, dans les pluriels œufs, bœufs, les mots composés cerf-volant, chef-d'œuvre. F se sonorise en [v] dans les groupes neuf ans, neuf heures.
☆3. Emplois conventionnels. Géom. F, symbole de Foyer. F, comme toutes les lettres de l'alphabet, peut indiquer un point sur une ligne ou dans une figure. La droite EF. L'angle F. - Math. f, symbole de Fonction. f(x). - Chim. F. symbole du fluor. - PHYS. F, symbole du farad. °F, symbole du degré Fahrenheit. - MUS. F, désigne la note fa dans la notation allemande et anglo-saxonne ; f, abréviation de forte ; ff, abréviation de fortissimo. - Monnaies. F, abréviation de Franc. FF, franc français. FB, franc belge. FS, franc suisse.