Jacques RUEFF Élu en 1964 au fauteuil 31

N°630
Grand-croix de la Légion d’honneur
Grand-croix des Arts et lettres
Commandeur des Palmes académiques
Croix de guerre 1914-1918
Haut fonctionnaire
Économiste
Jacques Rueff

Biographie

Né à Paris, le 23 août 1896.

Fils de médecin, Jacques Rueff effectua ses études secondaires aux lycées Charlemagne et Saint-Louis, avant d’entrer à l’école libre des Sciences politiques et à l’école Polytechnique.

Inspecteur des finances en 1923, il entamait une carrière de haut fonctionnaire qui allait le conduire assez rapidement aux postes les plus élevés. D’abord chargé de mission au cabinet Raymond Poincaré en 1926, il fut successivement membre de la section financière de la Société des Nations (1937-30), conseiller financier à l’ambassade de France à Londres (1930-1936) et directeur du mouvement général des fonds au ministère des Finances (1936-1939), en même temps que professeur à l’école libre des Sciences politiques.

Après la Seconde Guerre mondiale, il fut président de la délégation économique et financière, et conseiller économique auprès du commandant en chef en Allemagne (1944-45), délégué de la France à la Commission interalliée des Réparations à Moscou, président de la conférence des Réparations à Paris, puis comme président de l’agence interalliée des Réparations, de 1946 à 1952.

Ayant repris son enseignement à l’Institut d’Études Politiques de 1945 à 1948, il était nommé en 1952 président de chambre à la cour de justice de la CECA (Communauté européenne du charbon et de l’acier), puis exerça de 1958 à 1962 les fonctions de juge à la cour de justice des communautés européennes. À la fondation de la Ve République, il dirigea le comité d’experts chargé par le général de Gaulle de préparer et d’appliquer le plan de redressement économique dont l’une des mesures les plus spectaculaires fut la création du « franc lourd ». De 1962 à 1974 enfin, il fut membre du Conseil économique et social.

Esprit philosophique autant que spécialiste des phénomènes financiers, Jacques Rueff est l’auteur de plusieurs essais, parmi lesquels on retiendra : Des sciences physiques aux sciences morales, Théorie des phénomènes monétaires, L’Ordre social, Épître aux dirigistes, l’Âge de l’inflation, Les Dieux et les Rois (Essai sur le pouvoir créateur), Le Péché monétaire de l’Occident, Combats pour l’ordre financier, La Création du monde.

Grand-Croix de la Légion d’honneur, membre de l’Académie des sciences morales et politiques, membre de l’Académie royale des sciences lettres et arts de Belgique, Jacques Rueff, qui occupait la fonction de chancelier de l’Institut de France, fut élu à l’Académie française le 30 avril 1964 au fauteuil de Jean Cocteau, par 18 voix contre 6 au poète André Berry. Il fut reçu le 1er avril 1965 par André Maurois.

Mort le 23 avril 1978.

Signature de Jacques Rueff

Œuvres

1922 Des Sciences physiques aux Sciences morales (Alcan)

1922 Le change, phénomène naturel

1925 Sur une théorie de l’inflation

1925 Les variations du chômage en Angleterre

1925 L’économie politique, science statistique

1926 Le mécanisme de l’escompte et le taux des bons de la Défense nationale

1927 Théorie des phénomènes monétaires (Payot)

1929 Les idées de M. Keynes sur le problème des transferts

1929 Une erreur économique, l’organisation des transferts (Doin)

1930 Le marché de Paris devant les problèmes internationaux du crédit

1930 Les fluctuations anormales du pouvoir d’achat de l’or

1930 La statistique, instrument de la connaissance

1931 L’assurance-chômage, cause du chômage permanent

1932 Défense et illustration de l’étalon-or (Alcan)

1932 Doctrine monétaire à l’épreuve des faits (Alcan)

1932 Chômage, salaires et prix

1932 Défense de l’étalon-or

1933 Une erreur économique du protectionnisme : l’argument de la balance commerciale

1935 La crise du capitalisme (Revue bleue)

1945 L’ordre social, 2 vol

1946 Les fondements de l’ordre dans les sociétés humaines

1946 Les réparations

1947 La nouvelle conception des relations économiques internationales

1947 Le dilemme français

1947 Les erreurs de la théorie générale de Lord Keynes

1947 Monnaie saine ou État totalitaire

1948 Réflexions sur l’ordre économique

1948 Reply à "Comment" de James Tobin

1948 The case for the free market

1949 Épître aux dirigistes (Gallimard)

1949 L’état actuel du système des payements internationaux

1950 Discours aux indépendants

1950 Le destin de l’homme se joue sur la monnaie

1950 L’Europe se fera par la monnaie ou ne se fera pas

1951 Économie libérale ou économie dirigée : non, l’Histoire n’a pas décidé

1951 Nouvelle discussion sur le chômage, les salaires et les prix

1952 Demain, le franc-or ?

1953 La régulation monétaire et le problème institutionnel de la monnaie

1953 La résurrection de l’Allemagne

1953 1953 sera l’année des monnaies

1953 Le concept de liberté

1954 Réflexions sur la stabilité monétaire

1955 L’ordre dans la nature et dans la société

1955 Un instrument d’analyse économique: la théorie des vrais et faux droits

1955 Le crédit à moyen terme et la flexibilité monétaire

1955 Le rôle de Charles Rist

1956 Mission et responsabilité des élites dans une civilisation de masses

1957 Une proposition de marché commun vieille de 24 ans

1957 Le projet de Communauté économique européenne

1957 Théorie du taux d’escompte et de la balance des comptes

1958 Une mutation dans les structures politiques; le marché institutionnel des communautés européennes

1959 Rapport sur la situation financière présenté à Monsieur le Ministre des Finances et des Affaires économiques

1960 Rapport sur les obstacles à l’expansion économique présenté par le Comité créé par le décret n° 59-1284 du 13 novembre 1959 (rapport Rueff-Armand), 2 vol

1961 Un danger pour l’Occident : le Gold Exchange Standard

1961 Regards sur le libéralisme moderne

1962 Discours sur la Programmation

1962 L’age de l’inflation (Payot)

1965 Le lancinant problème des Balances de Paiements (Payot)

1966 L’estuaire

1967 Les Fondements philosophiques des Systèmes économiques (Payot)

1967 Les Dieux et les Rois (Regard sur le pouvoir créateur) (Hachette)

1969 Des Sciences physiques aux Sciences morales (Payot)

1971 Le péché monétaire de l’Occident (Plon)

1972 Combat pour l’Ordre financier (Plon)

1973 La réforme du système monétaire international (Plon)

Mot attribué lors de l’installation

Cola :

n. XVIIe siècle. Emprunté d'une langue d'Afrique occidentale. bot.
☆1. N. m. Arbre d'Afrique occidentale (on dit aussi Colatier).
☆2. N. f. Fruit de cet arbre, appelé aussi Noix de cola (on écrit aussi Kola).