Étienne GILSON Élu en 1946 au fauteuil 23

N°596
Grand officier de la Légion d’honneur
Croix de guerre 1914-1918
Historien
Philosophe
Étienne Gilson

Biographie

Né à Paris, le 13 juin 1884.

Ce Bourguignon d’origine fit ses premières études au petit séminaire de Notre-Dame-des-Champs, puis au lycée Henri IV. Après avoir effectué son service militaire, il prépara une licence de lettres, s’intéressant plus particulièrement à l’influence de la scolastique sur la pensée cartésienne. Élève de Bergson, il obtint son agrégation de philosophie en 1907, et devait enseigner aux lycées de Bourg-en-Bresse, Rochefort, Tours, Saint-Quentin et Angers.

En 1913, il soutint sa thèse de doctorat sur La Liberté chez Descartes et la théologie. Mobilisé comme sergent quand éclata la Première Guerre mondiale, il servit sur le front et participa aux combats de l’armée de Verdun comme sous-lieutenant de mitrailleurs. Fait prisonnier en février 1916, il subit de longs mois de captivité.

Après la guerre, il obtint d’abord un poste de professeur d’histoire de la philosophie à l’université de Strasbourg, puis enseigna, à partir de 1921, l’histoire des philosophies médiévales à l’université de Paris. Sollicité à l’étranger, il professa également trois années durant à Harvard. Au Canada enfin, il mit sur pied un Institut d’études médiévales à Toronto et dirigea l’Institut scientifique franco-canadien.

Brillant exégète du Moyen Âge, Étienne Gilson est l’auteur de plus de six cents publications — livres ou articles —, parmi lesquelles on citera : Étude de philosophie médiévale, La Philosophie au Moyen Âge, La Philosophie de saint Bonaventure, Saint Thomas d’Aquin, Études sur le rôle de la pensée médiévale dans la formation du système cartésien, L’Esprit de la philosophie médiévale, Introduction à la philosophie de saint Augustin, Pour une théologie catholique, La Théologie mystique de saint Bernard, Christianisme et Philosophie, Héloïse et Abélard, Dante et la philosophie, Réalisme thomiste et critique de la connaissance, Le Thomisme.

Docteur honoris causa de plusieurs universités et membre d’académies étrangères, Étienne Gilson fut élu à l’Académie française le 24 octobre 1946, au fauteuil dont avait été radié Abel Hermant. Comme celui d’Abel Bonnard, pourvu quelques mois plus tôt, ce fauteuil devait être pourvu du vivant de son précédent titulaire. L’élection fut très disputée, et il fallut trois tours à Étienne Gilson pour obtenir les 18 voix qui lui permettaient de triompher de ses trois adversaires, Marius Ary-Leblond, Dauzat et René Peter, auteur d’une Vie secrète de l’Académie.

Étienne Gilson, qui devait devenir doyen d’âge de l’Académie, fut reçu le 29 mai 1947 par Pasteur Vallery-Radot.

Mort le 19 septembre 1978.

Signature d'Étienne Gilson

Œuvres

1913 La Liberté chez Descartes et la Théologie (Alcan)

1919 Le thomisme, introduction au système de saint Thomas (Vrin)

1921 Études de philosophie médiévale (Université de Strasbourg)

1922 La philosophie au moyen-âge, vol.I : De Scot Erigène à saint Bonaventure (Payot)

1922 La philosophie au moyen-âge, vol.II : De saint Thomas d’Aquin à Guillaume d’Occam (Payot)

1924 La philosophie de saint Bonaventure (Vrin)

1925 Saint Thomas d’Aquin (Gabalda)

1925 René Descartes. Discours de la méthode, texte et commentaire (Vrin)

1929 Introduction à l’étude de Saint Augustin (Vrin)

1930 Études sur le rôle de la pensée médiévale dans la formation du système cartésien (Vrin)

1932 Les Idées et les Lettres (Vrin)

1932 L’esprit de la philosophie médiévale (Vrin)

1934 Pour un ordre catholique (Desclée de Brouwer)

1934 La théologie mystique de saint Bernard (Vrin)

1935 Le réalisme méthodique

1936 Christianisme et philosophie (Vrin)

1938 Héloïse et Abélard (Vrin)

1939 Réalisme thomiste et critique de la connaissance (Vrin)

1939 Dante et philosophie (Vrin)

1943 Théologie et histoire de la spiritualité (Vrin)

1947 Notre démocratie (S.E.R.P.)

1948 L’être et l’essence (Vrin)

1949 Saint Bernard, textes choisis et présentés (Plon)

1951 L’École des Muses (Vrin)

1952 Jean Duns Scot, introduction à ses positions fondamentales (Vrin)

1952 Les métamorphoses de la cité de Dieu (Vrin)

1958 Peinture et réalité (Vrin)

1960 Le Philosophe et la Théologie (Fayard)

1960 Introduction à la philosophie chrétienne (Vrin)

1960 La paix de la sagesse (Aquinas)

1961 Trois leçons sur le problème de l’existence de Dieu

1962 L’être et Dieu (Revue thomiste)

1963 Introduction aux arts du Beau (Vrin)

1965 Matières et formes (Vrin)

1967 Hommage à Bergson (Vrin)

1967 La société de masse et sa culture (Vrin)

1967 Les tribulations de Sophie (Vrin)

1969 Linguistique et philosophie (Vrin)

1971 D’Aristote à Darwin et retour (Vrin)

1974 Saint Thomas moraliste (Vrin)

1974 Dante et Béatrice, études dantesques (Vrin)