Danièle SALLENAVE Élue en 2011 au fauteuil 30

N°720
Chevalier de la Légion d’honneur
Officier de l’ordre national du Mérite
Commandeur des Arts et des Lettres
Écrivain
Danièle Sallenave en habit d'académicien-©Brigitte Eymann 2012

Biographie

Née en 1940 à Angers, dans une famille d’instituteurs, elle fait ses études secondaires au lycée d’Angers avant d’entrer en classe préparatoire au lycée Fénelon à Paris. Elle est reçue en 1961 à l’École normale supérieure de jeunes filles de Sèvres (boulevard Jourdan) et à l’agrégation de Lettres classiques en 1964. Nommée au lycée de Beauvais, elle rejoint une équipe de télévision scolaire et universitaire qui réalise des émissions littéraires pour la radio et la télévision à destination des élèves et des professeurs francophones.

En 1968 elle est nommée assistante à l’Université de Paris X Nanterre puis maître de conférences en 1973, et prépare une thèse sous la direction de Roland Barthes.

Après avoir publié en 1975 son premier récit, Paysage de ruines avec personnages, elle réoriente son enseignement vers la poétique du récit en littérature et au cinéma et reçoit en 1980 le prix Renaudot pour Les Portes de Gubbio. Elle est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages, romans, essais, récits de voyage, pièces de théâtre. Elle a reçu en 1988 le prix du jeune théâtre de l’Académie française, en 2005 le grand prix de l’Académie pour l’ensemble de son œuvre et le grand prix Jean Giono, et en 2008 le prix Jean Monnet de littérature européenne. Elle a assuré une collaboration artistique auprès d’Antoine Vitez entre 1976 et 1990. Elle a été membre du comité de rédaction de plusieurs revues, le Messager européen, les Temps modernes, et collabore régulièrement au Monde et à Marianne. Un colloque international lui a été consacré en 1999 par l’université d’Angers. Elle a assuré jusqu’en 2014 une chronique hebdomadaire sur France Culture.

Elle préside depuis 2013 le Haut Comité aux commémorations nationales et elle est membre du jury de plusieurs prix littéraires, dont le prix Femina, le Prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes et le prix du roman historique des Rendez-vous de l’histoire de Blois. Elle anime un festival littéraire annuel à Savennières, près d’Angers, où ses parents étaient instituteurs. Elle participe régulièrement à des opérations dans des collèges autour de la lecture.

Élue à l’Académie française, le 7 avril 2011, au fauteuil de Maurice Druon (30fauteuil).

Œuvres

1975 Paysage de ruines avec personnages (Flammarion)

1976 Le Fou impur - de Roberto Calasso (traduction) (PUF)

1977 La Divine Mimesis - de Pier Paolo Pasolini (traduction) (Flammarion)

1977 Le Voyage d’Amsterdam ou les règles de la conversation - récit (Flammarion)

1980 Les Portes de Gubbio - roman (prix Renaudot) (Hachette/P.O.L.)

1982 Il combattimento di Tancredi e di Clorinda - du Tasse (traduction) (Théâtre national de Chaillot)

1982 Six Personnages en quête d’auteur - de Luigi Pirandello (traduction) - m.e.s. de Georges Lavaudant

1983 Les Géants de la montagne - de Luigi Pirandello (traduction) - m.e.s. de Bruno Bayen

1983 Un printemps froid - nouvelles (P.O.L.)

1986 Rome (Autrement)

1986 La Vie fantôme - roman (P.O.L.)

1987 Conversations conjugales - Prix du jeune théâtre de l’Académie française 1988) rééd. 2004 (P.O.L.)

1987 Les épreuves de l’art - théâtre (Actes Sud)

1988 Adieu - récit (P.O.L.)

1988 Orgia - de Pier Paolo Pasolini (traduction) (Actes Sud)

1990 Villes et villes (Éditions des femmes)

1991 Le Don des morts (Gallimard)

1992 Le Principe de ruine - carnets de voyage (Gallimard)

1992 Passages de l’Est - carnets de voyage (Gallimard)

1994 L’Amazone du Grand Dieu - biographie (Bayard)

1994 Les Trois Minutes du diable - roman (Gallimard)

1995 Lettres mortes - essai (Michalon)

1997 À quoi sert la littérature - essai (Textuel)

1997 Viol - récit (Gallimard)

1998 Carnets de route en Palestine occupée (Stock)

2002 Nos amours de la France - entretiens (en coll.) (Textuel)

2002 D’amour - récit (Gallimard)

2004 dieu.com - essai (Gallimard)

2005 La Fraga - roman (Grand prix Jean Giono) (Gallimard)

2006 Quand même - prix Marguerite-Duras (Gallimard)

2008 Castor de guerre - Prix Jean Monnet de Littérature européenne (Gallimard)

2009 « Nous, on n’aime pas lire » (Gallimard)

2010 La Vie éclaircie - Réponses à Madeleine Gobei (Gallimard)

2010 Pourquoi on écrit des romans (Gallimard Jeunesse)

2012 Sibir. Moscou-Vladivostok : mai-juin 2010 (Gallimard)

2014 Dictionnaire amoureux de la Loire (Plon)

2015 Le fond de l'air est frais - Chroniques du XXIe siècle (Montagne)

Discours et travaux académiques

Discours de réception de Danièle Sallenave, le 29 mars 2012

Compter avec et compter sans, le 6 septembre 2012

Défense du point virgule, le 4 avril 2013

Du polichinelle au punch, le 2 mai 2013

TZR - Titulaire sur Zone de Remplacement (Wikipédia), le 3 octobre 2013

L’anguille de Melun, le 6 février 2014

Les aventures de la translittération, le 6 mars 2014

Le train des sénateurs, le 11 juillet 2014

“Ma maman” : ou la nostalgie du paradis perdu, le 8 janvier 2015

Hommage à Mme Assia Djebar, le 19 février 2015

La Sainte Touche, le 7 septembre 2015

Faire le pari de la transmission, le 27 octobre 2015

À l’Y, le 5 février 2016

Mot attribué lors de l’installation

Riposte :

n. f. Réponse vive faite sur-le-champ, repartie prompte à quelque raillerie. Avoir la riposte prête, la riposte en main. Être prompt, être vif à la riposte. Gare à la riposte! Il se dit, figurément, de Ce qui se fait sur-le-champ en réponse à une injure, à un coup, à un acte quelconque. Il lui donna un démenti; la riposte fut un soufflet. Il désigne, en termes d'Escrime, une Botte que l'on porte après avoir paré.