Charles MAURRAS Élu en 1938 au fauteuil 16

N°576
Homme politique
Essayiste
Journaliste
Poète
Charles Maurras en habit d'académicien

Biographie

Né à Martigues (Bouches-du-Rhône), le 20 avril 1868.

Issu d’une vieille famille provençale, atteint de surdité dès l’enfance, Charles Maurras grandit dans un milieu traditionaliste et fit ses études au collège catholique d’Aix-en-Provence. Venu adolescent à Paris, il se voua à l’étude des humanités gréco-latines ; à dix-sept ans il publiait son premier article dans les Annales de philosophie chrétienne. Il devait collaborer par la suite à différents journaux et revues : L’Événement, La Revue bleue, La Gazette de France, La Revue encyclopédique. Il s’y faisait le chantre d’une conception classique de la « véritable » pensée française, contre les excès irrationnels du romantisme, qu’il considérait comme une forme de décadence.

Marquée par le même traditionalisme, sa pensée politique en fit le défenseur d’un patriotisme, que Maurras qualifiait lui-même de « nationalisme intégral » et qui repose sur la condamnation sans appel des erreurs commises depuis la Révolution, le rejet de tous les principes démocratiques, jugés contraires à l’inégalité naturelle, le retour enfin à une monarchie héréditaire.

Son militantisme devait conduire Charles Maurras à créer le groupe des Néo-monarchistes et à fonder, en 1899, la revue de L’Action française. Militant en faveur du catholicisme comme principe d’ordre social, mais agnostique par convictions personnelles, Maurras allait s’attirer les foudres de l’Église, qui condamna L’Action française en 1926 et mit à l’index plusieurs des livres de l’écrivain, dans une œuvre qui comporte de nombreux titres : Le Chemin de Paradis (1895), Trois idées politiques (1898), Enquête sur la monarchie (1900-1909), Anthinéa (1901), Les Amants de Venise : George Sand et Musset (1902), L’Avenir de l’intelligence (1905), Le Dilemme de Marc Sangnier (1906), Kiel et Tanger (1910), La Politique religieuse (1912), Romantisme et Révolution (1922), Le Mystère d’Ulysse (1923), La Musique intérieure (1925), Barbarie et Poésie (1925), Un débat sur le romantisme (1928), Au signe de Flore (1931), L’Amitié de Platon (1936), La Dentelle du rempart (1937), Mes idées politiques (1937), Quatre poèmes d’Eurydice (1938), Louis XIV ou l’Homme-Roi (1939), La Sagesse de Mistral (1941), La Seule France. Chronique des jours d’épreuve (1941), De la colère à la justice (1942), etc.

Il eut une grande influence sur une partie de la jeunesse, celle qui se groupa dans le mouvement des Camelots du roi.

Charles Maurras, qui avait dénoncé dès après la Première Guerre mondiale l’insuffisance du traité de Versailles et condamné, par antigermanisme, la politique de rapprochement avec l’Allemagne menée par Briand, devait cependant, par crainte de la menace communiste, approuver les accords de Munich et se faire le défenseur, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, des thèses pacifistes. En 1940, il saluait comme une « divine surprise » l’arrivée du maréchal Pétain au pouvoir. Pendant l’Occupation, il se fit, avec toute sa vigueur polémique, l’apologiste du gouvernement de Vichy et l’inspirateur de la politique de Collaboration.

Condamné en 1945 par la haute cour de justice de Lyon à la réclusion à perpétuité et à la dégradation nationale, il fut interné à Riom, puis à Clairvaux. En 1952, sa santé déclinante le fit admettre à la clinique de Saint-Symphorien-lès-Tours, où il devait s’éteindre.

Charles Maurras, après un premier échec contre Jonnart en 1924, avait été élu à l’Académie française le 9 juin 1938 au fauteuil d’Henri-Robert, par 20 voix contre 12 à Fernand Gregh ; il était reçu le 8 juin de l’année suivante par Henry Bordeaux.

Sa condamnation entraînait automatiquement sa radiation de l’Académie (article 21 de l’ordonnance du 26 décembre 1944) ; il fut en fait décidé, lors de la séance du 1er février 1945, qu’on déclarerait vacant le fauteuil de Maurras, sans pour autant voter la radiation. Ainsi, Charles Maurras, comme le maréchal Pétain, mais à la différence d’Abel Hermant et Abel Bonnard, ne fut remplacé sous la Coupole qu’après sa mort.

Mort le 16 novembre 1952.

Œuvres

1889 Théodore Aubanel

1891 Jean Moréas

1894 Le chemin du Paradis, mythes et fabliaux

1896 Le voyage d’Athènes

1898 L’idée de décentralisation

1899 Trois idées politiques : Chateaubriand, Michelet, Sainte-Beuve

1900 Enquête sur la monarchie

1901 Anthinéa : d’Athènes à Florence.

1902 Les amants de Venise, George Sand et Musset.

1905 L’avenir de l’intelligence

1906 Le dilemme de Marc Sangnier

1910 Kiel et Tanger

1912 La politique religieuse

1914 L’Action françaises et la religion catholique

1915 L’étang de Berre

1916 Quand les Français ne s’aimaient pas

1916 Les conditions de la victoire, 4 vol

1921 Tombeaux

1922 Inscriptions

1923 Poètes

1924 L’allée des philosophes

1925 La musique intérieure. Barbarie et poésie

1927 Lorsque Hugo eut les cent ans

1928 Le prince des nuées. Un débat sur le romantisme. Vers un art intellectuel

1929 Corps glorieux ou Vertu de la perfection. Promenade italienne. Napoléon pour ou contre la France

1930 De Démos à César. Corse et Provence. Quatre nuits de Provence

1931 Triptyque de Paul Bourget. Le quadrilatère. Au signe de Flore

1932 Heures immortelles

1932 Dictionnaire politique et critique, 5 vol

1935 Prologue d’un essai sur la critique

1937 Quatre poèmes d’Eurydice. L’amitié de Platon. Jacques Bainville et Paul Bourget. Les vergers sur la mer. Jeanne d’Arc, Louis XIV, Napoléon. Devant l’Allemagne éternelle. Mes idées politiques

1940 Pages africaines

1941 Sous la muraille des cyprès. Mistral. La seule France

1942 De la colère à la justice

1943 Pour un réveil français.

1944 Poésie et vérité. Paysages mistraliens. Le pain et le vin

1945 Au-devant de la nuit. L’Allemagne et nous

1947 Les deux justices ou notre J’accuse

1948 L’ordre et le désordre. Maurice Barrès. Une promotion de Judas. Réponse à André Gide

1949 Au Grand Juge de France. Le cintre de Riom. Mon jardin qui s’est souvenu 1950

1951 Tragi-comédie de ma surdité. Vérité, justice, patrie, avec Maurice Pujo

1952 A mes vieux oliviers. La balance intérieure. Le beau jeu des reviviscences. Le Bienheureux Pie X, sauveur de la France

1953 Pascal puni

1958 Lettres de prison (1944-1952) - posthume

1966 Lettres passe-murailles - correspondance échangée avec Xavier Vallat (1950-1952), posthume.

Discours et travaux académiques