Barbara CASSIN Élue en 2018 au fauteuil 36

N°732
Chevalier de la Légion d’honneur
Philologue
Philosophe

Biographie

Née le 24 octobre 1947 à Boulogne-Billancourt, Barbara Cassin, élève de Jean Beaufret et de Michel Deguy, est docteur ès lettres et chercheur au C.N.R.S. Elle a participé au séminaire du Thor avec Martin Heidegger chez René Char, et réappris le grec avec Jean Bollack et Heinz Wismann.

Philologue et philosophe, elle travaille sur ce que peuvent les mots. Ses recherches portent en particulier sur la sophistique et les présocratiques (L’Effet sophistique, Gallimard, 1995 ; Parménide, Sur la nature ou sur l’étant. La langue de l’être ? Seuil, 1998 ; Sophistical Practise. Toward a consistent relativism, Fordham University Press, 2014), sur le rapport entre langage et politique (Vérité, réconciliation, réparation, en collaboration, Le Genre humain, Seuil, 2004 ; La Généalogie des actes de parole dans le monde grec, romain et médiéval, dir. avec Carlos Lévy, Brépols, 2012 ; La Nostalgie. Quand donc est-on chez soi ? Ulysse, Énée, Arendt, Autrement, 2013), sur la psychanalyse (Jacques le Sophiste, Lacan, logos et psychanalyse, Epel, 2012), sur le rapport femme-philosophie (Voir Hélène en toute femme. D’Homère à Lacan, illustrations de M. Matieu, Les Empêcheurs de penser en rond, 2000 ; Avec le plus petit et le plus inapparent des corps, Fayard, 2007), sur la traduction comme savoir-faire avec les différences (Vocabulaire européen des philosophies. Dictionnaire des intraduisibles, dir., Seuil-Le Robert, 2004, traduit ou en cours de traduction-adaptation dans une dizaine de langues ; Plus d’une langue, Les Petites Conférences, Bayard, 2012; Éloge de la traduction. Compliquer l'universel, Fayard, 2016). Elle est chevalier de la Légion d’honneur et a reçu en 2012 le Grand Prix de philosophie de l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre. Elle a été commissaire de l’exposition Après Babel, traduire (Mucem, 2016-2017), qui a vocation à se réinventer dans de nouveaux lieux (Fondation Bodmer, 2017-2018).

Élue à l’Académie française, le 3 mai 2018, au fauteuil de Philippe Beaussant (36e fauteuil).