Dire, ne pas dire

La mémoire, le mémoire

Le 02 février 2017

Extensions de sens abusives

En français, il existe deux noms mémoire. Le premier et le plus courant est féminin. Il peut désigner la faculté de l’esprit de conserver et de rappeler des idées, des situations, des personnes, etc. On dira ainsi que telle personne a une bonne mémoire, une mémoire peu sure, une mémoire infidèle, etc. Il peut aussi désigner le souvenir conservé par cette faculté : un exploit digne de mémoire, voilà un fait qui restera dans les mémoires. Mais mémoire est aussi un nom masculin. Si on ne le confond guère avec le premier quand ce mot désigne un texte exposant quelque requête ou donnant des instructions, l’état des sommes dues à un artisan ou encore une dissertation sur un sujet scientifique ou littéraire (l’architecte a présenté son mémoire ; un mémoire de maîtrise), il arrive trop souvent que, au pluriel et généralement avec une majuscule, le nom mémoires, qui désigne les écrits d’une personne ayant été témoin ou acteur de la vie publique de son temps, soit considéré comme un nom féminin.

on dit

on ne dit pas

Les « Mémoires d’outre-tombe » sont merveilleusement écrits

Les Mémoires du cardinal de Retz sont pleins d’ironie

Les « Mémoires d’outre-tombe » sont merveilleusement écrites

Les Mémoires du cardinal de Retz sont pleines d’ironie