Dire, ne pas dire

La chute et la chance, les dés et les cas

Le 05 novembre 2015

Bonheurs & surprises

Le nom chute n’a guère de chance, amputé qu’il est d’un accent circonflexe qu’il méritait autant que d’autres, comme sûr ou mûr, de conserver. Il l’avait encore dans la première édition du Dictionnaire de l’Académie française. On y lisait en effet : « Il est tombé de son haut & a fait une lourde chûte. »

Cet accent était là pour signaler la disparition d’un ancien ; e que l’on trouvait aussi dans le nom chance, qui s’est d’abord écrit cheance. Rien d’étonnant à cela puisque ces deux noms, chute et chance, même s’ils sont éloignés par le sens, remontent l’un et l’autre au latin cadere, « choir, tomber ». Ils ont un autre point commun : les dés. On lit d’ailleurs dans le Thresor de la langue francoyse de Jean Nicot, à l’article Chance : « Est dit pour cheance, comme au jeu des dez. »

Ainsi, dès l’origine, la chance dépend de la manière dont s’effectue la chute des dés. Cela est sans doute lié à la représentation que se faisaient parfois les Anciens qui imaginaient les dieux jouant aux dés le destin des hommes.

En effet, le sort de ces derniers, c’est-à-dire leur bonne ou mauvaise chance, dépend du lancer des dés par les dieux, lancer dont le résultat est lié à leur volonté. Ne lit-on pas dans un fragment de Sophocle : Aei gar eu piptousin hoi Dios kuboi, « Les dés de Zeus tombent toujours bien » ? ; un texte dont on a cette variante: Aei tris hex piptousin hoi Dios kuboi, « Les dés de Zeus font toujours un triple six » (le triple six, appelé « coup d’Aphrodite », assurait la victoire, tandis que le triple un, « le coup du chien », assurait la défaite. Et Eschyle fait dire à Étéocle, au vers 404 des Sept contre Thèbes, que pour le combat la valeur des guerriers est importante, mais que, à la fin, ce sont les « dés d’Arès » qui choisiront le vainqueur.

Toutes citations qui montrent que c’est sans doute de quelque jeu de ce type que sont nées nos expressions tomber bien et tomber mal. On se souviendra d’ailleurs que le nom et adjectif méchant signifie d’abord « malchanceux » et qu’il est dérivé de l’ancien verbe mescheoir, « mal tomber ».

On retrouve l’idée de chute dans le français cas. Ce nom est polysémique, aussi n’allons-nous nous intéresser qu’au sens qu’il a en grammaire. Il existe deux hypothèses pour expliquer le rapport entre la chute et le cas. Dans ses très sérieux Éléments de phonétique et de morphologie du latin, Pierre Monteil écrit :

« La terminologie concernant les cas nous a été léguée par le latin, où casus constitue la traduction littérale, mais peu explicite, du grec ptôsis, “chute”. L’application de ce terme à la catégorie linguistique du cas paraît procéder en grec d’une métaphore empruntée au jeu de dés : tout comme un joueur tient dans sa main un cube, virtuellement porteur de six valeurs différentes, dont une seule sera réalisée par le coup de dés (ptôsis), l’usager d’une langue tient dans son esprit un signifiant virtuellement passible de formes différentes, dont une seule, compte tenu des exigences syntaxiques de l’énoncé, sera réalisée dans la parole. »

D’autres ont évoqué, à ce sujet, le fait que le mot chute signifie parfois « fin » et que le cas grammatical est indiqué par la terminaison du mot. C’est le sens qu’il a quand on parle, par exemple, de la chute d’une histoire.

Ces deux explications pourraient nous faire douter du sérieux que l’on prête à des langues comme le latin, le grec ou l’allemand, toutes langues à cas, puisque ce qui les distingue des autres langues, ce cas, semble sorti du vocabulaire de quelque amuseur, de quelque diseur d’histoires drôles s’attachant à provoquer les rires par une chute bien amenée ou, pis encore, de quelque bas-fond de l’Antiquité où l’on s’adonnait sans vergogne à la funeste passion du jeu de dés. Pauvres élèves, à qui l’on faisait parfois apprendre naguère ces trois langues à déclinaison, c’est miracle que vous ne soyez pas devenus ou des histrions ou des drogués du jeu.