Dire, ne pas dire

Faire au sens de Visiter

Le 05 novembre 2015

Extensions de sens abusives

Le verbe faire est victime de sa plasticité. Il tend à devenir un verbe passe-partout. L’employer ainsi amène à se priver de formes aux sens beaucoup plus restreints, mais aussi beaucoup plus précis, et à user d’une langue dont on semble s’appliquer à gommer toutes les nuances. Parmi les verbes qui disparaissent au profit de faire, il y a visiter : Nous avons fait le Mexique cet été. Est-ce à cause de la polysémie flatteuse de ce verbe qui nous élève du rang de touriste à celui d’architecte, voire de bâtisseur que cette substitution a autant de succès ? Ou est-ce parce le voyage devient aujourd’hui une forme d’obligation sociale, dont on ne s’acquitterait plus par plaisir, mais pour tenir un rang, et parce que, après tout, ce qui est fait n’est plus à faire ? C’est sans doute ce qui explique qu’on ne se contente pas de « faire », on indique une vitesse, on « fait » dans un temps donné : les châteaux de la Loire en trois jours et l’Espagne en deux semaines. On rappellera donc que si le proverbe dit que Rome ne s’est pas faite en un jour, c’est par allusion à la lente extension de cette ville et non au commentaire de quelque touriste qui aurait eu besoin de plus de vingt-quatre heures pour visiter la Ville éternelle.