Dire, ne pas dire

Éponyme

Le 06 mars 2014

Extensions de sens abusives

L’adjectif Éponyme est emprunté du grec epônumos, « qui donne son nom ». Il s’est d’abord employé en histoire ancienne, pour désigner des dieux ou des héros qui donnaient leur nom à une cité, à une tribu, à une dynastie, etc. Ainsi Athéna est la déesse éponyme d’Athènes, Égée est le héros éponyme de la mer Égée. Parmi les dix archontes, on appelait également éponyme celui qui donnait son nom à l’année en cours. Par extension, éponyme a qualifié des personnages de fiction qui ont donné leur nom à l’œuvre dans laquelle ils apparaissent. Lucien Leuwen est le héros éponyme d’un roman inachevé de Stendhal et Madame Bovary est l’héroïne éponyme du plus célèbre des romans de Flaubert. On se gardera bien de confondre le héros qui donne son nom et l’œuvre qui le reçoit. Ce n’est que le premier qui peut être qualifié d’éponyme.

On dit

On ne dit pas

Phèdre est une héroïne éponyme de Racine

Aurélien est le héros éponyme d’un roman d’Aragon

Phèdre, dans la pièce éponyme de Racine…

Aurélien, le roman éponyme d’Aragon, a été écrit en 1944