Dire, ne pas dire

Bonheurs & surprises

Être né avec une cuillère d’argent ou avec une cuillère d’or dans la bouche

Le 04 octobre 2012

Bonheurs & surprises

Cette expression évocatrice, traduite de l’anglais, est devenue courante. Faisant probablement allusion à la cuillère de métal précieux qu’offrait le parrain en cadeau de baptême, elle évoque l’aisance qui entoure l’enfant dès son plus jeune âge lorsqu’il appartient à une famille opulente, ainsi que les facilités et les avantages que lui procure sa naissance et qui le mettent à l’abri pour toute son existence.

D’autres expressions très anciennes associent à la naissance divers présages heureux ou malheureux : Être né sous une bonne étoile, sous une mauvaise étoile ou Être né coiffé. Deux autres : Être né dans la pourpre et Être né dans la crasse opposent ceux qui semblent destinés au pouvoir et à la richesse à ceux que tout en éloigne.

Rouflaquette

Le 04 octobre 2012

Bonheurs & surprises

On ne connaît pas vraiment l’origine de ce mot pittoresque apparu au xixe siècle en français, désignant d’abord une mèche de cheveux formant un accroche-cœur sur la tempe, dont la mode est aujourd’hui abandonnée, puis une patte de cheveux descendant sur le côté de la joue, de l’oreille vers le menton, mode dont la vogue ne s’est, elle, pas démentie. Porter des rouflaquettes.

Appelés plus noblement Favoris ou, plus prosaïquement, Pattes de lapin, parfois même Côtelettes lorsqu’ils s’étalent en triangle sur la joue, ces attributs pileux plus ou moins touffus doivent aller de pair avec un menton glabre pour mériter cette appellation.

Raout

Le 06 septembre 2012

Bonheurs & surprises

La forme de ce mot témoigne d’un va-et-vient entre le français et l’anglais. L’ancien français possédait le mot Rote ou Route, désignant une troupe en marche. L’anglais le lui a emprunté pour désigner une compagnie d’individus, une bande, puis lui a donné le sens que nous connaissons aujourd’hui de Grande réception officielle ou mondaine.

Notre ancien mot français a gagné au XIXe siècle, par cet échange, une orthographe qui tend à rendre compte d’une prononciation à l’anglaise. Cela lui vaut aussi d’être employé en français avec une pointe de snobisme, souvent teintée d’ironie.

Vétilleux, pointilleux

Le 06 septembre 2012

Bonheurs & surprises

Il y a une notion d’excès dans ces deux termes. Est vétilleux ou pointilleux celui qui élève des difficultés sans fondement sur des choses insignifiantes – vétilles, bagatelles ou broutilles, qu’on appelait également, en ancien français, pontilles ou pointilles –, celui qui ergote, ou « pinaille » comme on dit plus familièrement. Malherbe, au xviie siècle, fustige « ces pointilleux si déliés, qui oublient de faire, tant ils sont empêchés à parler ».

Vétilleux, Pointilleux qualifient donc ceux dont on redoute l’autorité tatillonne, à qui l’on attribue de l’acharnement à entrer dans les plus petits détails : censeur, critique, examinateur, baderne sont les noms auxquels ils sont le plus couramment associés.

Fils d’archevêque

Le 10 juillet 2012

Bonheurs & surprises

De l’habitude qu’eurent certains papes d’accorder à leurs parents, et particulièrement à leurs neveux, les privilèges du pouvoir est né le terme Népotisme.

L’expression Fils d’archevêque désigne, cette fois-ci par l’image ironique d’une filiation directe, celui ou celle que la position sociale de ses parents amène tout naturellement à jouir de la considération et de l’attention bienveillante des puissants, et dont la place se trouve nécessairement être dans les toutes premières.

Moins familière que Fils à papa, elle lui fait pendant, prenant en compte moins la richesse matérielle, bien souvent celle des « nouveaux riches », que le prestige de la fonction et la supériorité de l’esprit.

Humeur, humour

Le 10 juillet 2012

Bonheurs & surprises

Il existe d’assez nombreux mots que l’anglais emprunta au français et que l’anglophilie des XVIIIe et XIXe siècles contribua à réintroduire dans la langue française, sous une forme et avec une signification parfois différentes.

Ainsi Humeur fut emprunté par les Anglais avant même l’époque classique et, parmi les sens du mot français, figurait alors celui d’Originalité facétieuse, Penchant à la plaisanterie. C’est sous la forme d’Humour que cette dernière acception nous est revenue d’Angleterre.

Aujourd’hui, Avoir de l’humeur et Avoir de l’humour ont en français des valeurs presque opposées, l’humeur désignant alors une disposition chagrine et l’humour la disposition, jugée toute britannique, à s’amuser sans amertume des aspects ridicules, absurdes ou insolites de la réalité.

Bouffon / grave

Le 07 juin 2012

Bonheurs & surprises

On peut s’amuser des tours et détours des mots au gré des modes. Ainsi la langue parlée par la jeunesse s’empare parfois de mots anciens en leur donnant une nouvelle vitalité.

Par exemple, les adolescents et les spectateurs des stades s’invectivent souvent en se traitant de « Bouffons », terme que le français a emprunté dès le XVIe siècle à l’italien et qui évoque d’abord un personnage de théâtre destiné à susciter le rire, la moquerie.

De même, l’adjectif Grave, venu tout droit du latin gravis, signifiant lourd, pesant, retrouve tout son poids dans des tournures comme « Il est grave », signifiant à peu près « Il ne comprend rien » ou « Il est insupportable ». Employé comme adverbe, il marque l’intensité : « Je t’aime grave », « C’est grave compliqué ». Utilisé absolument, Grave constitue une affirmation enthousiaste : « – C’était bien ? – Grave ! »

Record

Le 07 juin 2012

Bonheurs & surprises

En français, le mot Record a d’abord désigné le témoignage de celui qui vient devant la justice redire ce qu’il sait, ainsi que le procès-verbal où est consigné ce témoignage.
Le mot, repris en langue anglaise, s’est peu à peu étendu au domaine du sport, prenant le sens d’Exploit sportif que nous lui donnons aujourd’hui après l’avoir réemprunté à l’anglais.
Seule la langue anglaise conserve dans le verbe to record et le substantif record le souvenir de l’ancien verbe français Recorder, qui signifiait Répéter pour apprendre, Se remettre dans l’esprit, verbe disparu du français aujourd’hui.

Paquebot

Le 03 mai 2012

Bonheurs & surprises

Rien dans la consonance du mot paquebot n’indique que nous l’avons emprunté à l’anglais packet-boat, où se retrouve d’ailleurs un sens ancien du français paquet, désignant un ensemble de lettres portées par le courrier. Le paquebot, avant qu’il ne soit ce grand navire transportant des passagers sur les mers et les océans, fut d’abord un bateau postal.

Exemple d’un processus de francisation qui n’est pas exceptionnel, paquebot montre que les échanges contribuent à enrichir les langues lorsque chacune fait évoluer le mot selon son génie propre.

Recoquiller

Le 03 mai 2012

Bonheurs & surprises

Verbe ancien et familier, devenu rare, que signifie Recoquiller ? Retrousser en forme de coquille. On l’a dit des bords d’un chapeau, des feuillets d’un livre, puis des fleurs ou des feuilles des plantes.

Buffon parle des sapajous qui « recoquillent ou développent à volonté le bout de leur queue ». On observe que « les mauvais vents recoquillent les feuilles des arbres » ou que « ces fleurs s’épanouissent la nuit et se recoquillent pendant le jour ».

Citons enfin ce proverbe dont l’ancienneté ne dément pas la justesse : « Il n’y a point de si petit ver qui ne se recoquille si l’on marche dessus », il n’y a point de si petit ennemi qui ne songe à se défendre et à nuire quand on l’attaque.

Pages