Dire, ne pas dire

Davantage, d'avantages

Le 07 septembre 2017

Extensions de sens abusives

Au xvie siècle, la préposition élidée d’ et le nom avantage se sont agglutinés pour former l’adverbe davantage. Mais cinq siècles plus tard, le sentiment de composition est toujours très fort et bien souvent cet adverbe se rencontre sous sa forme originelle, aujourd’hui fautive, d’avantage. Cette graphie, même si elle est empreinte de bon sens, n’en reste pas moins une erreur. Peut-être, pour ne plus la commettre, faut-il en appeler aux mânes du regretté Bobby Lapointe, qui jonglait si brillamment avec ces termes dans Avanie et Framboise. Il y chantait en effet ce distique, qui mériterait de prendre place dans tous les manuels d’orthographe :

Davantage d’avantages

Avantagent davantage.

 

On écrit

On n’écrit pas

Il nous faudrait davantage de temps

Je ne l’en aime que davantage

Il nous faudrait d’avantage de temps

Je ne l’en aime que d’avantage