Dire, ne pas dire

Cochon, porc, goret

Le 02 mars 2017

Bonheurs & surprises

Dans le cochon, tout est bon lisait-on naguère sur les devantures des charcuteries. L’élision, naturelle à l’oral (dans l’cochon…), du e de le faisait que l’on avait un distique, c’est-à-dire une suite de deux vers de même longueur, rimant ensemble et présentant un sens complet. Voici un animal, disposé à la poésie, qui est à la source d’une quantité invraisemblable de mets, préparations culinaires dont les jambons, saucissons, cervelas, andouilles, boudins, saucisses, échines, filets, et l’on en passe et des meilleurs.

Mais notre appétissant quadrupède peut aussi susciter notre gourmandise dans le domaine linguistique puisqu’il est à l’origine d’un grand nombre de mots.

Il existe une forme indo-européenne servant à nommer cet animal, dont on trouve des traces dans le grec hus ou le latin sus. Cette racine est aussi à l’origine de l’allemand Schwein. Du latin sus a été tiré le nom savant Suidés mais aussi le verbe d’usage courant souiller. Ce dernier nous vient du latin populaire *suculare, « salir comme le ferait un cochon », lui-même dérivé du diminutif sucula qui désignait une jeune truie. Du grec hus est dérivé huaina, qui désigne une hyène, parce que l’on trouvait à ces deux animaux une allure assez semblable et que tous deux étaient réputés fort voraces. D’une forme nordique, voisine de l’allemand Schwein, et du russe svinia, vient notre marsouin : ce nom est en effet emprunté, par l’intermédiaire du néerlandais meerswijn, du norois marsvin, c’est-à-dire « cochon (svin) de mer ». Notons d’ailleurs que Pline appelait déjà cet animal porcus marinus. Cette racine indo-européenne se retrouve également dans le gaulois *suteg, proprement « toit à porcs », à l’origine du français soue.

Si le nom cochon n’a pas d’étymologie attestée (on suppose que son nom viendrait d’une onomatopée imitant les grognements de cet animal), le nom porc, lui, nous vient du latin porcus, qui désignait un porc domestique, mâle ou femelle. Mais les latins employaient aussi porcus dans la langue populaire, pour désigner la vulve de la truie, puis le sexe de la femme. Ils nommèrent ensuite ainsi un coquillage dont la forme pouvait évoquer un sexe féminin, coquillage que nous connaissons sous le nom de porcelaine. Ce nom nous vient d’ailleurs de l’italien porcellana, désignant également ce coquillage mais signifiant proprement « vulve de truie ». C’est parce que la coquille de ce mollusque est particulièrement lisse que l’on a ensuite donné ce nom à un type de céramique dur obtenu par vitrification.

Ce même porcus est aussi, indirectement, à l’origine du nom « truie » ; les latins appelaient en effet porcus troianus, proprement « porc à la troyenne », un porc farci de différentes pièces de petit gibier, cet animal étant en quelque sorte une image du cheval de Troie avec les soldats grecs à l’intérieur. Cette locution s’est ensuite abrégée en troia pour donner le français truie.

Cette truie, les latins l’appelaient, eux, scrofa : ce mot est à l’origine de scrofule et de son doublet populaire écrouelles, probablement parce que les porcs étaient souvent atteints par ce mal et présentaient en abondance ce type de ganglions. Mais ce même scrofa a aussi donné le nom « écrou ». L’analogie est la même que pour porc et porcelaine, et l’écrou est ainsi nommé parce que sa forme évoque un sexe de truie.

En ancien français, truie se disait gorre, que l’on trouvait aussi écrit gore ou gaurre. Comme cochon, ce nom, d’où nous vient goret, est tiré d’une onomatopée imitant les grognements des porcs. Par extension de sens, gorre a désigné la syphilis, mais aussi une femme débauchée et enfin le luxe ; la diversité de ces sens amenait parfois des confusions.

Ainsi quand Isabeau de Bavière était appelée « la grand gorre » pour sa pompe et sa magnificence, beaucoup donnaient à ce surnom le sens de « grande truie ». Gorre, sans doute pour l’ensemble de ces significations, est aussi, rappelons-le, à l’origine du nom gourgandine.

Notons, pour conclure, que notre cochon qui aurait, étymologiquement parlant, toute sa place dans un magasin de porcelaine, n’a pourtant pas très bonne réputation. On le considère comme sale, mais l’histoire de la langue lui rend parfois justice ; ainsi le nom souille, le bourbier où le sanglier, le singularis porcus (« porc solitaire »), aime se vautrer, est issu du latin solium, qui pouvait désigner une baignoire mais aussi un trône, le fauteuil d’un juge, ou encore une châsse ou un reliquaire.