Dire, ne pas dire

Carole L. (Chicago)

Le 04 juin 2015

Courrier des internautes

J’aimerais savoir si l’on prononce le « l » du mot « sourcil » ?

Dit-on « un sourcil » ou « un sourci » ?

Carole L. (Chicago)

L’Académie répond :

Quant aux noms en -il, leur prononciation a beaucoup varié, y compris récemment, et l’on enregistre encore des usages, notamment régionaux, différents, d’où résultent nombre d’hésitations.

Au début du vingtième siècle, si l’on excepte les mots venus du latin comme fil, exil, pistil... et quelques mots d’origine étrangère comme alguazil ou toril, les mots en -il (d’origine variée ou inconnue) avaient vu s’altérer depuis longtemps l’ancienne prononciation du l, qui était mouillé (baril prononcé barille, par exemple, comme dans barillet).

Dans la plupart des mots, donc, on ne prononçait plus l’l : bari(l), cheni(l), courti(l), feni(l), fourni(l), fraisi(l), fusi(l), genti(l), nombri(l), outi(l), sourci(l), et plus récemment persi(l).

Genti(l), qui appartenait d’abord à la catégorie à l sonore (latin gentilis), est passé ensuite à la seconde, avec l mouillé, après quoi il a également amui son l. Au contraire, sil, pénil, brésil, tortil (pour tortis, sous l’influence de tortiller) étaient passés au groupe des mots à l non mouillé ; péril aussi, quoiqu’il y eût encore quelques exceptions ; avril de même, après s’être prononcé avri au xviie siècle, et avriyl au commencement du xixe.

Il n’y avait plus d’hésitation que pour quatre substantifs : babil, grésil, gril et mil (avec grémil). Non qu’on pût y conserver le son mouillé, ou plutôt le yod, car il s’y entendait de moins en moins : la seule question était de savoir s’ils se prononceraient finalement avec ou sans l, car les deux coexistaient.

Aujourd’hui, la prononciation de certains l a été rétablie, soit que l’on considère qu’elle est seule de bon usage (baril), soit qu’elle tende à l’emporter (chenil, ou, vieilli , cheni ; couti ou, de plus en plus souvent, coutil ; fenil ou, vieilli, feni, nombril ou, vieilli, nombri), soit que les deux soient plus ou moins à égalité (persil ou persi ; sourciparfois sourcil ; terri, parfois terril).

Enfin, le l n’a pas été rétabli dans d’autres mots (fuzi, genti, outi...), les prononciations fuzil ou outil, que l’on entend parfois dans le Midi, étant considérées comme dialectales.

Pour ces mots, tous les dictionnaires indiquent la ou les prononciations jugées correctes aujourd’hui.