Dire, ne pas dire

Louis B. (Belgique)

Le 05 octobre 2017

Courrier des internautes

Bonjour,

Depuis plusieurs mois, je me demande d’où viennent les différentes terminaisons des métiers qui nous entourent, en particulier ceux de la maison.

Pourquoi un cuisiniste, et pas un « plombiste» mais un plombier ? Je me pose surtout la question sur les terminaisons « iste» « ien» et « ier».

Merci d'avance.

Louis B. (Belgique)

L’Académie répond :

Monsieur,

À l’origine les noms de métier en -ier viennent de noms latins en -arius ; ainsi ânier est issu du latin asinarius, bouvier du latin bovarius. Ce suffixe est devenu très productif ; on a ainsi boutiquier, buvetier, cafetier, etc. Les noms en -iste sont empruntés, par l’intermédiaire de noms latins en -ista, de noms grecs en -istès.

Alchimiste est emprunté du latin alchimista ; catéchiste, du grec katêkhistès.

Par analogie, on a formé beaucoup de noms de métier grâce à ce suffixe : buraliste, bouquiniste…

Quelques noms en -ien sont issus de formes latines en -anus ou en -aeus : pharisien vient de pharisaeus.

Le plus souvent les noms en -ier sont réservés à des métiers manuels, les noms en -iste, à des métiers intellectuels et les formes en -ien à des adjectifs de nationalité.

Cordialement.