Olivier PATRU Élu en 1640 au fauteuil 19

N°46
Avocat
Olivier Patru

Biographie

Né à Paris en 1604.

Avocat au Parlement ; il a laissé des plaidoyers et des traductions ; il écrivit un libelle contre la Roxane de Desmarets. Le dernier élu sous le protectorat de Richelieu, il fut admis le 3 septembre 1640 en remplacement de Porchères d’Arbaud. « À sa réception, dit Pellisson, M. Patru prononça un fort beau remerciement dont on demeura si satisfait, qu’on a obligé tous ceux qui ont été reçus depuis d’en faire autant. ». C’est donc là l’origine des discours de réception ; il harangua la reine Christine en 1656. Il voulait que dans le Dictionnaire les jugements et définitions fussent appuyés sur des citations de bons auteurs. Il collabora au Dictionnaire de Richelet (Sainte-Beuve, V).

Dans sa vieillesse il tomba dans la misère et il resta longtemps éloigné de l’Académie ; ses livres allaient être vendus au bénéfice d’un créancier, Boileau les lui acheta en exigeant qu’il en gardât la jouissance (Sainte-Beuve, V).

« On le regardait comme un oracle infaillible en matière de goût et de critique. » (d’Olivet).

« Il est renfermé dans les matières de jurisprudence ; mais, contre la coutume des avocats, il les traite très élégamment, très éloquemment et très judicieusement. » (Chapelain).

« Olivier Patru contribua beaucoup à régler, à épurer le langage ; et quoiqu’il ne passât pas pour un avocat profond, on lui doit néanmoins l’ordre, la clarté, la bienséance, l’élégance du discours : mérites absolument inconnus avant lui au barreau. » (Voltaire).

Il était, avec Mézeray, ennemi de toute étiquette.

Il vécut et mourut pauvre, le 16 janvier 1681.


Signature de  Olivier Patru

Discours et travaux académiques