Marc FUMAROLI Élu en 1995 au fauteuil 6

N°686
Commandeur de la Légion d’honneur
Grand officier de l’ordre national du Mérite
Commandeur des Arts et des Lettres
Commandeur des Palmes académiques
Grand officier de l'ordre du Mérite de la République italienne
Professeur au Collège de France
Essayiste
Historien
Marc Fumaroli en habit d'académicien©Jean-Christophe Marmara 1996

Biographie

Né à Marseille le 10 juin 1932, Marc Fumaroli a passé son enfance et son adolescence à Fès. Sa mère fut sa première institutrice. Études secondaires et baccalauréat de lettres au lycée de Fès Ville-Nouvelle. Études supérieures au lycée Thiers à Marseille, à l’université d’Aix-en-Provence et à la Sorbonne. Agrégation de lettres classiques en 1958. Service militaire à l’École militaire interarmes de Coëtquidan et dans le VIe Régiment d’artillerie à Colbert, dans le Constantinois, entre septembre 1958 et janvier 1961. Pensionnaire de la Fondation Thiers de septembre 1963 à août 1966. Élu assistant à la Faculté de lettres de Lille à la rentrée 1965. Docteur ès lettres à Paris IV-Sorbonne en juin 1976. Le même mois il est élu maître de conférences à Paris IV-Sorbonne à la succession du professeur Raymond Picard. Directeur de la revue XVIIe siècle (1976-1986) et membre du conseil de rédaction de la revue Commentaire (1978-2010), dirigée par Raymond Aron jusqu’à sa mort en 1983 et depuis par Jean-Claude Casanova.

En 1986, Marc Fumaroli est élu professeur au Collège de France, sur présentation du poète Yves Bonnefoy et de l’historien Jean Delumeau, dans une chaire intitulée « Rhétorique et société en Europe (XVIe-XVIIe siècles) ». Il a participé en 1977 à la fondation de la Société internationale pour l’histoire de la rhétorique, et il l’a présidée en 1984-1985, organisant cette dernière année son 3e Congrès international à Tours. Directeur du Centre d’étude de la langue et de la littérature françaises des XVIIe et XVIIIe siècles (Paris-IV-C.N.R.S.) de 1984 à 1994. De 1993 à 1999, il a été président de l’Association pour la sauvegarde des enseignements littéraires (S.E.L.), fondée par Mme Jacqueline de Romilly. Il succède en octobre 2006 à M. le chancelier Gabriel de Broglie à la présidence de la Commission interministérielle de terminologie. Il a fondé et dirige l’Institut européen pour l'Histoire de la République des Lettres, hôte de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm.

Il a été visiting professor à All Souls College, Oxford, en 1983, et visiting fellow à l’Institute for Advanced Study de Princeton en 1984. Il a enseigné ou donné des conférences dans de nombreuses universités des États-Unis (notamment New York University, Columbia, Johns Hopkins, Harvard, Princeton, Houston, Los Angeles). Invité par le professeur Allan Bloom, il a prononcé une série de conférences dans le cadre du Committee for Social Thought de Chicago dont il est devenu membre, avec le statut de professeur at large de l'Université, où il a enseigné deux mois par an jusqu’en 2006. Il a été aussi invité à prononcer des conférences dans le cadre du Center for Advanced Study in the Visual Arts de la National Gallery de Washington, notamment dans le cadre de sa Fifteenth Anniversary Lecture Series. Il y est revenu en mars-avril 2000 pour prononcer les six Mellon Lectures de cette année-là. Il a prononcé la Cassal Lecture à l’université de Londres et la Zaharoff Lecture à l'université d’Oxford en 1991. Il donne chaque année en mai une série de conférences à l’Istituto di Studi Filosofici fondé et dirigé par M. Gerardo Marotta, et participe fréquemment aux congrès de la Fondation Cini à Venise. Il a été invité dans la plupart des universités italiennes. Il a été nommé docteur honoris causa de l'université de Naples (Federigo Secondo) en 1994, de l'université de Bologne en 1999, de l'université de Gênes en 2004, de l'université Complutense de Madrid en 2005 et son enseignement au Collège de France a été donné par deux fois dans des institutions italiennes : université de Rome en 1995-1996, École normale supérieure de Pise en 1999-2000. Il considère, depuis sa jeunesse, l’Italie comme sa seconde patrie, et il est fier d’y compter d’innombrables amis, au premier rang desquels le professeur Tullio Gregory, directeur honoraire de l’Istituto di storia della filosofia de l’université de Rome-La Sapienza. Il est membre de nombreuses sociétés savantes françaises et étrangères. Membre correspondant de la British Academy, membre de l'American Academy of Sciences, Letters and Arts, membre de l'American Philosophical Society de Philadelphie, membre de l'Accademia dei Lincei depuis 1997, il est président de la Société d’histoire littéraire de la France, succédant à René Pomeau. Il fait partie du conseil de rédaction de la Revue d'histoire littéraire de la France, et il collabore fréquemment à la Revue. Il donne régulièrement des articles à des quotidiens et des hebdomadaires français et étrangers. Il a reçu en 1982 le prix Monseigneur Marcel de l’Académie française et, en 1992, son prix de la Critique. Il a reçu le prix Balzan en septembre 2001, le prix du Mémorial et le prix Combourg en 2004.

L’Académie française l’a élu le 2 mars 1995, dans son 6e fauteuil où il succédait à Eugène Ionesco. Il a été élu, en 1998, à l'Académie des inscriptions et belles-lettres au fauteuil laissé par Georges Duby.

Œuvres

1980 L’Âge de l’éloquence. Rhétorique et « res literaria » de la Renaissance au seuil de l’époque classique (Droz)

1985 Présentation et commentaire de La Fontaine, Fables, Lettres françaises (Imprimerie nationale)

1989 L’inspiration du poète de Poussin. Essai sur l’allégorie du Parnasse - Catalogue de l’exposition. (Musée du Louvre)

1990 Héros et orateurs, Rhétorique et dramaturgie cornéliennes (Droz)

1990 « La période 1600-1630 », dans Précis de littérature française du XVIIe siècle - sous la direction de Jean Mesnard (PUF)

1991 L’État culturel, essai sur une religion moderne

1994 Trois institutions littéraires (Gallimard)

1994 La Diplomatie de l’esprit, de Montaigne à La Fontaine (Hermann)

1994 L’École du silence (Flammarion)

1996 Le Loisir lettré à l’âge classique (Droz)

1997 Le Poète et le Roi. Jean de La Fontaine en son siècle

1998 L’Art de la conversation - sous la direction de Marc Fumaroli, Anthologie de Jacqueline Hellegouarc’h (Garnier)

1999 Chateaubriand et les Arts, « Ut Pictura Poesis - : Chateaubriand et les Arts », recueil d’études, publié avec le soutien de la Fondation Singer-Polignac

1999 Histoire de la rhétorique dans l’Europe moderne - dirigé et préfacé par Marc Fumaroli (PUF)

2000 La Querelle des Anciens et des Modernes - précédé d’un essai "Les Abeilles et les Araignées" (Gallimard)

2000 L’Esprit de la société, Cercle et « salons » parisiens au XVIIIe siècle - sous la direction de Marc Fumaroli, Anthologie de Jacqueline Hellegouarc’h (Garnier)

2001 Quand l’Europe parlait français - Traduction américaine à paraître en 2011

2001 La Diplomatie de l’esprit (Gallimard)

2001 L’Art de persuader - de Pascal, précédé par L'Art de conférer, de Montaigne (préface de Marc Fumaroli) (Rivages)

2001 Poussin, Sainte Françoise Romaine

2002 Richelieu : l’Art et le pouvoir - sous la direction de Hilliard Todd Goldfarb (Musée des Beaux-Arts de Montréal)

2004 Chateaubriand. Poésie et Terreur - Traduction italienne paru en 2006

2006 Exercices de lecture de Rabelais à Paul Valéry (Gallimard)

2009 Paris-New-York et retour : voyage à travers les arts et les images - Traductions italienne et espagnole à paraître en 2011 (Flammarion)

2010 Amelot de la Houssaye, L’Homme de cour (Gallimard)

2012 Le livre des métaphores (Robert Laffont)

2013 Le Sablier renversé - Des Modernes aux Anciens (Gallimard)

2014 La Grandeur et la Grâce (Robert Laffont)

2015 La République des Lettres - Collection Bibliothèque des Histoires (Gallimard)

2015 Mundus muliebris. Elisabeth Vigée Le Brun, peintre de l’Ancien Régime Féminin (Éditions de Fallois)

Mot attribué lors de l’installation

Manteau :

n. m. Xe siècle, mantel. Issu du latin mantellum, diminutif de mantum, « manteau ».
☆1. Vêtement qu'on porte sur les autres vêtements pour se protéger du froid et de la pluie. Manteau d'homme, de femme. Manteau de drap, de fourrure. Manteau de demi-saison. (Pour désigner le manteau que portent les hommes, on dit aussi Pardessus.) • Spécialt. Manteau long, court, se disait de certains manteaux portés par les ecclésiastiques, l'un sur la soutane, l'autre sur l'habit court. Manteau de cérémonie, long manteau à traîne porté par les rois, les princes et les grands dignitaires en certaines occasions. Manteau de cour, grande robe à queue traînante portée jadis par les dames de la cour. Manteau à la Crispin, manteau court porté par les valets de comédie. • Loc. et expr. fig. Jeter le manteau de Noé sur un acte, une situation, par référence au récit biblique, voiler, dissimuler quelque chose. Sous le manteau, clandestinement, en cachette. Des livres vendus sous le manteau. Ces libelles ont circulé sous le manteau. Rôle à manteau, dans une comédie, rôle d'un personnage âgé et grave, par tradition vêtu d'un manteau. • Fig. Se dit de l'apparence sous laquelle on dissimule une réalité. L'urbanité n'est parfois que le manteau de l'indifférence. Loc. Sous le manteau de, sous l'apparence de, sous le prétexte de. Dissimuler ses intentions sous le manteau de la dévotion, de la vertu. • Par métaphore, pour désigner ce qui recouvre quelque chose. Le grand manteau de la nuit.
☆2. Par anal. Hérald. Ornement extérieur consistant en une draperie doublée d'hermine qui retombe autour de l'écu. - Théâtre. Manteau d'arlequin, voir Arlequin. - Archit. Manteau de cheminée, partie de la cheminée comprenant le chambranle et la hotte, et qui fait saillie au-dessus de l'âtre. - Zool. Chez certains mammifères et certains oiseaux, région dorsale dont la couleur est différente de celle du reste du poil, du plumage (en parlant du chien, on dit aussi Mantelure) ; chez certains mollusques, tégument qui enveloppe la masse viscérale et sécrète la coquille. Le manteau d'une seiche, d'une moule. - Géol. Partie du globe terrestre située entre l'écorce et le noyau.