Louis de BROGLIE Élu en 1944 au fauteuil 1

Grand-croix de la Légion d’honneur
Commandeur des Palmes académiques
Mathématicien
Physicien

Biographie

Né à Dieppe, le 15 août 1892.

Pour étrange que cela puisse paraître, l’un de nos plus brillants physiciens s’orienta d’abord, après des études secondaires au lycée Janson-de-Sailly, vers un cursus de lettres. C’est après une licence d’histoire, qu’il se tourna vers les mathématiques et la physique. Au moment de la guerre, il fut affecté aux services de radio de l’armée. Devenu « le télégraphiste de la tour Eiffel », il y vécut pendant toute la durée des hostilités, chargé de manipuler la T.S.F. et de capter les messages allemands pour les déchiffrer.

La fin de la guerre lui permit de reprendre ses études de mathématiques et de se produire en 1924 sa thèse consacrée aux Recherches sur la Théorie des quantas. Ses travaux devaient le conduire à créer, à partir de ses découvertes sur les théories mathématiques de la lumière, une nouvelle branche de la physique : la mécanique ondulatoire qui embrassait dans une vaste synthèse la physique de la matière et celle de la lumière. Il obtint pour cette découverte le prix Nobel de physique en 1929, et fut en 1933 le plus jeune membre de l’Académie des Sciences, dont il allait devenir en 1942 secrétaire perpétuel.

Physicien génial, Louis de Broglie se montra tout aussi soucieux de mener à bien une réflexion philosophique sur la valeur des découvertes de la science moderne. On lui doit à ce titre, en marge de ses publications strictement scientifiques, plusieurs ouvrages, et notamment : Matière et Lumière, Sur les sentiers de la science, Certitudes et incertitudes de la science.

Le prince Louis de Broglie fut élu à l’Académie française le 12 octobre 1944 dans des circonstances singulières. En effet, le minimum de 20 votants exigé par le règlement ne put être atteint compte tenu des décès, emprisonnements et autres absences liées à la guerre. Il n’y eut donc, fait exceptionnel, que 17 académiciens pour élire ce jour-là, à l’unanimité, le prince de Broglie, au fauteuil d’Émile Picard. L’élection de Louis de Broglie marquait ainsi la reprise des votes à l’Académie.

L’entrée de Louis de Broglie sous la coupole fut l’une des plus émouvantes, car il y fut reçu par son propre frère, le duc Maurice de Broglie, le 31 mai 1945, ce qui ne s’était jamais vu depuis trois cents ans.

En 1961, le prince de Broglie était élevé à la dignité de Grand-Croix de la Légion d’honneur.

Mort le 19 mars 1987.

Œuvres

1924 Recherches sur la théorie des Quanta (Masson)

1928 Introduction à la Physique des Rayon X et Gamma (avec Maurice de Broglie) (Gauthier-Villars)

1929 Découverte de la nature ondulatoire de l’électron

1930 Introduction à l’étude de la Mécanique ondulatoire (Hermann)

1932 La théorie de la quantification dans la nouvelle mécanique (Hermann)

1934 L’électron magnétique. Théorie de Dirac (Hermann)

1937 La Physique nouvelle et les Quanta (Flammarion)

1937 Matière et Lumière (Albin Michel)

1938 Le principe de correspondance et les interactions entre matière et rayonnement (Hermann)

1939 La Mécanique ondulatoire des systèmes de corpuscules (Gauthier-Villars)

1940 Une nouvelle théorie de la lumière : la mécanique ondulatoire des photons (2 vol.) (Hermann)

1941 Continu et discontinu en physique moderne

1941 Problème de propagation guidée des ondes électro-magnétiques (Gauthier-Villars)

1942 Théorie générale des particules à spin (Gauthier-Villars)

1943 De la Mécanique ondulatoire à la théorie du Noyau (3 vol.) (Hermann)

1945 Corpuscules, ondes et Mécanique ondulatoire (Albin Michel)

1947 Physique et Microphysique (Albin Michel)

1948 Mécanique ondulatoire et théorie quantique des champs (Gauthier-Villars)

1950 Optique électronique et corpusculaire (Hermann)

1951 Savants et découvertes (Albin Michel)

1953 La Physique quantique restera-t-elle indéterminée ? (en collaboration avec M. J.-P. Vigier) (Gauthier-Villars)

1953 Éléments de théorie des quanta et de Mécanique ondulatoire (Gauthier-Villars)

1956 Une interprétation causale et non linéaire de la mécanique ondulatoire : la théorie de la double solution (Gauthier-Villars)

1957 La théorie de la Mesure en Mécanique ondulatoire (Gauthier-Villars)

1957 Nouvelles perspectives en Microphysique (Albin Michel)

1960 Sur les Sentiers de la Science (Albin Michel)

1963 Étude critique des bases de l’interprétation actuelle de la Mécanique ondulatoire (Gauthier-Villars)

1964 La Thermodynamique de la particule isolée (Gauthier-Villars)

1966 Certitudes et incertitudes de la Science (Albin Michel)

1968 Ondes électromagnétiques et Photons (Gauthier-Villars)

1972 La réinterprétation de la Mécanique ondulatoire (Gauthier-Villars)

1976 Recherches d’un demi-siècle (Albin Michel)

1978 Jalons pour une nouvelle microphysique (Gauthier-Villars)

1982 Les incertitudes d’Heisenberg et l’interprétation probabiliste de la mécanique ondulatoire

Discours et travaux académiques