Jean d’ORMESSON Élu en 1973 au fauteuil 12

N°648
Grand-croix de la Légion d’honneur
Officier de l’ordre national du Mérite
Romancier

Biographie

Né à Paris, le 16 juin 1925, d’une famille de conseillers d’État, de contrôleurs généraux des finances, d’ambassadeurs de France et de parlementaires, parmi lesquels un chancelier de France et un député à la Convention nationale.

Ancien élève de l’École normale supérieure. Agrégé de philosophie.

Études, voyages, amours. Essais et erreurs. Travaux et postes divers. Académies et distinctions.

Grand prix du roman de l’Académie française pour La Gloire de l‘Empire, 1971.

Directeur général du Figaro (1974-1977).

Secrétaire général, puis Président du Conseil international de la philosophie et des sciences humaines à l’UNESCO.

Élu à l‘Académie française, le 18 octobre 1973, au fauteuil de Jules Romains (12e fauteuil).

Œuvres

1956 L’amour est un plaisir - roman (Julliard)

1959 Du côté de chez Jean - essai (Julliard)

1959 Mazarin (Hachette)

1960 Un amour pour rien - roman (Julliard)

1966 Au revoir et merci - essai (Julliard)

1968 Les Illusions de la mer - roman (Julliard)

1971 La Gloire de l’Empire

1972 Dans l’esprit des hommes - 25e anniversaire de l’UNESCO, en collaboration (PUF)

1973 La Gloria dell’ Impero - traduction italienne (Rizzoli)

1974 Au plaisir de Dieu - roman (Gallimard)

1974 The Glory of the Empire - traduction anglaise (Knopf)

1978 Le Vagabond qui passe sous une ombrelle trouée - essai (Gallimard)

1981 Dieu, sa vie, son œuvre - roman (Gallimard)

1982 Mon dernier rêve sera pour vous - biographie de Chateaubriand

1984 Jean qui grogne et Jean qui rit - chroniques

1985 Le Vent du soir - roman (Prix Vallombrosa pour la traduction italienne : Il vento della sera)

1986 Tous les hommes en sont fous - roman

1987 Le Bonheur à San Miniato

1988 Album Chateaubriand (Gallimard)

1989 Garçon de quoi écrire - entretiens avec François Sureau (Gallimard)

1991 Histoire du Juif errant - roman (Gallimard)

1992 Tant que vous penserez à moi - entretiens avec Emmanuel Berl (Grasset)

1994 La Douane de mer - roman (Gallimard)

1996 Presque rien sur presque tout - roman (Gallimard)

1997 Casimir mène la grande vie - roman (Gallimard)

1997 Une autre histoire de la littérature française - Tome I

1998 Une autre histoire de la littérature française - Tome II

1999 Le rapport Gabriel - roman (Gallimard)

2001 Voyez comme on danse (Robert Laffont)

2002 C’était bien (Gallimard)

2003 Et toi mon cœur pourquoi bats-tu (Robert Laffont)

2005 Une fête en larmes - roman (Robert Laffont)

2006 La Création du monde - roman (Robert Laffont)

2007 Odeur du temps (Éditions Héloïse d’Ormesson)

2007 La vie ne suffit pas - œuvres choisies dans la collection " Bouquins" (Robert Laffont)

2008 Qu’ai-je donc fait (Robert Laffont)

2009 Saveur du temps (Éditions Héloïse d’Ormesson)

2009 Un cheminement vers la ville ouverte (Hermann)

2009 L'enfant qui attendait un train (Éditions Héloïse d’Ormesson)

2010 C’est une chose étrange à la fin que le monde (Robert Laffont)

2011 La Conversation (Éditions Héloïse d’Ormesson)

2012 Voyez comme on danse (Éditions retrouvées)

2012 C’est l’amour que nous aimons (Robert Laffont)

2013 Un jour je m'en irai sans en avoir tout dit (Robert Laffont)

2014 Comme un chant d'espérance (Éditions Héloïse d’Ormesson)

2015 Œuvres (La Pléiade)

2015 Dieu, les affaires et nous - chronique d'un demi-siècle (Robert Laffont)

2016 Je dirai malgré tout que cette vie fut belle (Gallimard)

2016 Ces moments de bonheur, ces midis d'incendie (Robert Laffont)

2016 Guide des égarés (Gallimard)

Discours et travaux académiques

Discours de réception de Jean d'Ormesson, le 6 juin 1974

Discours prononcé à l’occasion de l’inauguration de la plaque apposée sur la demeure d'Henry de Montherlant, le 21 avril 1975

Réponse au discours de réception de Marguerite Yourcenar, le 22 janvier 1981

Réponse au discours de réception de Michel Mohrt, le 27 février 1986

Hommage prononcé à l’occasion du décès de Mme Marguerite Yourcenar, le 7 janvier 1988

Hommage prononcé à l’occasion du décès de M. Thierry Maulnier, le 14 janvier 1988

Discours prononcé à l’occasion des fêtes de Jeanne d’Arc à Rouen, le 29 mai 1988

Allocution prononcée à l'occasion de la remise de l'épée de M. Jean François Deniau, le 7 décembre 1992

Hommage prononcé à l’occasion du décès de M. Alain Peyrefitte, dans la cour d’honneur de l’hôtel des Invalides, le 1 décembre 1999

Hommage prononcé à l’occasion du décès de M. Maurice Rheims, dans la cour d’honneur de l’hôtel des Invalides, le 10 mars 2003

Discours prononcé à l’occasion de la remise de son épée d’académicien à M. Valéry Giscard d’Estaing, le 15 décembre 2004

Réponse au discours de réception de Mme Simone Veil, le 18 mars 2010

Hommage prononcé à l’occasion du décès de M. Michel Mohrt, en l’église Saint-Germain-des-Prés, le 24 novembre 2011

Depuis sa fondation en 1635, le 5 avril 2012

Discours prononcé à l'occasion de la remise de son épée d'académicien à M. Amin Maalouf, le 13 juin 2012

Discours prononcé lors de la réception de l'Académie brésilienne des Lettres, à l'Académie française, le 19 mars 2015

Discours prononcé à l'occasion de la remise de son épée d'académicien à M.Dany Laferrière, le 26 mai 2015

Mot attribué lors de l’installation

Destinée :

n. f. XIIe siècle, au sens 2. Forme féminine substantivée du participe passé de destiner.
☆1. Puissance suprême qui semble régler de façon inéluctable le cours des choses et des existences. Se soumettre à la destinée. Accuser la destinée.
☆2. Déroulement des évènements qui constituent la vie d'un individu, d'une famille, d'une nation. Il eut une étrange destinée, une heureuse destinée. S'abandonner à sa destinée. Se rendre maître de sa destinée. Cet accident a contrarié sa destinée. Au pluriel. Ce à quoi un individu ou un groupe est voué, ce qui doit constituer son avenir, sa finalité, sa vocation. Être promis aux plus hautes destinées. Croire aux destinées de son pays. • Par anal. Ce qu'il est advenu de quelque chose. L'étrange destinée de ce mot, de cette invention.
☆3. Litt. Vie, existence. Unir sa destinée à celle d'un héros. Finir sa destinée. Leurs destinées se sont croisées. Trancher la destinée de quelqu'un, le tuer, le mettre à mort. • Titre célèbre : Les Destinées, d'Alfred de Vigny (1864).