Henri-Louis HABERT de MONTMORT Élu en 1634 au fauteuil 35

N°34

Biographie

Né à Paris en 1600.

Cousin de Philippe Habert et de Germain Habert, abbé de Cérizy. Conseiller du roi en ses conseils, maître des requêtes de son hôtel. Il fut élu le 4 décembre 1634 et prononça le cinquième discours : De l’utilité des conférences. Il soutint la candidature de Gilles Boileau. L’Académie se réunit plusieurs fois chez lui ; il réunissait aussi une fois par semaine une assemblée de savants qui traitaient « des choses naturelles, de la médecine, des mathématiques, des arts libéraux et des mécaniques », dont on trouvera le règlement aux Pièces justificatives : ce fut le berceau de l’Académie des Sciences. Il fut l’ami de Mlle de Gournay et de Gassendi qui habita et mourut chez lui et dont il publia les œuvres en six volumes in-folio, en les faisant précéder d’une Préface latine. C’est, avec quelques épigrammes latines, tout ce qui est resté de lui.

« Il a beaucoup d’esprit, et l’a plus témoigné dans plusieurs épigrammes latines qu’en autre chose. Son amour pour les lettres et les lettrés est très ardent et quelquefois libéral ». (Chapelain).

Mort le 21 janvier 1679, doyen de l’Académie.

Signature de Henri-Louis Habert de Montmort