François-Juste-Marie RAYNOUARD Élu en 1807 au fauteuil 20

N°312
Officier de la Légion d’honneur
Auteur dramatique
Poète
Avocat
François-Juste-Marie Raynouard

Biographie

Né à Brignoles (Provence), le 8 septembre 1761.

Il fut incarcéré sous la Terreur, député sous le Consulat et l'Empire et refusa le portefeuille de la Justice que lui offrit Carnot. Avocat, poète, auteur dramatique il s'occupa de philologie et étudia les langues romanes. Lauréat de l'Institut en 1804, sa tragédie des Templiers, qui est restée son chef-d'œuvre, lui ouvrit les portes de l'Académie ; il ne fit pas personnellement les visites d'usage et les fit faire par son frère, ce qui donna lieu à des malentendus ; il fut élu le 7 octobre 1807 en remplacement de Ponce-Denis Écouchard-Lebrun et reçu par Bernardin de Saint-Pierre le 24 novembre suivant. Son discours de réception contenait une louange excessive de Napoléon ; il fut inséré intégralement dans le Moniteur du 29 novembre 1807.

Il fit partie de la Commission du Dictionnaire. À la mort de Suard, en 1717, il fut nommé secrétaire perpétuel ; il garda ses fonctions pendant une dizaine d'années et démissionna, pour raisons de santé, en 1826 ; il fut alors remplacé par Auger et resta secrétaire honoraire. Il exerça pendant ce temps une grande influence sur les élections ; il soutint la proposition Ch. Lacretelle. En 1816 il avait été nommé membre de l'Académie des Inscriptions. Voulant travailler sérieusement au Dictionnaire, il rechercha les origines de la langue dans les œuvres éparses et tronquées des anciens troubadours, ce qui le conduisit à s'occuper du provençal classique ; cela l'amena à l'hypothèse d'une langue romane unique d'où sortirent plus tard les différentes langues du midi de l'Europe. Il créa pour ainsi dire une nouvelle érudition philologique et, à ce point de vue, on peut le considérer comme le précurseur des Paulin et Gaston Paris.

Mort le 27 octobre 1836.


Signature de François-Juste-Marie Raynouard

Œuvres

1794 Caton d’Utique. Éléonore de Bavière

1802 Socrate au temple d’Aglaure

1805 Les Templiers

1810 Les États de Blois. Scipion. Don Carlos. Charles 1er. Debora. Jeanne d’Arc à Orléans

1813 Monuments relatifs à la condamnation des Templiers

1816 Éléments de la grammaire romane

1816 Choix de poésies originales des troubadours, 6 vol.

1817 Fragments d’un poème sur Boëce

1817 Des troubadours et des cours d’amour

1819 Camoëns

1821 Grammaire comparée des langues de l’Europe latine, dans leurs rapports avec la langue des troubadours

1822 Le dévouement de Malesherbes

1829 Observations philosophiques sur le roman du rou

1829 Histoire du droit municipal en France, 2 vol.

1835 Influence de la langue romane sur les langues de l’Europe latine

1838 Lexique roman ou dictionnaire de la langue des troubadours, 6 vol.

Discours et travaux académiques

Discours de réception de François-Juste-Marie Raynouard, le 24 novembre 1807

Rapport sur les concours d’éloquence et de poésie de l’année 1817, le 25 août 1817

Rapport sur le concours d’éloquence de l’année 1818 , le 25 août 1818

Rapport sur les concours d'éloquence et de poésie de l'année 1819, le 25 août 1819

Rapport sur les concours d'éloquence et de poésie de l'année 1820, le 24 août 1820

Rapport sur les concours de poésie et d'éloquence de l’année 1821, le 25 août 1821

Le Dévouement de Malesherbes, ode, le 24 avril 1822

Rapport sur les concours de poésie et d’éloquence de l’année 1822, le 24 août 1822

Fragments d’un poëme intitulé : Fénelon et le duc de Bourgogne, le 24 avril 1823

Rapport sur le concours de poésie de l’année 1823, le 25 août 1823

Rapport sur le concours d’éloquence de l’année 1824, le 25 août 1824

Rapport sur le concours de poésie de l’année 1825, le 25 août 1825

Rapport sur les concours d’éloquence et de poésie de l’année 1826, le 25 août 1826

Rapport sur le concours d’éloquence de l’année 1827, le 25 août 1827

Rapport sur le concours de prose de l’année 1828, le 25 août 1828

Rapport sur le premier concours des prix extraordinaires destinés à des ouvrages de morale de l'année 1828, le 25 août 1828

Rapport sur le concours de poésie de l’année 1829, le 25 août 1829

Rapport sur le concours extraordinaire de l’année 1829-1, le 25 août 1829

Rapport sur le concours extraordinaire de l’année 1829-2, le 25 août 1829