Florence DELAY Élue en 2000 au fauteuil 10

N°699
Commandeur de la Légion d’honneur
Commandeur de l’ordre national du Mérite
Commandeur des Arts et des Lettres
Écrivain
Florence Delay en habit d'académicien-©Brigitte Eymann, 2010

Biographie

Fille de Marie-Madeleine Carrez et de Jean Delay (17fauteuil), elle est née le 19 mars 1941, à Paris, où elle a fait ses études au lycée Jean de La Fontaine puis à la Sorbonne. Agrégée d’espagnol, elle s’est orientée vers la littérature générale et comparée qu’elle a enseignée à l’université de la Sorbonne-Nouvelle.

À vingt ans, elle a interprété le rôle de Jeanne dans Procès de Jeanne d’Arc de Robert Bresson. Puis collaboré à des films de Chris Marker, Hugo Santiago, Benoît Jacquot, Michel Deville.

Passé trente ans, elle a publié son premier roman d’éducation, Minuit sur les jeux. Elle a obtenu le prix Femina en 1983 pour Riche et légère, le prix François Mauriac en 1990 pour Etxemendi, le grand prix du roman de la Ville de Paris en 1999 et le prix de l’Essai de l’Académie française pour Dit Nerval.

À partir de Petites formes en prose après Edison (1987), elle a alterné romans et essais. Parallèlement, elle a maintenu de façon inconstante et fidèle ses liens avec le théâtre et l’Espagne. Élève à l’École du Vieux-Colombier, régisseur-stagiaire de Jean Vilar au Festival d’Avignon, assistante de Georges Wilson au T.N.P. (1963-1964), elle a traduit La Célestine de Fernando de Rojas, mise en scène par Antoine Vitez en 1989, puis, dans une autre version, par Christian Schiaretti, au T.N.P. (2011), ainsi que des œuvres du Siècle d’or – Calderón de la Barca, Lope de Vega – qui sont entrées au répertoire de la Comédie française. Elle a composé, avec Jacques Roubaud, un cycle de dix pièces : Graal théâtre, sur la « matière de Bretagne ».

Chroniqueur dramatique à la N.R.F. (1978-1985). Juré du prix Femina (1978-1982). Membre du comité de lecture des Éditions Gallimard (1979-1987). Membre du conseil de rédaction de la revue Critique (1978-1995). Membre correspondant en France de la Real Academia Española (2016).

Élue à l’Académie française, le 14 décembre 2000, au fauteuil de Jean Guitton (10e fauteuil).

Œuvres

1973 Minuit sur les jeux (Gallimard)

1975 Le aïe aïe de la corne de brume (Gallimard)

1980 L’Insuccès de la fête (Gallimard)

1983 Acte de la Passion - in Théâtre espagnol du XVIe siècle (La Pléiade)

1983 Riche et légère (Gallimard)

1985 Marco Polo, le nouveau livre des merveilles - en coll. avec Jean Marie Adiaffi, Sony Labou Tansi, Jacques Savoie, Louis Caron, Abdelaziz Kacem, Jacques Lacarrière, Bertrand Visage (Circa)

1986 Course d’amour pendant le deuil (Gallimard)

1987 Il me semble, mesdames ou Les Dames de Fontainebleau (Franco Maria Ricci)

1987 Le divin Narcisse - et autres textes, de Sor Juana Inès de la Cruz, en coll. avec Frédéric Magne et Jacques Roubaud (Gallimard)

1987 L’Éclipse de la balle - d’Arnaldo Calveyra (Actes Sud)

1987 Petites Formes en prose après Edison (Fayard)

1987 “La sortie au jour” in Le Livre sacré de l’ancienne Égypte (Philippe Lebaud)

1988 La Décadence de l’analphabétisme - de José Bergamín (La Délirante)

1988 Partition rouge - Poèmes et chants des Indiens d’Amérique du Nord, en coll. avec Jacques Roubaud

1989 La Solitude sonore du toreo - de José Bergamín

1990 Etxemendi (Gallimard)

1990 L’Hexaméron - en coll. avec Michel Chaillou, Michel Deguy, Natacha Michel, Denis Roche, Jacques Roubaud

1991 Semaines de Suzanne - en coll. avec Patrick Deville, Jean Echenoz, Sonja Greenlee, Harry Mathew, Mark Polizzotti, Olivier Rolin

1991 Les Moitiés - de Ramón Gómez de la Serna, en coll. avec Pierre Lartigue (Christian Bourgois)

1994 Catalina - enquête

1994 Œillet rouge sur le sable (Farrago)

1996 La Fin des temps ordinaires (Gallimard)

1997 La Séduction brève (Gallimard)

1998 L’Homme du Luxembourg - d’Arnaldo Calveyra (Actes Sud)

1998 Six Poèmes galiciens - de Federico García Lorca (Raina Lupa)

1999 Beau Ténébreux - de José Bergamín (La Délirante)

1999 Dit Nerval (Gallimard)

2001 Michée, Aggée, Zacharie, Malachie - avec Maurice Roger et Arnaud Sérandour ; L’Évangile de Jean, Trois lettres de Jean, avec Alain Marchadour, dans la Bible, nouvelle traduction (Bayard)

2004 Le Grand Théâtre du monde - suivi de Procès en séparation de l’Âme et du Corps, de Pedro Calderón de la Barca (L’Avant-scène théâtre)

2004 Trois Désobéissances (Gallimard)

2005 Graal théâtre Joseph d’Arimathie, Merlin l’enchanteur, Gauvain et le Chevalier Vert, Perceval le Gallois, Lancelot du Lac, l’Enlèvement de la reine, Morgane contre Guenièvre, Fin des Temps Aventureux, Galaad ou la Quête, La tragédie du roi Arthur - en coll. avec Jacques Roubaud (Gallimard)

2006 Pedro et le Commandeur - de Lope de Vega

2008 Mon Espagne or et Ciel (Hermann)

2010 Mes cendriers (Gallimard)

2011 La Célestine - de Fernando de Rojas (L’Avant-scène théâtre)

2012 Il me semble, mesdames (Gallimard)

2015 La vie comme au théâtre (Gallimard)

2015 Sept saisons : chroniques théâtrales 1978-1985 (Gallimard)

Mot attribué lors de l’installation

Rampe :

n. f. Plan incliné sur lequel est établi un escalier. Les marches de cette rampe sont trop hautes. Il vieillit en ce sens. Il se dit aussi d'un Plan incliné par lequel on monte ou l'on descend, et qui tient lieu d'escalier, On descendait dans ce parterre par une rampe douce. Les voitures montent facilement cette rampe. Il se dit encore de la Pente d'une colline, d'une route, d'une voie ferrée. Cette colline vous mène par une rampe douce à un plateau d'où la vue s'étend au loin. Il désigne également la Balustrade de fer, de pierre ou de bois qu'on pose le long d'un escalier pour empêcher de tomber, pour servir d'appui à ceux qui montent ou qui descendent. Prenez la rampe. Tenez-vous à la rampe. Il se dit encore, dans les Théâtres, du Rebord qui limite le devant de la scène, et de la Rangée de lumières qui est placée le long de ce rebord. Cet acteur joue trop près de la rampe. Ce dialogue ne passe pas la rampe se dit d'un Dialogue qui ne produit pas d'effet, qui n'émeut, n'intéresse, ne touche pas le public et, pour ainsi dire, n'arrive pas jusqu'à lui.