Assia DJEBAR Élue en 2005 au fauteuil 5

N°709
Chevalier de la Légion d’honneur
Commandeur des Arts et des Lettres
Professeur d’université
Écrivain
Assia Djebar

Biographie

Née le 30 juin 1936 à Cherchell (Algérie).

Ancienne élève de l'École normale supérieure de Sèvres (1955).

Elle écrit son premier roman La Soif en 1957, suivi de son deuxième roman en 1958, Les Impatients.

Études d'histoire (Moyen Âge arabe et Maghreb du XIXe siècle) sous la direction de Louis Massignon et Jacques Berque.

Professeur d’histoire moderne et contemporaine du Maghreb à la faculté des lettres de Rabat, de 1959 à 1962.

Au printemps 1962, sort à Paris son troisième roman Les Enfants du nouveau monde.

Professeur d'université à la faculté d'Alger : d'histoire de 1962 à 1965, de littérature française et de cinéma de 1974 à 1980.

En 1974, de retour à Alger, elle enseigne les études francophones. Parallèlement, elle commence la préparation d’un long métrage semi-documentaire, après des séjours dans la tribu maternelle des Berkani. Elle y interroge la mémoire des paysannes sur la guerre, y intègre des épisodes dans La Nouba des Femmes du Mont Chenoua, long-métrage de deux heures, produit en arabe et en français par la télévision algérienne, sur une musique de Béla Bartok.

Ce long-métrage suscite des débats contradictoires dans les milieux algériens. Il sera présenté à Carthage en 1978, puis à la Biennale de Venise, en 1979 où il obtient le Prix de la Critique internationale. Il est actuellement étudié dans la plupart des universités américaines.

Elle continuera son travail de cinéma avec un long métrage documentaire La Zerda et les Chants de l’oubli présenté en 1982, par la télévision algérienne et primé au Festival de Berlin, comme « meilleur film historique » en janvier 1983.

Ne pouvant travailler à la fois, comme romancière francophone dans son pays tout en poursuivant une œuvre de cinéaste dans sa langue maternelle, elle choisit définitivement de retourner vivre à Paris, en 1980.

De 1980 à 2005, sa vie, en banlieue parisienne, puis à Paris, est consacrée presque exclusivement à son travail d’écriture française : romans, essais, théâtre, travail critique.

De 1983 à 1989, elle est choisie par Pierre Bérégovoy, ministre des affaires sociales, comme représentante de l’émigration algérienne pour siéger au Conseil d’administration du FAS (Fonds d’action sociale).

Elle publie dès lors régulièrement aux éditions Albin Michel, aux éditions Actes Sud.

Après la publication de son roman L’Amour, la Fantasia, elle fait régulièrement des tournées de lecture de ses textes en Allemagne, en Italie et des conférences dans les universités anglaises et américaines.

En 1995, elle accepte de partir travailler en Louisiane, comme professeur titulaire à Louisiana State University de Baton Rouge où elle dirige également un Centre d’études françaises et francophones de Louisiane.

En 2001, elle quitte la Louisiane pour être à New York University professeur titulaire. En 2002, elle est nommée Silver Chair Professor.

Auparavant, tout l’été 2000, à Rome, dans une production du Teatro di Roma, elle met en scène un drame musical en cinq actes : Filles d’Ismaël dans le vent et la tempête dont elle est l’auteur. Elle écrit Aicha et les femmes de Médine, drame musical en 3 actes, que lui a commandé un théâtre de Rotterdam, la même année.

Prix littéraires :

- Prix Liberatur de Francfort, 1989.

- Prix Maurice Maeterlinck, 1995, Bruxelles.

- International Literary Neustadt Prize, 1996 (États-Unis).

- Prix Marguerite Yourcenar, 1997 (Boston États-Unis).

- Prix international de Palmi (Italie).

- Prix de la paix des Éditeurs allemands, 2000 (Francfort).

- Prix international Pablo Neruda, 2005 (Italie).

- Prix international Grinzane Cavour pour la lecture, 2006 (Turin, Italie).

Docteur honoris causa des universités de Vienne (Autriche), de Concordia (Montréal), d’Osnabrück (Allemagne).

Son œuvre littéraire est traduite en vingt-trois langues. Une vingtaine d’ouvrages étudient son œuvre : en français, en anglais, en allemand et en italien.

Un colloque international lui a été consacré en novembre 2003, à la Maison des écrivains, à Paris (actes publiés en 2005).

Élue à l'Académie française, le 16 juin 2005, au fauteuil de M. Georges Vedel (5e fauteuil).

Décédée le 6 février 2015 à Paris.

Œuvres

1957 La Soif (Julliard)

1958 Les Impatients (Julliard)

1962 Les Enfants du Nouveau monde (Julliard)

1967 Les Alouettes naïves (Julliard)

1980 Femmes d’Alger dans leur appartement (Éditions des femmes)

1985 L’Amour, la Fantasia

1987 Ombre sultane

1991 Loin de Médine (Albin Michel)

1995 Vaste est la prison (Albin Michel)

1996 Le Blanc de l’Algérie (Albin Michel)

1997 Les Nuits de Strasbourg (Actes Sud)

1997 Oran, langue morte (Actes Sud)

1999 Ces voix qui m’assiègent (Albin Michel)

2002 La Femme sans sépulture (Albin Michel)

2003 La Disparition de la langue française (Albin Michel)

2007 Nulle part dans la maison de mon père (Fayard)

Discours et travaux académiques

Mot attribué lors de l’installation

Repère :

n. m. Trait, marque que l'on fait pour retrouver une hauteur, une distance, un alignement, pour ajuster avec exactitude différentes pièces d'un ouvrage. Il se dit aussi d'un Point déterminé que l'on choisit pour le même usage. Point de repère.


REPÈRE ou Point de repère se dit, au figuré, de Tout indice qui sert à se retrouver dans un dédale d'idées, de documents ou de faits. Ces trois événements sont des points de repère dans l'étude de cette période confuse.