Antoine-Vincent ARNAULT Élu en 1829 au fauteuil 13

N°299
Chevalier de la Légion d’honneur
Auteur dramatique
Fabuliste
Poète
Antoine-Vincent Arnault

Biographie

Né à Paris, le 1er janvier 1766.

Il fut arrêté comme émigré après un court séjour en Angleterre ; beau-frère de Regnaud de Saint-Jean d'Angely, il participa au 18 Brumaire et obtint des faveurs du premier Consul et de l'Empereur, se rallia aux Bourbons en 1814 et fut député de Paris et ministre de l'Instruction publique par intérim pendant les Cent-Jours. Poète, fabuliste, auteur tragique de l'école de Ducis (Germanicus, etc.), il fut nommé membre de l'Institut dans la troisième classe le 27 septembre 1799, section de poésie, et placé dans la deuxième classe à l'organisation de 1803, occupant le fauteuil du marquis de Montesquiou-Fézensac ; il reçut le comte Pierre Daru.

L'ordonnance de 1816 le proscrivit et l'exclut de l'Académie où il fut remplacé par le duc de Richelieu. L'année suivante l'Académie lui témoigna sa sympathie en souscrivant à ses œuvres qu'il faisait éditer en Belgique ; le 3 mars 1818, le duc de Richelieu étant ministre et directeur trimestriel de l'Académie celle-ci adressa une supplique au Roi pour lui demander le rappel d'Arnault qui rentra en France en 1819. Le 5 février 1829, il fut réélu membre de l'Académie en remplacement de Picard, et reçu le 24 décembre suivant par Villemain. Il reçut P.-P. de Ségur et Jay, et fut nommé secrétaire perpétuel le 23 mai 1833 en remplacement de François Andrieux. En 1828, Arnault avait sollicité de l'Académie l'élection de son fils à un fauteuil ; ce fut lui que l'Académie élut et le fils d'Arnault fut nommé préfet ; malgré cela, Arnault désigna son fils, par testament, pour lui succéder, mais l'Académie ne le nomma pas. Arnault opposa une très vive résistance à l'école romantique ; il fit partie des compagnons du "Déjeuner de la Fourchette", a laissé les Mémoires d'un sexagénaire, et fit partie de la Commission du Dictionnaire.

"Écrivain il se recommande encore aujourd'hui par de véritables mérites : ses quatre volumes de Souvenirs sont d'une très agréable et instructive lecture ; ses tragédies pour être appréciées, ont besoin de se revoir en idée et de se replacer à leur moment ; mais ses Fables, ses Apologies, plaisent et parlent toujours". (Sainte-Beuve). Directeur des Beaux-Arts et de l'Instruction publique sous Lucien, puis sous Chaptal.

Une Causerie de Sainte-Beuve

Mort le 16 septembre 1834.


Signature d'Antoine-Vincent Arnault

Œuvres

1791 Marius à Minturne

1792 Lucrèce

1793 Horatius Coclès. Quintus Cincinnatus

1796 Oscar fils d’Ossian

1798 Mélidor et Phrosine

1799 Les Vénitiens. Blanche et Moncassin

1801 De l’administration des établissements d’instruction publique

1802 Le Roi et le Laboureur

1804 Scipion consul

1813 Fables

1814 La rançon de Duguesclin

1816 Germanicus

1820 Nouvelle biographie des contemporains, 20 vol. (en collaboration)

1822 Vie politique et militaire de Napoléon 1er, 3 vol.

1823 Les loisirs d’un banni, 2 vol.

1826 Fables et poésies, 2 vol.

1826 Guillaume de Nassau. Les gens à deux visages

1833 Souvenirs d’un sexagénaire, 4 vol.