Dire, ne pas dire

Le joug, le zeugme et le yoga

Le 6 septembre 2018

Bonheurs & surprises

La mythologie grecque nous apprend que c’est Athéna qui enseigna aux hommes l’art de fabriquer et d’utiliser les jougs. Ce nom, joug, vient du latin jugum, mot qui appartient à une très vaste famille étymologique et qui a de nombreux sens. Il désigne proprement la pièce de bois qui unit deux animaux de trait, le plus souvent des bœufs, pour les amener à mieux conjuguer leurs efforts. Mais on peut aussi voir dans cet outil un symbole de soumission, d’asservissement : d’ailleurs ce nom, qui pouvait désigner une pique attachée horizontalement à deux autres fichées dans le sol et sous laquelle on faisait passer les ennemis vaincus, s’emploie dans de nombreuses expressions figurées pour évoquer toute forme de contrainte. Ainsi, dans La Cité de Dieu, saint Augustin parle du « joug de l’esclavage » (jugum servitutis). Dans Le Vicaire des Ardennes, Balzac écrit, au sujet d’un domestique nommé Jonio, qu’il est « un de ces êtres qui ont assez philosophé pour secouer le joug de la conscience, et se servir de tous les moyens possibles pour parvenir ». Citons également les expressions le joug de la tyrannie ; mettre, tenir sous le joug ; imposer le joug ; porter, subir le joug ; s’affranchir du joug, secouer le joug. On parle aussi du joug du mariage, expression que l’on reliera selon ses humeurs au joug de l’esclavage ou à l’image des bœufs tirant de conserve leur charrue, selon que l’on considèrera cette institution comme une forme d’asservissement, ou que l’on pensera qu’aimer, c’est aussi tirer dans la même direction. Puisque nous parlons de mariage, on rappellera que, par l’intermédiaire du latin jungere, « unir, lier, relier », ce joug est parent des formes conjoint et conjugal. Ce lien entre joug et mariage, les Latins l’avaient bien senti puisque l’un des surnoms qu’ils donnaient à Junon, la déesse qui présidait justement à ces mariages, était Juga. De nombreux autres mots étaient rattachés à ces termes, parmi ceux-ci citons la jugère, qui correspondait à la surface que pouvaient labourer un attelage de bœufs en une journée, environ 25 ares, la jugulaire, tiré de jugum au sens de gorge, c’est-à-dire « ce qui relie le tronc et la tête », le quadrige, qui, s’il est un attelage de quatre chevaux, en était aussi un de quatre bœufs, la jument, tiré de jumentum, qui, avant de désigner une bête de somme, a désigné un attelage de chevaux ou d’ânes. C’est aussi de cette racine que vient conjonction, et l’on peut dire que le joug est tout autant le symbole des conjonctions de coordination et de subordination puisqu’il sert à la fois à relier et à soumettre.

Le jugum latin avait un équivalent grec, zeugon, signifiant lui aussi « joug ». Les mots de cette famille venant du grec passés chez nous sont plus rares, mais nous allons en voir deux. D’abord les deux muscles zygomatiques, qui relient les coins de la bouche aux oreilles, et qui agissent principalement dans l’action du rire, mais aussi le zeugme. Ce dernier, tiré du grec zeugma, qui pouvait désigner tout à la fois un joug ou un lien, s’employait aussi en rhétorique pour nommer la figure de style consistant à rattacher à un mot des compléments qui ne se construisent pas de la même façon ou qui ne correspondent au même emploi de ce mot, un procédé illustré par Victor Hugo dans Booz endormi : « Cet homme marchait pur loin des sentiers obliques / Vêtu de probité candide et de lin blanc. » Le zeugme était une des figures préférées d’un certain Touchatout (en fait Léon-Charles Bienvenu, le directeur du Tintamarre, un journal humoristique du xixe siècle). On y lisait sous sa plume : « La Gaule (…) était bornée d’abord par son ignorance crasse, ensuite par l’océan Britannique, le Rhin (…) » ou encore : « De sa première femme, Ermengarde, Louis le Débonnaire eut trois enfants et considérablement à se plaindre. »

Pour conclure sur cette vaste famille, voyons un nom d’origine sanscrite, le yoga. Qui pense à ce mot voit le plus souvent une forme d’ascèse, de spiritualité, ou d’exercices permettant à qui les pratique d’atteindre une certaine forme de sagesse et de se débarrasser des contingences qui enferment l’homme. Le yoga est considéré comme une clef permettant de s’échapper de ce bas monde et de gagner des sphères éthérées. Loin de nous l’idée de remettre en question ces vérités, mais qu’il nous soit permis de rappeler que ce nom signifie d’abord joug en sanscrit, puis, comme il sert aussi à désigner ce qui relie, on a donné ce nom à des pratiques permettant à ses adeptes de faire le lien avec les divinités, puis à faire la jonction, l’unité de l’âme et du corps.