Dire, ne pas dire

Le gringue et la bringue

Le 04 mai 2016

Bonheurs & surprises

En 1975, l’historien de la médecine et philosophe Jean Starobinski publiait dans la Nouvelle Revue de psychanalyse une étude intitulée « Les rimes du vide : une lecture de Baudelaire ». Le poète fait en effet rimer Ovide et avide dans Le Cygne et dans Horreur sympathique, où il fait aussi rimer livide et vide.

On aurait pu croire que ces poèmes eussent été d’un style moins élevé si l’auteur avait cherché des rimes en -ringue puisque, sur les six mots ainsi terminés présents dans le Dictionnaire de l’Académie française, deux, meringue et seringue, appartiennent à la langue courante, trois, bastringue et les homonymes bringue et bringue, sont considérés comme populaires, et le dernier, gringue, comme vulgaire.

Mais si l’on élargit ce choix en ajoutant à ces termes les mots terminés par -ingue, c’est tout un univers baudelairien qui s’offre à nous. Nombre d’entre eux sont en effet une Invitation au voyage. Le voyage, surtout quand il était lointain, était à l’époque essentiellement maritime : on se réjouira donc d’avoir les termes liés au vocabulaire de la marine bastingue, élingue et ralingue, sans oublier carlingue, un nom qui, apprend-on dans notre Dictionnaire, est emprunté de l’ancien nordique kerling, qui désigne d’abord une femme, puis, par une métaphore sexuelle, « la contrequille d’un navire où vient s’implanter le mât ». Comparaison entre femme et bateau qu’on retrouve aussi dans Le Beau Navire, le poème précédant L’Invitation au voyage. Le voyage, c’est aussi le dépaysement lié à l’exotisme langagier que l’on rencontre dans les formes bilingue plurilingue et trilingue, ce dernier adjectif s’appliquant particulièrement bien à notre auteur, qui fut aussi le traducteur d’Edgar Poe et qui donna à quelques-uns de ses poèmes des titres latins : Sed non satiata, De profundis clamavi, Duellum, Moesta et errabunda et Franciscae meae laudes, ce dernier étant même entièrement composé dans cette langue. Dépaysement linguistique toujours avec, pour celui qui fut un chantre de l’Afrique, mandingue, cet adjectif qui se rapporte à des langues d’Afrique occidentale et aux populations qui les parlent.

Baudelaire, c’est aussi une grande attention portée aux odeurs, qu’on perçoit dans Parfum exotique et La Chevelure, mais aussi dans les « miasmes morbides » d’Élévation. Aussi comment ne pas penser à la forme conjuguée schlingue en lisant dans Une Charogne :

« La puanteur était si forte, que sur l’herbe

Vous crûtes vous évanouir. »

Rimes en -ingue encore si nous abandonnons l’œuvre pour nous intéresser à l’auteur, qui, à n’en pas douter, fréquenta les bastringues. À l’article Bringue de notre Dictionnaire, on lit : « Faire la bringue, mener une vie désordonnée. Il s’est ruiné à faire la bringue. » N’est-ce pas là une description de la jeunesse de celui qui fut bientôt mis sous tutelle ? Quant au mot seringue, il semble l’emporter sur meringue dans l’imaginaire du poète des paradis artificiels.

Il reste encore quelques mots. Baudelaire, qui évoque à plusieurs reprises ses maîtresses dans Les Fleurs du mal, fit-il du gringue à quelque grande bringue ? Assurément pas, non parce qu’il aurait été chaste comme un camerlingue, mais parce que ces mots n’existaient pas de son vivant. Le nom bringue n’ajouta à son sens ancien de « mauvais cheval » celui de « grande femme maigre et dégingandée » qu’en 1870, trois ans après la mort de notre poète. Quant au gringue, il n’apparaît qu’en 1878, avec le sens de « croûton de pain », et ce n’est qu’une vingtaine d’années plus tard que, par une image empruntée aux pêcheurs à la ligne qui jettent du pain pour attirer les poissons, faire du gringue signifiera « faire le gentil pour appâter » et enfin « faire la cour à une femme ».