Dire, ne pas dire

Il ne se départissait jamais de son calme

Le 05 février 2016

Emplois fautifs

Il existait, en ancien français, deux verbes partir. Le plus récent, qui a le sens de « s’en aller », est du troisième groupe et fait au présent je pars, nous partons. Le plus ancien, qui signifiait « faire des parts, diviser », ne se rencontre plus guère qu’à l’infinitif dans l’expression Avoir maille à partir, et dans le participe parti, « partagé », que l’on trouve par exemple en héraldique dans l’expression Écu parti, qui désigne un écu divisé en deux parties égales. En ce sens, partir est un verbe du deuxième groupe et on lit encore chez Pascal : «  Les soldats partissent son manteau et le jettent au sort. » Le verbe se départir est plus proche de l’idée de séparation que de celle de partage. Il se conjugue donc comme partir et non comme répartir.

on dit

on ne dit pas

Elle ne se départ pas d’une certaine réserve

Elle ne se départit pas d’une certaine réserve

Il ne se départait jamais de son calme

Il ne se départissait jamais de son calme