Dire, ne pas dire

De paille et d’osier

Le 02 février 2017

Bonheurs & surprises

La paille et l’osier ont en commun d’être des matières abondantes, peu onéreuses et faciles à travailler. On les utilisait beaucoup autrefois. Il est donc normal qu’on les retrouve dans de nombreuses expressions et locutions, comme homme de paille et mannequin d’osier. La première était ainsi glosée dans le Dictionnaire de l’Académie française en 1694 : « Il se dit particulierement de ces gens que l’on fait intervenir dans les affaires, & qui prestent leur nom, quoy qu’il n’y ayent point de veritable interest. » Aujourd’hui encore, cette expression désigne un prête-nom, le plus souvent véreux, associé à quelque entreprise peu recommandable. On ne s’étonnera donc pas de voir ces expressions abonder au milieu des affairistes des romans de Balzac.

On en trouve bien sûr dans Le Père Goriot : « Il achète des terrains nus sous son nom, puis y fait bâtir des maisons par des hommes de paille. Ces hommes concluent les marchés pour les bâtisses avec tous les entrepreneurs qu’ils payent en effets à longs termes, et consentent, moyennant une légère somme, à donner quittance à mon mari, qui est alors possesseur des maisons, tandis que ces hommes s’acquittent avec les entrepreneurs dupés en faisant faillite. »

Ils apparaissent aussi dans Le Contrat de mariage : « Diard […] vendait les places, il eut la gloire d’inventer l’homme de paille pour les emplois lucratifs qu’il était nécessaire de garder pendant un certain temps avant d’en avoir d’autres », ou encore dans Un homme d’affaires : « Le Claperon, reprit Desroches, fut pendant six ou sept ans le paravent, l’homme de paille, le bouc émissaire de nos deux amis, Du Tillet et Nucingen. »

Balzac connaissait d’autant mieux le sujet qu’il eut, lui aussi, recours à l’un de ces prête-nom, un architecte nommé Claret, pour lui garder sa propriété des Jardies que, ruiné, il fut contraint de mettre en vente ; ce fut Claret qui l’acheta et Balzac put écrire à madame Hanska : « Les Jardies sont vendus à un ami qui me les conservera. »

Mais un homme de paille était d’abord, comme l’écrivait le Dictionnaire de l’Académie française : « Un homme de neant, de nulle consideration. » On lit ainsi dans La Vraie Histoire comique de Francion, de Charles Sorel (1623) : « Afin que vous ne pensiez point que je sois un homme de paille, sçachez que j’ay faict l’acquisition en ma patrie d’une maison qui vaut deux mil escus. »

Cependant homme de paille pouvait également avoir un autre sens, beaucoup plus dramatique. Dans son Dictionnaire, Furetière écrit en effet que les hommes de paille sont des mannequins de paille ou d’osier « dont on se sert dans les exécutions pour la représentation de ceux qui sont condamnés à être brûlés ou écartelés quand on n’a pas pu les attraper ».

Hommes de paille, ou de quelque autre matière, et exécutions semblent être très anciennement liés. On trouve déjà dans La Guerre des Gaules (VI, 16) : « Alii immani magnitudine simulacra habent, quorum contexta viminibus membra vivis hominibus complent ; quibus succensis circumventi flamma exanimantur homines. » (Certains [peuples gaulois] ont des mannequins de taille colossale, en osier tressé qu’ils remplissent d’hommes vivants ; on y met le feu et les hommes y périssent au milieu des flammes.)

Ce que confirme à quelques variantes près, plusieurs décennies plus tard, le géographe grec Strabon dans sa Géographie (IV, IV, 5) : « Ils (les Gaulois) fabriquaient un colosse avec du foin et du bois (kolosson khortou kai xulôn) et y introduisaient des animaux domestiques et sauvages de toute sorte avec des hommes, et brûlaient le tout. »

On retrouve un écho lointain et atténué de ces pratiques dans un roman d’Anatole France intitulé, justement, Le Mannequin d’osier. Le héros, M. Bergeret, un honorable maître de conférences en littérature latine, surprend un jour sa femme le trompant avec le meilleur de ses étudiants, un prometteur spécialiste de métrique latine. C’est le mannequin d’osier sur lequel sa femme faisait ses travaux de couture qui devient la victime expiatoire de son courroux :

« Tout à coup, il vit à travers ses larmes le mannequin d’osier sur lequel Mme Bergeret taillait ses robes […]. De tout temps, M. Bergeret s’était senti agacé par cette machine qui lui rappelait à la fois les cages à poulet des paysans et une certaine idole de jonc tressé, à forme humaine, qu’il voyait, quand il était petit, sur une estampe de son histoire ancienne, et dans laquelle les Phéniciens brûlaient, dit-on, des enfants. Mais elle lui rappelait surtout Mme Bergeret, et, bien que cette chose fût sans tête, il s’attendait sans cesse à l’entendre glapir, gémir et gronder. Cette fois la chose sans tête lui parut Mme Bergeret elle-même, Mme Bergeret odieuse et grotesque. Il se jeta sur elle, l’étreignit, fit craquer sous ses doigts, comme les cartilages des côtes, l’osier du corsage, la renversa, la foula aux pieds, l’emporta gémissante et mutilée, et la jeta par la fenêtre… »

Cette scène, qui se termine par la défenestration du mannequin en lieu et place des vrais coupables n’est pas sans rappeler un ancien rite romain qui voulait qu’aux Saturnales on jetât des ponts de Rome des mannequins d’osier dans le Tibre. Cette coutume aurait été établie par Hercule pour en remplacer une autre où c’était des vieillards offerts en sacrifice à Saturne que l’on précipitait dans le fleuve.